Notre région, c’est la Gascogne !


Petit dictionnaire gascon d’entre Marmande et Clairac

samedi 16 janvier 2016, par Tederic Merger

« Petit dictionnaire Français -Occitan Région de Marmande rive droite de la Garonne » de Denise Laffargue.
Les mots sont parfois illustrés de proverbes, souvent savoureux* comme les proverbes, et récapitulés à la fin.

Soit les mots sont très gascons (harie = farine - d’un sac dé carboun né èzen pa un sac d’arie), soit ils viennent directement du français et ça veut dire qu’ils avaient remplacé le mot gascon correspondant à l’époque de l’auteur (20e siècle).

Pour un observateur de la toponymie de cette rive droite de Garonne, c’est un peu surprenant : les mots du dictionnaire paraissent plus clairement gascons que la plupart des noms de lieux, notamment ceux de Virazeil, la commune natale et maternelle de Denise Laffargue.

* Exemple : Es bien praoube l’agot ké né trobe pa sa lige (Es bien praube l’hagòt que ne tròba pas sa liga = il est bien pauvre le fagot qui ne trouve pas son lien)
On remarque ici :
- le h gascon (hagòt) mais pas aspiré, même au (faible) sens français, puisque l’article qui le devance peut être élidé ; du coup, l’auteur ne l’écrit même pas !
- la graphie étrange de l’auteur : à la fois franco-phonétique et radicale, elle n’est pas expliquée et semble peu cohérente.

[Tederic M.]


Voir en ligne : http://tonens.canalblog.com/archive...



Grans de sau

  • Cruelle coïncidence : c’est quelques jours après que j’ai créé ce ligam que Denise Laffargue...
    « nos a deixat a l’atge de 97 anns ».
    Qu’èi demandat a l’amic Danièl qui m’anoncièt aquò de héser passar ací la frasa qu’avè escrita :
    Damb lo passatge d’aquera dauna dens un monde que soètam milhor, aquò’s una bibliotèca de mèi que dispareish a tot jamèi.

    Danièl, n’èra pas necessari de passar a ua grafia "ortodòxa".
    Sus Gasconha.com, que som libres !
    L’important qu’es de héser passar tant qui póscam un pau de la memòria e de la lenga deu país, e deu monde qui l’an aunorat ; coma Denise Laffargue.

    • o1918 à Virazeil, aux Grignoulets + 17/01/2016 à Castelmoron-sur-Lot

      Denise Laffargue, que j’ai connue vers la fin de sa vie, avait l’air d’une vieille paysanne d’avant guerre, bien de chez nous. L’air de rien …
      Que nenni ! C’était une femme exceptionnelle.
      Un œil vif, une intelligence discrète mais évidente, d’un commerce agréable. Exceptionnelle pour ce qui est de l’intérêt qu’elle portait à notre vieille langue de notre pays marmandais, notre gascon marmandais, que les ignorants, ou les insolents, qualifient encore de patois. Denise Laffargue est la première, dans le Marmandais, à écrire un « PETIT DICTIONNAIRE » dans la langue locale, déposé aux Archives municipales de Marmande. Elle ne sera plus la seule : elle a motivé, elle a encouragé des élèves qui maintiendront et poursuivront son œuvre.
      C’est une paysanne qui parle bien notre langue, avec aisance, mais qui l’écrit en inventant une graphie singulière et déroutante.
      Une paysanne ayant le gascon marmandais pour langue maternelle et qui a appris le français à l’école.
      Une paysanne, née en 1918, qui va faire, partiellement, des études supérieures et sera titulaire de trois certificats d’études supérieures d’italien.
      Une « bêtise », comme elle disait, la contraindra à devoir gagner sa vie.
      Mariée en 1943, divorcée en 1953 ; elle aura trois enfants.
      Après de nombreux postes en France et en Afrique ( elle passera dix ans au Sénégal et en Guinée) elle terminera sa vie professionnelle comme inspectrice des impôts à Agen.
      À la retraite elle se consacrera à sa langue maternelle, le gascon du Marmandais, qu’elle illustrera par son « PETIT DICTIONNAIRE » en deux volumes : Français-Occitan en 2007 et Occitan-Français en 2008.
      Son dictionnaire sera découvert et imprimé sous les auspices de Marceau Esquieu (fils de paysan comme elle) brillante icône lot-et-garonnaise de « l’Escòla Occitana d’Estiu » à Villeneuve–sur-Lot.
      Denise Laffargue écrira quelques textes dans sa langue mais surtout, avec la participation de ses élèves, elle fera de nombreuses traductions de textes français dans divers domaines : littérature (romans, poésies, contes, récits) politique (Jaurès), pour illustrer notre langue marmandaise et montrer sa capacité à tenir son rang dans tous les domaines de l’écriture.
      À la voir prendre de l’âge, j’avais oublié que Denise Laffargue était mortelle. Elle entre aujourd’hui dans l’immortalité avec son « PETIT DICTIONNAIRE » de langue du Marmandais et avec notre affection.
      Merci Denise Laffargue.

