Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Georges dou Cadet et le triangle gascon

Face au "dépeçage" de la Gascogne

lundi 18 septembre 2017, par Tederic Merger

Le triangle gascon


Georges dou Cadet (1933-2016) : un gascon entreprenant et patriote

Georges dou Cadet et la langue

Georges dou Cadet et le Béret gascon

Pour Georges dou Cadet, c’est clair : la Gascogne est délimitée par le triangle Pyrénées-Garonne-Océan :
La Gascougno éy un pays éncèrclat pèr la Garono, dab coumo frountièro las Pyrénéos é l’Océan.

Ces frontières sont protectrices « comme nous le rappelait notre bon roi Henri, notre Gascogne se trouve sous la protection de la Montagne, de la rivière et de la mer ».
coumo mous at rappélaouo nosté boun réy Hénric (IV) nosto Gascougno sé trobo sou la proutèccioun dé la Montagno, dé la Riou é dé la Mèr

Autrement dit (et cette fois, il parle des limites du gascon - mais pour lui la Gascogne c’est là où on parle gascon, donc ça revient au même) :
« Le gascon cher à notre coeur n’a pas d’écriture [ça c’est une autre question, Georges !], il est constitué selon notre bon Roi Henri par les frontières naturelles de la montagne (les Pyrénées), la rivière (la Garonne), et l’océan. »
qué caou sabé qué lou gascoun ca à nousté co, n’a pas éscrituro, é qui counstituat, séloun nousté boun Réy Henric, per las frountièros naturèlos dé la mountagno, (las Pyrénéos) la riou (la Garouno,) et la mèr (l’océan)

Et pour la Garonne, il insiste, la Gascogne est sur son "aile gauche", depuis Baqueira en Val d’Aran jusqu’au phare de Cordouan en Gironde :
l’alo gaoucho dé la Garouno, démpuch lou cap dé Baquéira aou Val d’Aran, dinc’aou pharé dé Cordouan én Giroundo.

Son explication historique, c’est que la Gascogne a été peuplée par les Vascons "venus d’Espagne" et protégés et arrêtés à l’est par la grande rivière (la garonne) :
Lous Vascous bénguts d’Espagno, puplèn nosté pays, mountèn diguén lou Nord, é proutètgeats, et arrèstats à l’èst pou gran arriou.

Au fil de ses écrits, Georges ne manque pas de proclamer que sont gascons :

- Bagnères de Bigorre, Soulac en Médoc, la vallée pyrénéenne du Louron, le Bassin d’Arcachon :
Aném ! lous Gascous dé Bagnèros dé Bigorro 65 , à Soulac én Médoc 33 , cridat Haout é fort : Açi qui la Gascougno.
(Légende de ses photos : La belle vallée du Louron en Gascogne, Le Bassin d’Arcachon en Gascogne.33)

- Capbreton et sa côte (la Côsto Gascouno) :
Lou chouès d’aquéro régioun de la Côsto Gascouno, nous attiraouo, émprémou qu’èro la més proché dé nosto Souciétat, é qué Capbrétoun èro un biéilh billatgé dé Péscayrés.

- Les Pyrénées (et la race de chiens qui portent leur nom, pour lesquels Georges s’était passionné) :
Diguén nostos Pyrénéos Gascounos lou fanioun dé la raço dous ‘Mountagnos’ èro pourtat démpuch plusiurs annados per l’Ariègouès Dr Vétérinari Giralt

- Le Val d’Aran (« tabé en Gascougno » / aussi en Gascogne) où il avait ouvert puis fermé une agence :
Qué vénguéoui dé barra l’Ageanço qu’aouèy aoubèrt diguén lou Val d’Aran Espagnol « tabé en Gascougno »

Le refus des découpages régionaux qui nient la Gascogne

Tout d’abord, Georges dou Cadet, né à la frontière entre les départements du Gers et des Hautes Pyrénées, insiste sur ce qui lie ces deux départements « jumèlats » ("jumelés") depuis l’Antiquité par le chemin de la Ténarèse - jumelés, mais aussi liés à l’Espagne, et à la Garonne à Aiguillon :
Un arbré, éntà èsté soulidé é bénant, à bézouy dé bounos raçinos. Qué ban énsaja dé bous expliqua : Tout d’abord, é démpuch forço témps, lou Gérs é las Haoutos Pyrénéos soun départoméns « jumèlats », lou Camin dé César ( 40 ans aouan Jésus christ) réliaouo Aiguillon (47) aou plan d’Aragnouét , éntà traouèssa las Pyrénéos sénsé passa sur un pount é décap la valéo dé l’Ebro, é réjouégné las dirèctious dé Sarragossa et Madrid. Lou Camin dé César à baillat lou nom d’uo régioun traouéssado diguén lou Gérs ( én latin la ténarèzo).

