Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

Hapchot Wheels

jeudi 31 août 2017, par Tederic Merger

Comme l’écureuil et la pigne, le hapchòt est un totem landais. hapchòt

C’est pour ça qu’une association jeune basée à SOORTS-HOSSEGOR - des jeunes "ayant pour passions communes les ride en moto, l’art de vivre local, un intérêt pour la custom culture, les arts graphiques et la musique" - a choisi le nom Hapchot Wheels.

« Lou Hapchot, terme gascon, est un outil à bec recourbé utilisé par nos anciens pour entailler les pins et récupérer leur résine.
Wheels, terme anglophone signifiant les Roues…. »
http://hapchotwheels.com/about-us/

Je remarque aussi que « Le Grand Duc, Public Relation en chef » porte crânement le béret !

Cela ne suffira pas à consoler Halip (ni moi non plus) qui pose la question
Comment reconquérir une société quasi totalement dégasconnisée aujourd’hui ? Et qui n’a pas envie de se regasconniser, autochtones inclus.

Chaque jour, j’enregistre des anecdotes qui montrent que le peuple gascon d’aujourd’hui a soif... d’anglais - et pas de gascon !
- Hier, c’est une dame qui fait partie d’une chorale à Casteljaloux : tout leur répertoire est en anglais, langue qu’elle ne connait pas du tout...
- Et à l’ouverture d’un cours d’anglais gratuit par une association de loisirs de Tonneins, c’est la cohue... Imaginez si ça avait été un cours de gascon !
- Dimanche, revenant à vélo du marché de Mézin, je me fais doubler par un cycliste sportif : il écoutait la radio dans son casque... à tue-tête... une de ces radios publicitaires qui m’horripilent... là c’était juste une publicité où une voix d’arressegue exige "Listen to me !"
Une fois qu’il m’a dépassé, je vois sur le dos du cycliste un slogan en anglais, genre FOLLOW ME. E tot atau...
Lui non plus, je ne suis pas sûr de sa compétence en anglais, mais chic a chic, comme le peuple gascon dans son ensemble, il s’en imprègne.

Le français devient ringard, alors le gascon devient super-ringard !
A une choriste qui lui a demandé de mettre du gascon au répertoire, le chef de choeur de Capbreton a répondu que c’était passéiste.

Ce phénomène nous dépasse. Il est question de soft-power et de mondialisation.
Et même parmi nos jeunes ruraux (pas tous cependant), le gascon reste un "patois" de "ploucs", un truc de vieux.
Quand on est David contre Goliath, il faut ruser.
Peut-être ruser avec l’anglais ? Comme la marque Adishatz quand elle affiche du gasconwear et ouvre un gasconcept store ?


Voir en ligne : L’association Hapchot Wheels



Grans de sau

  • Trop tard pour développer, une chose rapide : ringardise ou sexytude (pour faire franglais), vent en poupe ou vent de face... Je crois qu’il s’agit surtout pour une langue de nos jours en société consumériste et individualiste, d’exister dans les médias (radio, presse, télé, cinéma, internet). Il me semble que le reste : les "choix individuels réfléchis", les "héritages culturels" conserve une importance, mais elle est devenue moindre. C’est la grande nouveauté des temps.




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document