      La Teste-de-Buch, le 12 février 2016

      Bernard Le Beau (Bernat Lo Bèth, per los amics)
      proviseur honoraire, ancien élève de Denise Laffargue.

  • J’ai également bien connu Denise Laffargue.
    Elle connaissait des chants gascons quelle tenait de son père. Elle avait également écrit "Soubénis de quan èri drole" édité en 2009.
    En son hommage, je vous envoie un petit extrait de ses "Soubénis" avec un enregistrement que j’avais fait.
    Nota : ce qu’elle écrit -ll- se prononce selon la graphie espagnole : l mouillé.

  • Amic Tederic, te remercii fòrt d’àuger hèit passar ma petita frasa a perpaus de la mòrt de dauna Laffargue. E te remercii tabé de m’encoratjar a practicar ma grafia qu’es pas de les pus "ortodòcses". Sabèvi que Gasconha.com èra un lòc de libertat, mès sabi bé, tabé, qu’emplègui una grafia fòrt minoritària que risca de desplàser as adèptes de La grafia classica segonn la nòrma dau "Congrès permanent de la lenga occitana" . Se practiqui aquera grafia un pauc "hòra nòrma", inspirada de la de Jann Lafitte a l’origina, e represa per Halip Lartigue apui, ’cò’s briga per me singularizar o hèser lo mariòle, mès simplament perque pensi que la grafia dau gascon meritaré un petit toaletatge tot en s’eslunhant un chic de la de l’occitan "stricto sensu". Donc, sens estat d’ama, tòrni escríver acò en version "danielèsca" : Damb lo passatge d’aquera dauna dens un monde que soètam milhor, acò’s una bibliotèca de mèi que disparei a tot jamèi.
    Coma au pòdenn véser, les modificacions sonn minoras e sàutann pas forçadament as ulhs. Pensi pas que provòquinn de trobles oftalmologiques en un patòc de monde... ;)

  • L’extrèit qu’es shucós (qu’es lo cas d’at díser) !
    Mercès plan.

    Entà çò de le grafia (Daniel), que’m hèi tustèm gai quèn pòt har’spelir les particularitats deus dialèctes. Melèu que de legir quauquarré shèt gost...

    Mèma, se jou, anirí encoèra mè lunh en lou cambiement...
    Adouptèssin aqueth signe ^ de boutar sus le voucala avant un "n" velari (coum at perpausa lou Laffite justement), n’aurén pas daun de doublar lous "n" a le fîn deus mots. Que serén automaticament dentaus.
    Que carré troubar un coumproumés entre grafia classica (lou "a" deu feminîn, lous "ar", "er", ir" deus infinitius), febusiana (lou soûn "ou" noutat coum en francés, abandoûn deu tesic etimologic : "poumè" au loc de "pomèr") e "lafitesca" (lou "^") entà lou nòst gascoûn singui de boûn legir per qui que singui shèt de càder en ua grafia founetica ou loucalista.

