Joan de l’ors (Jouan de l’Ours)

- Renaud

Un conde en lengadocian de l’Auda.
B’es bèth le lenga d’òc quèn es parlada atau !

https://www.youtube.com/watch?v=-cUcLqjfgsE

Voir en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=-cU...

Grans de sau

  • Oui, sans doute très joli mais ça sert à quoi les histoires en patois ?
    Un caillou dans l’eau (c’est vous-même qui le dites ailleurs mais c’est comparable), et le caillou coule parce que 99,99% des gens s’en foutent éperdument du patois. Vous avez tout à fait raison quand vous dites cela.
    Et puis ce pauvre et néanmoins sympathique pépé édenté, sur sa chaise, c’est vraiment pas une figure d’avenir et de modernité.

  • Hé hé. Se disí aquò per aqueth subject deus blasons, qu’es que sui un chic "perplexe" sus l’utilitat de le pleitejada... Hòrt de tèms passat a ralhar e a le hèita fin, qué ? Damorar en los arquius deu site com lo manifèste gascon o los panèus d’entrada de vila ? Qu’es aquò que volí díser. Percè autament tot que sèrv o que pòt servir mes que cau despassar l’irèia de le simpla discutida (aquò qu’es lo mon avís dab tot l’arrespèct qu’èi entaus participants de’queth forum).

    Que se’n foten le gènt de’queth conde e de’queth òmi, n’es pas le question. Que volí har’ntèner aquesta lenga esmiraglanta, e aquesta capacitat de condar pendènt 33mn shèt de s’estancar. Passionant d’un punt de vista etnografic per los qui coneishen Joan de l’Ors (véder Arnaudin pr’exemple que’n liura ua version pro tanhenta).

    Passionant tabé deu punt de vista lingüistic. Qu’i tròbi hòrt de similaritats dab lo gascon. Hòrt de similaritats en le prosodia dab lo gascon orientau tabé.

  • Je rebondis sur ce que dit Renaud sur ce conteur de l’Aude.

    Je suis Ossalois habitant depuis 3 ans dans l’Aude. J’ai déjà eu l’occasion de le dire un peu sur ce site, le parler et l’accent (au pluriel en fait) m’ont interpellé.
    Je ne suis pas lingüiste et d’un milieu a-militant, bien imprégné de culture reçue mais sans en avoir eu l’intention.

    Quand je me renseigne sur le sujet "in libro", je vois que toute l’Aude parl(ait) Languedocien.
    Mais j’ai des oreilles qui ont grandies en Haut Béarn. Ce qu’elles ont perçu "in vivo" :

    1) L’accent en français
    Narbonne-Lézignan, Béziers offrent un son "méditerranéen qui exagère et qui traîne", que je trouve un peu gueulard, outrancier.
    Carcassonne, Limoux et la partie qui jouxte l’Ariège vers Mirepoix ont un son différent. Plus mélodieux. Rocailleux (ils ont de beaux "r") mais pas encore concis comme sonne le gascon.
    Quillan, Axat, le pays de Sault pour le coup, ont quelque chose de très "pyrénéen". Un son plus clair, mélange de douceur et de saccade avec des finales qui pètent sec (et pas qui traînent sur l’avant dernière) qui m’est bougrement familier.

    Mon propriétaire un vieux monsieur a ce parler suave, cadencé et nasillard. Je me sens bien. C’est bête hein ? Mais je suis à l’aise.

    2) Le patois
    Le languedocien c’est comme entendre un créole pour moi : je capte et en même temps je capte pas. C’est assez désorientant, comme un texte avec un mot sur deux tâché. Mais je me suis aperçu que si la prosodie est relativement familière (comme ce vieux conteur du Pays de Sault ou comme la mère de mon ancien voisin à Hounoux près de Mirepoix, soit deux personnes du Razès) je m’y raccroche assez vite pour suivre à peu près le propos. Tandis que pour du languedocien "néolocuteur" (y a pas mal de groupes de musique par exemple) ou de Narbonne/Est Corbières (style Radio Lengadoc), je galère davantage et je me sers plus du français pour comprendre.

    3)Des traits "Pyrénées Centrales"
    J’ai récemment entendu le patois du haut comminges, du couserans. Ils ont déjà pas mal de trucs "étranges" pour moi, dont certains les rapprochent de cet Audois "pyrénéen". La conjugaison de l’imparfait ou la négation avec cap par exemple.

  • N’es pas en gascon mes qu’an tan bèth ! Un contaire !

  • Ah ah, qu’ac aví dijà publicat !
    S’ac torni postar en ua setmana, ve’n prègui, prenetz per jo un RDV dab lo neurològue.

    Richard... euh non Arnaud... ah putain que l’èi sus le lenga.... Renaud ! Que’m pensi qu’es aquò, Renaud

    Arnaud

  • Qu’ac èi dit mant’un còp aqui : enter los parlars d’òc, los mèi pròixes de nosautes que son los de la vath de Garona, deu pais de Foix dinc a Carcassòna (ço qui ditz Artiaque deu lor accent en françès taben), los qui disen "la lèit es cuèita", un chic coma nosautes e pas "lo lach es cuech".
    Aquò dit n’entendi pas gran causa de çò qui conda lo vielh òmi simpatic de la videò e, solide, pas sonque seré esdentat !
    Qu’es ua lenga vesia mes n’es pas la medixa.

  • Aqueth permèr comentari totun... mes quau peguessa...

    Que s’entèn 1000 ans de lenga darrèr aqueth òmi. Manhific com parla, las intonacions... E’m pensi qu’es un document capitau percè condaires atau, condaires qu’an arrecebut lo conde de familha, ne n’i aurà pas mèi. E tabé, la fèiçon de condar qu’es completament arquaïca... Quèn entèni aqueth òmi, qu’entèni los informators d’Arnaudin, de Bladé, etc.

  • Intéressant ce parler de Pierre Pous. On entend quelques catalanismes (que j’écris ici en graphie occitane) comme "lhevar, avalh, còlh, vedèlh, castèlh",et des gasconismes comme "mès" (languedocien "mai"), "solelh" (lh mouillé), prétérits 3ème personne en -èc, "dromivan", il me semble même entendre un "tiò" (que òc) ; Mais le plus surprenant (écouter à 20:40), on entend deux fois "al castèth s’i passa quicòm", clairement le gascon "castèth", la finale -èth (issue de la géminée latine en finale -llum) étant décrite comme un critère majeur spécifique du gascon ; toutefois ce même mot, lorsqu’il se trouve en fin de phrase, a été prononcé à la catalane "castèlh".

    Pour moi qui suis de l’Agenais non gascon, ici j’ai tout compris, (sauf peut-être une dizaine de mots en demi-heure), je comprend mieux ce monsieur (que l’on a pas a dénigrer parce qu’il était édenté comme la majorité de nos ancêtres à un âge avancé) que le gascon garonnais de mon Lot-et-Garonne, et bien mieux que le gascon d’Ercé en Couserans, où j’ai eu l’impression comme Gaby d’entendre du catalan. Merci Renaud pour ces enregistrements, qui perpétuent une culture millénaire.

  • I a tanben l’article definit masculin énter elh e eth, ce’m pareish.

  • Non, ne’m sembla pas, que dit : "el" e "la" mes atau, vertat, que s’i sembla hòrt.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique