Notre région, c’est la Gascogne !

Nous les gascons / Nousautes les gascoûs

A Samatan dimanche 26 novembre 2017

mardi 24 octobre 2017, par Tederic Merger

JPEG - 162.4 ko
JPEG - 143.4 ko

Gasconha.com qu’i serà !
I seratz, gasconhautes ?

Merci à Savés en Gasconha, au Groupe Facebook Esprit gascon, à Gasconh’ à Table et à la Mairie de Samatan !



Grans de sau

  • Quau es lo pit de’questa associacion ?

    Que m’an dit que volèn contrar los occitanistes suus sons projèctes com les escòlas bilingüas, les calandretas. Es vertat aquò ?

    Çò que perpausan de concret ? Percè criticar l’occitanisme, autanplan, mes que cau bastir lavetz.

  • Le mieux c’est de vous faire votre propre opinion ?
    C’est Esprit Gascon qui est à l’origine de cette initiative , et nous avons reçu l’aide généreuse de Savés en Gasconha, de Gasconh’a Table et de la Mairie de Samatan.
    Certains vous dirons que nous sommes qu’un site folklorique de cartes postales et de recettes de cuisines . D’autres un groupe de régionalistes Gascons mangeurs d’Occitans ...
    Mais si en quelques mois nous avons réussis à intéresser et rassembler un groupe de Gascons pour monter une aussi belle affiche sur la Gascogne , alors il faudrait peut être prendre le temps de nous regarder ...et de juger ensuite ?

    [Attention : pour les 4 liens, se reporter au corps de l’article, un peu plus haut ; juste ci-dessus, ils ne fonctionnent pas.
    Tederic, webmèste]

  • Adishatz amic,
    un peu surpris de vous voir toi et Vinçens participer à cet évènement ou se trouve certains béarnais que je connais bien...
    comme dit Renaud surtout et avant tout anti occitanistes primaires et très peu constructif et très peu porteurs de projets, bref je vais faire confiance à Tederic et attendre le rapport des échanges de cette "noble assemblée"...
    Mais connaissant les Puyau, Pépin..je ne me fait guère d’illusions.
    Par contre si comme le laisse entendre Renaud ces gens la veulent s’attaquer ou dénigrer les calandretas ou écoles bilingues il faut qu’ils s’attendent à une réaction très, très virulente de la part de ceux qui bossent pour la transmission...
    alavatez a veder.
    Je constate que l’avocat a enfin trouvé un auditoire digne de lui.0
    adishaz a beth leu.

  • re,
    c’est dommage que nous n’ayons pas été invités à cette journée...
    un peu de contradiction aurait fait du bien...
    qu’un point de vue c’est dommage.
    miqueu.

  • Adiu Miquèu !
    Il n’est pas trop surprenant que j’accepte de participer à une amassade qui veut promouvoir la Gascogne.
    Il est vrai que "Esprit gascon" a un positionnement anti-occitaniste (refus du terme "occitan", de la croix occitane...).
    Pour ma part, je sais que certains occitanistes sont sincèrement attachés à la Gascogne* ; ils la voient certes comme une partie de l’Occitanie, mais n’entendent pas qu’elle soit effacée, brimée, amputée...
    Avec ces occitanistes là, nous pouvons défendre la Gascogne.

    Mais "du côté de Samatan", donc du côté toulousain, du côté de la "Région Occitanie", j’entends que c’est souvent un occitanisme intolérant à la Gascogne qui s’exprime. Cela peut générer des réactions de fermeture.

    Ensuite, les calandretas... pour certains occitanistes, le soutien aux calandretas est comme la pierre de touche, le test suprême pour déterminer si on est fréquentable.
    L’occitanisme est "lenga-centrat", centré sur la langue.
    Eh bien le mouvement gascon est centré... sur la Gascogne !

    La perte de la langue est une tristesse pour beaucoup de ceux qui sont motivés par la Gascogne, et certains essayent avec passion de la transmettre.
    Mais le combat gascon ne doit pas se limiter à cette activité de sauvetage. Et même, c’est en retrouvant une dynamique et un pouvoir d’attraction dans d’autres domaines que nous pourrons intéresser à la langue ceux qui ne la connaissent pas, qui sont maintenant ultra-majoritaires, et ceux qui la connaissent mais la négligent.