  • Ci-joint sa graphie, qui essaye de rendre au mieux sa prononciation, correspondant à l’audio ci-dessus.
    - ll- = l mouillé

  • Renaud, soi content de vos lugir. Figuratz-vos que jo tabé pensèri au signe ^ sus una vocala avant una "n" velària. Es vrai qu’acò espranharé de doblar les "n" dentalas a la fin d’un mòt, çò qu’es pas tròp estetic après tot. Un compromés entre grafia classica, febusiana o auta, perqué pas ? Acò ajudaré puixament los neo-aprenents a conéixer les subtilitats foneticas de tau o tau parlar e los-i permetré de prononciar d’àuger une prononciacion corrècta. Per contra soi pas tròp partisan d’hèser sautar la "r" finala etimologica.
    I a pas mau de temps d’acò, un occitanista auvernhat, Roger Teulat, avèva perpausat d’ameliorar la grafia de l’occitan dens aqueth sens. Mès ses idèias sonn damoradas letra mòrta, lo "Congrès" estant damorat sord. Belèu que per lo gascon, les causas podrànn cambiar...

  • Adixatz

    Ta ço de la grafie de Denise Laffargue n’ey pas tan curiouse. Que troubam lou k en l’obre de Pey de Garros : "sekera" per exemple, e lou z qu’esté lountems la norme e que demoure hens lou noum de persounes ou de locs (Lacaze, Mazères,...). Destinga é / è / e qu’esté la norme de Vignancour, l’editou paulî famous au sègle XIXau.
    Que y avou tabé au sègle XIXau proupousicioûs d’emplega lou k, ço qui hen lous bàscous.
    Soulucioûs grafiques que n’y a à pièles. Mes ne-s pot pas ha arré dab lous occitanistes permou que tad eth la grafie qu’ey ue questioû ideologique, touca à la loù grafie que seré touca à l’occitanisme e n’at poden pas.

  • Les occitanistes, fort critiquables par ailleurs, ont raison de vouloir fixer une norme et s’y tenir. Leur idéologie est autre chose mais ils sont cohérents, ils sont d’ailleurs les seuls à être vraiment cohérents. Très peu d’entre vous ici l’est. Dégager le gascon du moule français est une nécessité, sans quoi l’image de la langue est celle d’un vulgaire patois. Ensuite, quel que soit le choix graphique, il y aura toujours un "trabuc" à la lecture. Par exemple la diphtongue AW, comment l’écrire pour qu’elle soit bien lue ? AU sera lu O, AW sera peut-être lu comme l’anglais AWFULL ou AWSOME, AOU sera lu comme une diérèse et non comme une diphtongue. On peut multiplier les exemples à l’infini. Le fonds du problème est que 95% de la population ne connaît pas la langue et surtout n’a pas été alphabétisé dans la langue. Un Français sait que PENDANT se prononce PANDAN, que EN et AN ont la même prononciation, comme IN, AIN, EIN etc...
    Je vois sur ce site que chacun y va de sa manière d’écrire (Tederic n’écrit pas comme Renaud, qui n’écrit pas comme GSG, qui n’écrit pas comme Artiaque, qui n’écrit pas comme Garluche, qui n’écrit pas comme Daniel Séré, qui n’écrit pas comme Peyraube etc...) ce qui fait autant d’orthographes que d’usagers de la langue. Vous avez conscience de l’image que vous donnez ? C’est catastrophique ! Vu de l’extérieur, par un non initié, ça ne fait pas sérieux et ce n’est digne ni de respect ni d’intérêt. C’est le bordel et on ne sauve rien dans une telle cacophonie.
    La norme occitane, avec quelques adaptations pour le gascon, est très bien pensée et tout le reste n’est que démagogie inefficace. La clef est la connaissance de la langue à l’oral et ensuite l’alphabétisation dans cette langue et à l’aide d’une norme fixe. Nous en sommes très très loin.

