Notre région, c’est la Gascogne !

Noms gavaches en Bazadais

Inspiré par Vincent

dimanche 27 mai 2018, par Gaby

A propos du Vieil Aillas dont parlait Vincent : j’ai relevé les patronymes (avec indication de la fréquence) dans pas mal de cimetières (et je continue un peu) de l’arrondissement de Langon et autour, dont celui-ci. En effet,nous avons comme patronymes gavaches Baluteau, Blouin, Jautard, Jousseaume, Thoumazeau... Baluteau semble bien connu en Bazadais ; le Dr Vigneau, dans son dictionnaire, donne même une phrase avec Balutèu comme exemple !

1 - Des noms évidemment gavaches

Du coup, je regarde de plus près mes inventaires dans le Bazadais et je relève entre autres :
- Ardouin (Castillon, Pompéjac)
- Audureau (Fontet)
- Augereau (Floudès)
- Ballereau (Auros)
- Baluteau (Aillas, Gans, Sigalens)
- Biroleau (Roaillan)
- Blo(u)in (Aillas, Fontet, Pondaurat)
- Boisseau (Barie)
- Burolleau (Hure)
- Cotucheau (Sigalens)
- Couquiaud (Noaillac, St Pardon)
- Cousseau (Gajac)
- Coutereau (St Pey)
- Enard (Aillas)
- Fabereau (Fontet)
- Favereau (Aillas, Auros)
- Gorneau (Campin)
- Guillon (Auros)
- Guilloteau (Trazits)
- Jamain (Puybarban)
- Jeanneau (Castets, Castillon, Coimères)
- Jossome/Joussaume (Hure, Loupiac R.)
- Lusseau/Lussaut (Castets, Puybarban)
- Manseau (célèbres éleveurs du Bazadais)
- Martineau (Hure)
- Métaireau (Sigalens)
- Paponneau (Aillas, Castets, Gans, Sigalens)
- Parreau (Noaillac)
- Rameau (Aillas, Gajac )
- Réaut (Noaillac)
- Rochereau (Sigalens)
- Soizeau (Castets)
- Suadeau (Bieujac, Castets)
- Sudreau( Hure)
- T(h)oumaz(e)au (Aillas, Fontet, Hure, Sigalens)
- Usureau (Pondaurat)

Evidemment, allez donc trier là-dedans qui vient des migrations du XVe s. et qui est arrivé là au XIXe ou XXe s...

2 - Certains étant devenus typiques du Bazadais

Parmi les noms typiquement Bazadais, certains ont une apparence gavache, ou exogène si vous préférez :

- Turtaut (val de Garonne autour du Langonnais), attesté en 1673 à Langon. On le trouve aussi, variante de Tourtaut, dans la Creuse. La variante Turtaud est creusoise et auvergnate, le nom doit donc venir de cette zone du Massif central.

- Triaut (Réolais), d’origine clairement vendéenne (Geneanet). Il apparaît dans le Bas Médoc au début du XVIIIe s., c’est peut-être son point d’entrée en Gironde.

- Chastres (Réolais), attesté en 1615 à La Réole. Son origine corrézienne transparaît sur Geopatronyme. Il est amusant d’apprendre que la marraine de Nicoulas Chastres (baptisé le 22 mars 1615 à La Réole) s’appelait Marie de Lavaissière, un nom du Massif central. Elle était peut-être de la même famille.

- Jautard (région d’Aillas), attesté en 1606 à Aillas, et d’autre part en Provence au XVIe s. Malgré l’impression qu’il s’agirait de la forme oïlique/nord-occitane de Gautard, cela ne doit pas être le cas. Ou alors origine dauphinoise très ancienne, via la Provence.

Rémaut, cependant, est probablement bien gascon. Sa répartition couvre les Petites Landes du Bazadais et de la région de Roquefort. Cela doit être un nom de baptême d’origine germanique.

Larché a de quoi intriguer. Ce nom ressemble au français ’’l’archer’’, mais sa terminaison en -é au lieu de -er et sa répartition surtout landaise font douter. Y aurait-il un sens gascon ??

3 - Et les noms en -ié ??

Il y a aussi le cas des noms intéressants en -ié dans le Bazadais, tels :

- Latié/Lattié/Latier, attesté en 1716 à Lerm. Mystérieux, d’autant plus qu’il ne semble pas exister de patronyme Lat(t)é qui serait la forme gasconne. Peut-être un nom de baptême d’origine germanique ?

- Rozié, attesté en divers lieux de Gironde (dont Gajac et Barsac) au XVIIIe s. Mais au sein d’une même famille il présente de nombreuses variantes : Rosié, Rosier, Rozier, Rouzié, Rousiers. Difficile, donc, d’en connaître l’origine. Deux hypothèses : migration d’une famille Rouzié venue de Guyenne (cf. Rouzié en Bas Quercy et Rouzier en Périgord) ; migration d’une famille Rozier ou Rosier venue des pays d’oïl ou du Lyonnais où ces noms sont répandus.

- Cibassié/Sibassié/Sibassier, attesté en 1714 à Aillas, qui n’est pas sans rappeler le sud-gascon cebassèr ’’cultivateur d’oignons, friand d’oignons’’ dont ce serait une forme non-gasconne.

- Sipié (Sauternais), fort mystérieux et tout aussi rare,attesté au XVIIIe s. à Fargues.

- Saucié, attesté en 1742 à Cadillac, avec la variante Chaussié ; on notera le nom Saussié en Béarn. La forme *saucièra pour ’’saulaie’’ semble ne pas exister ; ce doit être simplement un saucier (fabricant de sauce, cuisinier, saubriquet...). Si le mot est issu du français, cela peut expliquer le -i- et le nom peut être local.

- Moustié (autour du Réolais), attesté dans les années 1720-1730 à Floudès. La variante Moustier est présente dans la même zone fin XVIIe s. Le nom Moustier est essentiellement provençal mais une origine guyennaise n’est pas exclue (cf. le nom Malmoustié , actuellement localisé en Gironde, à rattacher au nom périgourdin Malmoustier).

- Bourcié  : présence récente en Bazadais, fin XVIIIe s. tout au plus ; origine d’oïl (Poitou,Bourgogne...)si l’on en croit Geneanet. A noter la variante occitane Boussié (Bas Quercy).

- Chevassier : attesté au XVIIe s. dans le secteur de Sigalens, mais aussi... dans l’Essonne. On peut s’interroger soit sur un lien avec Sibassié, soit sur un mot du Bassin parisien de la famille de ’’chef’’.

- Pontalier/Pontalié. La forme Pontalier est attestée en 1675 à Toulenne mais aussi abondamment dans le Bassin parisien (Yonne notamment). On la trouve aussi comme variante de Pontailler en 1666 à Eyrans. Or Pontailler est actuellement localisé dans l’Yonne ! C’est sans doute là qu’il faut chercher l’origine - lointaine - du patronyme.

4 - Remarque géographique

Il semble bien que ces patronymes concernent les terrains fertiles du Bazadais !! En effet, dans la Lande bazadaise (Lucmau),ils disparaissent. Conclusion : les Gavaches ont dû venir, là aussi, pour participer à la remise en culture de terres abandonnées (pour ceux du XVe s. bien sûr), donc aucun intérêt pour eux d’aller sur la Lande.

Il peut d’ailleurs s’agir parfois de déplacements a posteriori, au gré des alliances (via la ville-’’pivot’’ de La Réole), de Gavaches installés dans la Petite Gavacherie.






Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document