    * Moi-même, c’est par l’occitanisme que je suis arrivé à la Gascogne.

  • adiu amic,
    malgré des points de vue différents sur la langue qui reste pour moi le vecteur essentiel de notre culture Gasconne (un peuple qui n’a plus de langue meurt..)
    Je te fais toujours confiance car je sais que tu est quelqu’un d’honnête et tolérant, je compte donc sur toi pour nous faire un compte rendu de ce qui ce diras à cette amassada.
    coraument.
    miqueu

  • Belèu, que virèi entà me har ua irèia.

    Mais j’éspère que ces choses que j’ai entendues comme quoi des courriers étaient envoyés aux élus pour les inciter à ne plus subventionner les écoles bilingues et les Calandretas sont fausses... A quoi sert de saper le travail des autres ? Et puis c’est mettre tous les professionnels dans le même panier, je connais des profs d’occitan excellents ds le mouvement occitanistes (et très attachés au gascon). C’est ça qui me dérange un peu.

    Et puis, si la langue n’est pas le but premier, alors qu’ils la laissent tranquille !

    Aussi, même si je me sens "gascon", je ne porte pas de béret, je ne bois pas d’Armagnac, ne mange pas spécialement de canards, ne vais pas aux courses landaises, déteste la tauromachie, je n’aime pas la musique traditionnelle (surtout la folk) bref je ne suis pas un cliché. Je suis un être construit entre un savant mélange de culture locale (je parle la langue, j’aime le rugby, le pays), de culture française (mon esprit, ma façon d’être) et de culture anglo-saxonne (mes goûts culturels de contre culture américaine). Ce qui me dérange, quand je vois la page Esprit Gascon, c’est que j’ai l’impression d’avoir un occitanisme "à l’envers"... Passéiste, caricatural (cette photo avec le mug gascon, de l’armagnac et du pastis...).

  • Après, entà aqueth praube Georges deu Capdèth... Ne compreni pas goaire lo vòste interèst pr’ad eth. Ò, çò qu’escrivè qu’èra haut o baish tipic de los de le soa generacion. Mes totun... que vs’ic dic, en los collectatges qu’èi podut har, qu’èi avut gènts 1000 còp mè interessènts e fins que non pas eth. Percè qu’escriu peguessas tarriblas...

    Se’n hètz com un pòrta drapèu gascon, que puiré estar a l’imatge de çò que’m disi sus aqueth Esprit GAscon, un simbòle a le vista baisha... E per l’aver dijà encontrat un còp, bon... n’èra pas un prètz-nobèl, qué...

    Qu’aimerí Vincent que’ns dishossi perqué s’engatja en’queth moviment (lo quite Vincent qu’èi vist lo nom en Sud Ouest uei !)

    • E be justament, lo Georges qu’a la particularitat d’estar a l’encòp tipic de la soa generacion (coneishença nativa de la lenga e ignoréncia teorica d’aquesta, actor de las "30 gloriosas" hens l’agricultura...), e excepcionau, quan, arribat au vielhumi, proclama acò :
      "L’objectif dé ma bito : Magnifià la Gascougno, é soun Patouès Gascoun."
      Georges dou Cadet (1933-2016) : un gascon entreprenant et patriote

      e hè un blòg on conta la soa vita en bilingue/gascon (blòg duplicat per libes papèr),
      e lança un berret "Je suis gascon, je porte le béret"...
      Excepcionau tanben, la soa coneishença deu triangle gascon...
      E s’espíam la soa vita, que i a hèits interessants e mema estonants qui anonçan benlèu la soa apoteòsi gascona !

  • Me concernant, ma réponse est simple : je m’associe à toutes les initiatives permettant de mettre en avant la Gascogne, au nom de l’association "Région Gascogne Prospective", l’ancien "Conservatoire de Gascogne".

    La transversalité est plus que nécessaire aujourd’hui, au vu de l’urgence de la situation, dans un contexte très nouveau : la langue qui faisait l’identité est morte et deux nouvelles régions sont nées, qui ont ancré la division de l’espace gascon en deux, l’une de ces deux régions s’appelant même Occitanie, entretenant encore un peu plus la confusion générale.