  • Cadun qu’a las suas ideias sus la grafia :que poderem inventar l’arrepoer « en quate gascons tres grafias » !
    ¨Plan segur que caleré adoptar ua grafia comuna , rasonable e logica . La grafia dita « occitana » o « classica » que’m sembla la basa mes o menx mes acceptedera mes que la caleré adobar segon las necessitats pròpias au gascon ,quaucarren que lo Jan Laffita ensajèt i a vint ans d’aquò Mes lo sordeis que seré d’entamiar ua quista xens fin de cap a la transcripcion cada còp mes maniaca de las particularitats de cada parlar ultralocalizat, quaucarren d’agadable benlèu per quauques personas enquera hòrt estacadas au parlar deus ajoùs e deu petit parçan mes briga utila per los neò-parlants, qui son eths devienguts mes mobiles e pas mèi estacats a un petit parçan o mes sovent estacats a dus,tres o quate parçans gascons per l’ereditat e las mudanças.
    Un exemple :distinguir lo e ,lo é e lo è (o tabé lo ê , e çò de velari e çò de pas velari ,etc… ) quan los diferents parlars us manejean de maneras diferentas ,qu’es tostems necessari,de vertat ? Se lo « e « es un « e «  » pertot en Gasconha, e lo « é » pertot un « é » ,d’acòrdi ;mes se s’ ageix de distinguir entrer la prononciacion deu Brulhès de la deu Bezaume(un simple exemple,n’èi pas arren en contre d’aquèths parçans !) ,non pensi pas qu’aquò e sia d’arrecomendar (plan segur,qu’es tabé pleitejar « pro domo » puixqu’èi tostems avut problemas dab los accents en totas las lengas ).
    Tanpòc lo hèit qu’ua particuaritat grafica e sia estada utilizada un còp per un autor – estosse lo quite Peir de Garròs – ne’m sembla pas ua justificacion .Se parlam deu « k » per exemple, qu’es hòrt normau que los Bascos e l’utilizen per la loa lenga,non indò-euròpea mes nosautes qui parlam ua lenga latina ? Lo « k » no’s hè pas servir en daubuna d’aqueras lengas a part quauques cas de mots exotics.Tà diser las causas d’un baix un chic brac,lo « k » que’ns es autan normau com ua sera a un can
    Enfin l’origina « occitana » d’aquera grafia de basa non deu pas apareixer tan espaventau ; senon que’s poderé diser que la grafia que seré ua causida ideologica tabé per nosautes, los « non occitanistes ».

    Un (abans)darrer mot :qu’èi aperat mantun còp aqui a la creacion d’un grop de linguistes gascons de diferentas originas tan geograficas que d’ « apartenenças graficas ». entà que sorti d’aquò ua vertadera adaptacion de la grafia « classica » au gascon . En bèth esperar la creacion d’aquèth grop, que sugereixi la creacion d’un hiu especific on cadun poderé donar quauques pistas de tribalh.E qu’aconselhi de legir los liberòts deu Jan Lafitte (numeròs especiaus de DiGaM LiGaM) :non pas entà’u seguir com avugles(personaument n’u segueixi que hòrt chic) mes perqu’es lo sol qui agi pausat totas las questions deu problema dinc au jorn de uèi.
    E lo darrer mot de vertat (tà responer au contributor critic e anonim) :en la situacion de uèi n’es pas pòssible d’exigir deus contributors ua grafia unica e ac hasossim qu’aniré en contre de la volontat d’aqueste siti :estar lo sol endret on tots los Gascons e poden exprimir las lors opinions , en la grafia qui vulhin .

  • Bon... permèr, lo vòste ton arreganhat e "saberut-pesut" que comença de m’estar un chic penós...

    Après, le grafia occitana qu’a hòrt de qualitats mes un defaut màge : qu’es de non legir preux non iniciats. Qu’es le mè logica mes... le logica ne hèi pas tot. O tot lo monde que parlaré esperanto...

    E tabè qu’a un aut defaut, qu’es estacada en ua ideologia qui vorré UA lenga escriuta per un territòri tan gran com "l’Occitania". Donc, n’es pas briga plegadissa. Qu’es en le soa ideologia hèita per con.hóner grafia e sintaxa, o grafia e fonologia. N’es pas ua grafia de le diversitat lingüistica, mèma s’èra estada hèita per n’estar au bèth començament.