Homme d’affaires et de terrain, sensibilisé à la prospective économique, il tire argument du projet de tunnel ferrioviaire transpyrénéen Argelès-Biescas pour rattacher les deux départements qui lui sont chers à « nosto Aquitaino ». Là on comprend que par pragmatisme, comme il s’agit de Région administrative, il ne parle plus de Gascogne mais d’Aquitaine, mais il voudrait en quelque sorte gasconniser l’Aquitaine administrative en lui rattachant les départements du Gers et des Hautes Pyrénées [1].
Il n’explique pas dans le détail le lien qu’il fait entre ce nouvel axe de transport France-Maroc, et le rattachement des deux départements à l’Aquitaine, mais on comprend qu’il y a réfléchi... :
Y a uo quinzéo d’annados diguén uo prospèctivo sériouzo dé la révuo Pyrénées Magazine, prébézéouo èntà las annados 2050, un passatgé dé la Pyrénéos pèr un tunèl Argelès- Bièscas, via Sarragoza, Madrid, Gibraltar, Maroc. E nostés dus départoméns tant poulits qué coumpléméntaris, lous boulérén réstaca à nosto Aquitaino.

A propos de la création en 2015 des régions « colossalos », il revient, dans son article sur le dépeçage à la charge sur ses deux chers départements, en signalant qu’ils se trouvent sur "le versant ouest Adour-Garonne".
Il répète qu’« il ne serait pas gênant [on appelle ça une litote !] de les voir passer en Aquitaine » (même dans cette "Nouvelle-Aquitaine" colossale mais qui ne correspond même pas au Bassin aquitain ?) :
Lous départoméns dou Gérs é de las Haoutos Pyrénéos soun éncadrats pèr duos régious « colossalos » Midi Pyrénées-Languedoc Roussillon é Aquitaine –Limousin. Aquéts dus départoméns és trobon suou vèrsant Ouèst dou Bassin Adour-Garonno.
Y pas bosté sèrbitou qu’a traçat lou cours dé la Garonno, é sa culturo, lous homés (Hénric IV), d’Artagnan, an valorizat lous dus Départoméns, é nou séré pas gènant dous bézé passa én Aquitaino.

Mais finalement, il retombe sur la logique qui "nous est chère" et "qu’avait claironnée lou nosté Hénric" : les Pyrénées - la Garonne - l’Océan, c’est ça la Gascogne !
Espiat uo carto qué bous prézénton aquéstés jours lous journals, é réfléchits. E qué tournérén trouba uo logiquo qué mous éy caro, é qu’aouè ‘clairounat’ lou ‘nosté Hénric’ : La mountagno (Pyrénéos) la riou (Garonno) é la mèr( l’Océan). (Qui aco la Gascogno).

Et non à la nouvelle Région "Occitanie" (dont « il ne peut même pas prononcer le nom ») !
Il l’accepterait si elle s’arrêtait à la Garonne, sans empiéter sur la Gascogne :
Coumo hèré vosté sèrbitou, sé nou bénguéouo pas, éncouèro un cop, bous dizé sa décèptioun dé bézé sé créa uo grano régioun doun nou pot mèmo pas prounounça lou nom. Noun pas qu’aquésté lou sié désagréablé, bièn aou countrari, més à counditioun qué s’arrèsté à la Garouno.


[1Cette solution de redécoupage pragmatique, qui a l’inconvénient d’abandonner la Gascogne située plus à l’est dans les départements de Haute Garonne, de l’Ariège et du Tarn-et-Garonne est parfois apparue lors des débats de ces dernières années, de la part de personnes sincèrement attachées à la Gascogne.






Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document