    J’ai beaucoup d’amitié pour ceux qui défendent la langue dans le cadre d’une mouvance occitane, mais je crois que l’heure n’est plus du tout à se glorifier de l’ouverture dans tel ou tel bled d’une classe bilingue, c’est carrément le terme de Gascogne qu’il faut sauver. Nous avons la responsabilité historique d’être cette génération qui sait encore un peu ce qu’elle fut.

  • Je n’irai pas mais je souhaite du succès à cette amassada.

    2H30 pour le vin d’honneur et le repas : les interventions de l’après midi seront peut être difficiles !

    Pour le titre Nousautes les gascoûs je crois que les différentes graphies du gascon ne peuvent que perturber ceux qui font des recherches sur le net, mais cela a déjà été dit dans un fil.

    Pour moi la graphie alibertine me semble la moins mauvaise des solutions. Elle est adoptée me semble-t-il par JJ Fénié qui publie dans le quotidien sud-ouest depuis des années sa rubrique parlam gascon.
    Quelques modifications de cette norme préconisées par Jean Lafitte pourquoi pas ? Et encore si ce n’est pas adopté par tout le monde...

    Je ne vois pas les occitans comme des ennemis (sauf ceux qui imposeraient le languedocien comme norme de tout l’espace occitan).

    Par exemple dans you tube je n’ai trouvé qu’un document audio en recherchant comment se prononce le gascon et c’est un document en occitan qui intègre quand même des mots en gascon :
    https://www.youtube.com/watch?v=5xE4V-JXQTg

    Dans ce gros document sur la prononciation de l’occitan le gascon n’est pas mis à "l’index" :
    http://fr.dictionnaire-general-occitan-francais.wikia.com/wiki/Aide:Prononciation
    « sh » est très rare en occitan général. On le trouve en revanche beaucoup en gascon (certains auteurs lui préfère x, conforme à la graphie classique béarnaise et comme en catalan)
    [influence de Jean Lafitte ?]

    La prochaine étape pour le gascon serait de créer un document audio avec les prononciations des régions orientales occidentales et pyrénéennes du gascon.
    Les gens ne s’intéresseront pas au gascon par l’écrit mais plutôt par l’oral s’ils savent comment se prononce la graphie alibertine du gascon.

  • Adiu !

    Que hiqui un ligam de cap au soundcloud de Radio País, on Vincent e Tederic que son estats intervistats ! Que hèi plesir de ves entèner parlar un tan bròi gascon !! Malurosament, n’èi pas podut vir mes qu’èi seguit aquò de pròche. Que sui hòrt contènt deus pleiteis de Vincent e de Tederic que haussan lo nivèu qu’entènen sovent, que hèn capluvar. Les causas que comencen de cambiar !! De notar tabé l’implicacion deu JN Commères de Radio Pais dab comentaris inteligènts e aubèrts.

    https://soundcloud.com/radio-pais

    Qu’es arridènt percè uei, sus Radio País, qu’i a donc 3 participants de gasconha.com, 2 per l’amassada e lo tresau estant jo per le mia gramatica. Que’m pensi que vam, haut o baish en lo medish sèns dab ua auta vista de les causas e, tabé, un cambiament de generacion.

    Tabé, que serí contènt de conéisher lo vòste avís sus le mia intervista (continut) e sus l’avant perpaus de le mia gramatica qu’es en linha en’quera adreça. E’m pensi que pòt anar en lo sèns de’queth moviment gascon, non ?
    Grammaire gasconne de la Grande Lande et du Born

    https://books.google.fr/books?id=z044DwAAQBAJ&pg=PA2&lpg=PA2&dq=renaud+lassalle+grammaire&source=bl&ots=qLWbwWQ4my&sig=v0VQJhrWUTcsP3tdRJz6s4LYKJA&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi-8_Dxht_XAhVISRoKHVhlDocQ6AEIQjAG#v=onepage&q=renaud%20lassalle%20grammaire&f=false

    • Precision : que demandi l’avís deu monde sus çò que disi en començant a "un gascon dialectal, oh, pour quoi faire ?"