    Ua nòrma fixa,ce dísetz. Qu’es plan. Mes totaument utopic. Qu’at dic tostèm : hèm dab çò qu’am ! Le védetz vir le nòrma ? Lo séntitz lo deser pregond deus gascon d’aver ua lenga unificada ? Pas jo... Indiferença per le màge part, estacament au cròt per çò d’aut. E be, tribalham per le dusau categoria au lòc de saunejar ! E estar estacat en un parlar, n’es pas se trufar deu parlar deu vesin. "Ah, estèssi atau..." Be non. N’es pas atau, bè, lavetz... Mes que pòdetz totun citar dus o tres filosòfes en responsa.

    Que vau enviar lèu mas irèias e perpausicions de grafia novèla. Que serà segur un chòt en l’aiga, mes ne hèci pas partida de los qui disen ne n’am pas daun d’un aut escriut. Quèn le grafia es ermetica, bàlhatz pas enveja au monde de parlar le lenga... Autan simple qu’aquò.

  • Après, entà respóner a Gérard, e’m pensi tabé lo gascon deu futur que serà de mensh en mensh locau, aquò segur. Totun, pr’encontrar neo-locutors, quasi tots que son en demanda deu parlar deus ajòus. Aquesta lenga qu’es completament pegada au territòri. E’m pensi que puirén hargar 5 o 6 gascons regionaus de bon utilisar. Que seré ua utopia de pensar que seré parlat mes que puiré servir de basa entà los qui vòlen apréner le lenga deu peís (peís familiau, o peís causit).

    Que parlan de nòrma mes lo parlar dialectalisat que l’a dijà le nòrma ! Lavetz plan solide, doman, l’un ne va pas ensenhar lo gascon de Mamisan, l’aut lo gascon de Biàs e l’aut lo gascon de le Bohèira. Mes en causintz un gascon plan documentat pr’aquesta zòna dada en exemple (com lo d’Arnaudin plan solide), que puirén díser : "que ves perpausan aquò, n’es pas exactament lo parlar de vòste, mes que s’i sembla, qu’i a ua gramatica, ua nòrma perpausada, etc...".
    Jo, e’m pensi ua associacion que puiré hargar gramaticas en partintz singui d’un autor productiu, singui de collectatges e les perpausar a professors, cors de gascon locaus, sus parçans delimitats (Gironda, Lanas, Shalòssa, Biarna, Bigòrra, Armanhac, Comenge, Coseran, MArmandés etc...)

    Après, distinguir les velàrias e los accènts qu’es importènt. Que pòdetz díser "qu’es le mia particularitat". Escríver "mèi" ; "mei", "mès", o mes" qu’es dijà estar identificat en un lòc precís dab ua lenga precisa.

    Que sui d’accòrd a 100% de crear lo hiu, o le quita comission que Gérard parla !

  • De tota faiçon, auram bèth que blagassejar a tengut, aquò harà pas aumentar lo nombre de gents alfabetisadas en gascon (o en occitan). I aurà totjorn 99 % de gents que sauràn pas l’escriver autament qu’a la francesa o que sauràn pas lo parlar o que sauràn sonque quauques mòts. Donc, vau milhor se garinhar pas, e sonque s’hèser plaser intellectualament.
    Amistats a vos tots !

  • J’ai mis le doigt là où ça fait mal on dirait !
    Mon ton "arreganhat" ? Ce mot m’échappe mais ça ne doit pas être sympathique.
    Vou devrié ékrir kom on prononss, vou zavé rézon. Cé sa ki fo fèr.
    é lé zélèv ki aprènn l’anglé, i fo ki l’aprènn avèk l’ortograf francèz, i soron mieu apré.

    Maille taillelor iz ritche !
    Ouère iz Braillann ? Braillann iz in zeu kitchaine. Of kourse. Gode sèilleve zeu Kouine ! (avec une leçon spéciale expliquant qu’il ne faut pas confondre avec gouine)

    Je vois d’ici toutes les générations de parfaits anglophones à venir.

    On peut aussi avec l’espagnol :

    Don Quirote dé la Mantcha èsse ounne ombré sïmpatiko. Cèrbantèsse èsse ounne granne aoutoré èspaniol.

    Au lait !

    Avec l’allemand :

    Berline iste aille ne grosse chtatt ïnn doille tchlande. Dasse iste cère goutte ! Dan keu cheune !

    C’est ce que vous proposez pour l’occitan, ni plus ni moins. Ce n’est pas témoigner beaucoup de respect à votre langue et aussi considérer que les gens sont trop idiots pour apprendre un code autre que celui du français. Un peu limité intellectuellement l’occitan de base ? Un peu couillon et sudiste consanguin ? Un narbonnoïde dégénéré plus proche du chimpanzé que de l’humain ?

    Je persiste et je signe, vous êtes dans la mouise, même si je comprends que ça vous agace. L’occitanisme est et reste la moins rétrograde et crétine des doctrines régionalistes méridionales.

    Paures de vosautres !

  • Enta respoùne au nouste amic occitaniste, toute grafie qu’ey ideologique. Que y avou debats deus grans au sègle XVIIau à l’academie francese enta decidi de la grafie ouficiau deu francés e que y avou coumproumés. Qu’ey lou problème de la lengue d’oc, n’y a pas de coumproumés. Ne y a pas tapoc counsensus sus l’occitan : si ey acceptat que lou catalâ e sie ue lengue à despart dab la soue pròpi grafie, n’ey pas acceptat peu gascoû. Pìri : que y a û mesprètz entad aqueth dialècte. Lous tèxtes de l’IEO sus la necessitat d’ue norme que parlaven de las tradicioûs catalanes e de l’istòri ouriginau d’aqueth dialecte, e que l’arrecouneixèn coum ue lengue, mes n’avèn pas û mout sus l’istòri deu biarnés ou deu gascoû. Que y a ue voulentat d’esfaça l’ouriginalitat deu gascoû, ouriginalitat lenguistique, istorique e literàri.
    Que quio, qu’èy ue pousicioû ideologique. Ta you lou gascoû qu’ey û dialècte ouriginau, qu’a las soues pròpis tradicioûs grafiques. Qu’esté la lengue ouficiau deus ducs anglés, que y a ue pièle d’archius à Londres en gascoû, qu’esté la lengue administrative deu reyaume de Navarre e à Pampelune tabé que y ue pièle d’archius en gascoû. E qu’esté la lengue deu Biarn endependent.
    Quequio n’avèm pas ue grafie fixe mes l’occitan tapoc. Que y a diferences enter las grafies occitanes deu dicciounàri de Per Noste, deu dicciounàri de Pèir Mòra, la norme de l’IEO entau gascoû e la norme de la Vath d’Aran entau gascoû aranés.
    E puix quoan disetz qu’an los occitanistes ue norme fixe, e vouletz dìse ne coumpten pas nousauts ?
    Lou tribalh de Laffite qu’esté arrejetat. L’IBG qu’avè au prencìpi la volentat de cerca û coumproumés enter la grafie occitaniste e las grafies gascounes. Toutû coum at ditz Pèir Mòra hens l’abans-dìse deu soû dicciounàri que vivem lou tems deus ayatollahs.

    Ta ço de l’alfabetisacioû, qu’èm trop couns ? En Biarn Lembeye, Nay que-s prounouncien coum cau, e que soun grafies biarneses vielhes. Lembeja, Nai que-s prounouncien à la francese. Ourbitz lous oelhs, moussu, deixatz lous arrepics ouccitanistes.

  • Renaud,que compreni lo vòste chepic personau , probable neurit de la vòsta experiencia de collectaire .Que puix comprener tabé qu’ agitz detectat "un mercat".S’existeix, endabans ! Mes mes generaument non credi pas que la recerca "maniaca" enquera un còp , desolat d’ac tornar escriver, de la particularitats linguisticas quasi individuaus e sia de justificar . Lo mercat qu’es quaucarren mes non vedi pas com e’s poderé definir ua estrategia de subervivença deu gascon au segle XXIau sonque entà que quauques individualitats esparcidas suu territòri gascon e puixquin diser : " ah, perfecte, aqui que son totas las mias particularitats " ! Se son tan complasentas per eras medixas que remplacen la grafia per un magnetòfòne , en tot cas mès hideu !