    • L’ apprentissage d’un parler local sera envisagé par tous ceux (mais combien) qui souhaiteront s’enraciner quelque part, tout comme certains s’intéressent à l’histoire locale, aux monuments, aux personnages, ou à leur environnement. Mais comme toute langue est surtout faite pour communiquer, et que ce ne sera plus possible avec ses voisins, la seule possibilité que je voie est l’utilisation des réseaux sociaux au moyen de l’écrit (comme sur Gasconha.com), ou vocalement en "live". Et de pouvoir ainsi affirmer son particularisme dans un monde de métropoles !

      L’apprentissage d’une langue normée de plus grande expansion (gascon normé, occitan) sera faite par ceux qui, soit ne seront que peu au courant qu’il existe une telle dialectialisation -mais ne la découvriront que progressivement- , soit qui préfèreront se plonger dans une langue simplifiée et plus abordable. Et cette langue aura l’avantage de leur permettre d’accéder à plus de locuteurs, et à un volume énorme d’écrits, soient contemporains dans une langue simplifiée, soient plus historiques ou classiques à l’aide de traductions.

    • Renaud, les isoglosses du "parlar néguer" ne donnent-ils pas un point de "négrité" maximale comme il existe la zone de gasconnité maximale, ou alors tout les faisceaux se croisent-ils ?

    • En regardant la carte de gasconnité de la Gascogne, on voit deux zones de forte gasconnité séparée par la région paloise. J’en déduis deux possibilités :

      1- il y avait originellement une seule et unique zone de plus forte gasconnité, et ensuite l’influence de Pau a coupé cette zone en deux :
      - soit Pau avait une moindre gasconnité dès l’origine,
      - soit Pau a subit une légère "languedocianisation".

      2- Il y avait originellement deux sources distinctes mais apparentées de forte gasconnité dans la montagne pyrénéenne, et par le phénomène de surpopulation entrainant une émigration vers la plaine on aurait eu cette diffusion de plus forte gasconnité. Cette hypothèse expliquerait d’une part la différenciation entre gascon occidental et gascon oriental, et d’autre part que les aires dialectales et les aires regroupées de la carte dialectale de la Gascogne montrent plutôt une expansion Nord-Sud.

      Quel est l’avis des chercheurs et linguistes ?

    • Doumân, touts lous que parleràn gascoûn que seràn "cultibats", apassiounats . Dounc, que’s compreneràn lous ûns dous auts per tant que parlèssin un "dialècte". Que bouti lous guilhemets pramoun l’espressioûn "gascoûn dialectau" ne vòu pas díser arré pushque lou gascoûn qu’es ua lengue dialectau... Après, qu’ic èi dit dejà, ne sui pas countre un gascoûn nourmat, mème se le soue elabouracioûn me paresh impoussible...

      Que pàrletz dous parlars biarnés mes quèn espien les cartes de l’ALG, que veden plan lou Biarn qu’es un, se noûn LOU parçân gascoûn mè francisat, au mens au nibèu lexicau.
      E entà ço de les vaths pirenenques... que son d’un parlar marginau en fèit...

      Qu’ac disi en le preface dou moûn libi, elabourar un parlar nourmat qu’es "trancher dans le lard" mes... coum se puiré arreconésher un Coumengés ou un couseranés en un parlar hargat a l’entourn d’un larrè sud landés e biarnés ? E lou quite bigourdân tabé...

      Entà ço dou parlar negue... Halip Lartigue, dount es LOU especialiste qu’a estimat le "negritude" (cf Aimé Césaire) maximau de cap au Vinhac (Lévignac). Mes coum ac disè Th Lalanne, lou parlar negue qu’es pas qu’"un" trèit de lengue...

  • Un ligam entà Radio Pais :
    https://soundcloud.com/radio-pais/sets/nosautes-les-gascons
    (Entervistas de Guilhem Pepin*, Vincent P.**, jo Tederic M.**, e ua sintesi de sons on s’enten énter autes Mossur lo professor Gilabert Nariòu (Narioo).

    Bravo à Radio Pais pour sa couverture de l’amassade de Samatan, et pour ses commentaires positifs !

    * Un istorian especializat sus la Gasconha, cas hèra riale en França e dens lo monde !

    ** Entervistas ja aimablament mencionadas peu Renaud.

    PS :
    Le reportage de France 3 sur (il commence à 13’) :
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/emissions/jt-1920-midi-pyrenees (journal 19-20 du lundi 27 novembre)

  • On ne peut que féliciter le maire de Samatan comme les équipes de Savès en Gascogne et Gasconh’a table pour l’organisation remarquable de ces trois journées alliant gastronomie, commerce de proximité (de nombreux exposants de produits locaux) et approche multiple de la Gascogne et du fait gascon, en particulier lors de la journée du dimanche accueillant les conférences de « Nousautes les Gascoûs ».
    Sans oublier le passionnant atelier de chant polyphonique pyrénéen mené par Bastien Zaoui, du splendide chœur Vox Bigerri (un Bastien Zaoui qui parle bien gascon).
    Sans revenir sur chacune des contributions de Nousauts les Gascoûs disons simplement qu’elles ont permis à un public relativement peu nombreux mais varié (dont près d’une dizaine d’Ibégistes et quelques « gascoccitanistes » dont Gilbert Narioo), d’échanger et de se retrouver sans doute tous bien moins opposés qu’ils ne l’auraient sans doute cru.
    D’où un certain manque de discussion de fond dans la mesure où des oppositions tranchées les rendent possibles…
    Peut-être une formule de table-ronde permettrait-elle de creuser les échanges les années futures et favoriser l’éclosion de réseaux travaillant ensuite des sujets spécifiques.

    Car on ne peut que souhaiter la pérennisation de ce bel évènement voire sa dissémination sous des formes éventuellement différentes ailleurs en pays gascon ; d’autres municipalités devraient s’inspirer d’un évènement fédérateur d’une population largement et bénévolement investie dans la réussite de ces journées... Je crois savoir qu’on y pense…

  • Los gasconhautes acostumats a legir Gerard Saint Gaudens (alias Gerard Brasquet, o lo contrari) sus Gasconha.com que seran uròs d’u poder enténer au micrò de Radio País, a l’escadença d’un "café gascon" a Dacs :
    https://soundcloud.com/radio-pais/lo-gran-descluc-deu-4-de-junh
    Qu’i parla (entervista plaçada dens la prumèra partida deu "Gran descluc") de Gasconha.com, un chic deu grope Facebook "Esprit gascon", e mei generaument de la convivéncia en progrés énter occitanistas, gasconistas, bearnistas e autes.

  • Adishatz a tots brave monde,
    quauques informacions bearnesas...
    qu’ei de dou har de non pas aver parla dera PASSEM deu biarn...gran moment e grana dimenjada populari ta hicar en davant nosta lenga.
    hera de monde e 400 kms en correr sus eth parça deu biarn, totun pas un mot sus aqueth siti que soi deçevut...
    Car Tederic n’avem pas jamei avut tanpoc un "compte rendut" (prometut..) sus era amassada gascona dab l’ibg e d’autes qui’s passava e i a quauques temps...
    mercès bon dia a tots

    • Adiu Miquèu !
      Qu’èi plaçat lo ton gran de sau dens lo hiu "Nous les gascons / Nousautes les gascoûs A Samatan dimanche 26 novembre 2017".
      Si n’i avot sus Gasconha.com nat compte rendut detalhat de l’amassada de Samatan, que’n i a totun aciu-dessùs quauques reclams (grans de sau #13 e #14).
      Lo sit Gasconha.com que foncciona un chic coma ua auberga espanhòla, e ne cerca pas a seguir l’actualitat de cada dia ; pr’amor tanben que n’ac pòt pas.
      De mei, que i a adara mejans de comunicacion qui son mei reactius sus l’actualitat, coma lo grope Facebook Esprit gascon, o Ràdio País. E justament, l’esprit de Samatan qu’es de federar tots los qui s’interessan a la Gasconha, entà que cadun e hasca la soa partida segon los sons mejans, lo son estile, las soas particularitats.

      Lavetz, si quauqu’un e vòu parlar de la "PASSEM" sus Gasconha.com (com ac començas tu adara), qu’es bienvengut, e arranjarei si necessari un hiu de discussion ad hoc ! Si digun ne lança lo subjècte sus Gasconha.com, ne serà pas tratat, e ne’nse hèm pas nada obligacion.
      Aprèps, Gasconha.com que pòt parlar autanplan de la "PASSEM" dens sheis mes, pr’amor que som un media "de hons", qui pren lo temps de la reflexion !




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document