  • Monsieur Peyraube,

    Croyez-vous réellement que votre manière d’écrire sera mieux lue ?

    enta = anta, ey = è, debats = deba, deu = deux (le chiffre), lenguistique = languistic, ouficiau = ouficio. Contrairement à ce que vous dites Nay et Lembeye seront invariablement prononcés Nè et Lambèil, y compris par des régionaux déconnectés et surtout par la foule grandissante des néo-arrivants, qui va vous submerger sous peu. Qui doit ouvrir les yeux ? etc...etc...etc...

    Il faut également un apprentissage conséquent pour en être capable et c’est mauvaise foi que de prétendre le contraire.

    Ce que je dis simplement est que toutes les grandes langues de civilisation, les grandes langues impériales ont su s’imposer à l’aide d’une uniformisation graphique et c’est grâce à cela qu’elles se sont justement imposées : castillan, portugais, allemand "hochdeutsch", anglais d’Angleterre, russe (au détriment du vieux slave ou slavon d’Eglise), français académique bien entendu etc...
    Il n’y a donc que votre langue, l’occitan (le gascon si vous préférez et encore, vous semblez dire que le béarnais ET (pas OU) le gascon sont deux langues étrangères l’une à l’autre. Vous n’êtes décidément pas sorti de l’auberge), qui devrait et pourrait échapper à cette nécessité. En vertu de quel principe ? Dites-moi.
    Je vous signale que, à l’époque bénie dont vous parlez, votre langue ne s’écrivait pas comme vous l’écrivez et qu’elle n’a commencée à l’être qu’a partir du moment où les Français ont vraiment commencé à prendre le dessus. Donc, si vous étiez cohérent, vous écririez comme au XVème siècle et pas comme après le rattachement politique, culturel et linguistique qui s’est opéré dès 1620. Votre manière d’écrire est celle d’un dominé.
    Pensez-vous que votre manière d’écrire sera mieux lue parce que répondant, pensez-vous, aux codes communs du français ? C’est encore une preuve, que vous donnez à votre insu, que la norme vainc, même sur une langue censée être étrangère (la norme française prévaut sur la langue dominée, l’occitan, qui est, jusqu’à preuve du contraire, une autre langue, une langue étrangère par rapport au français). Donc, vous adoptez sans ciller une norme étrangère à votre langue propre tout en critiquant la notion même de norme. Vous considérez votre langue comme inférieure et ses locuteurs potentiels comme intrinsèquement idiots au point de ne pas avoir les facultés intellectuelles pour assimiler une norme propre. Compliqué, bizarre et même symptomatique d’une mentalité de colonisé très profondément ancrée. En fait vous n’êtes gascon ou béarnais qu’en surface, pour le côté folklorique, à condition de ne jamais au grand jamais remettre en cause la France et sa langue que vous considérez, j’en suis certain, comme supérieure à votre patois. C’est une question de sentiment d’infériorité tellement intégré que vous ne vous en rendez même plus compte. La France a gagné sur toute la ligne et votre patois ne sera plus jamais autre chose qu’un patois moribond et bientôt mort, sûrement pas à cause des occitanistes mais à cause de gens comme vous qui n’avez aucune véritable estime pour votre propre identité.
    Si je suis occitaniste, c’est parce que c’est la seule offre intellectuellement valable dans l’océan de médiocrité que sont les régionalismes méridionaux.
    Vous avez raison, tout choix graphique est un choix idéologique et, quand vous faites le choix de vous subordonner à la norme française, vous faites le choix idéologique de dire que votre langue ne mérite pas autre chose et qu’elle n’est qu’un patois du français. C’est idéologiquement très clair. Vous n’êtes pas plus béarnais ou gascon ou je ne sais quoi que moi Bolivien.

  • Une fois de plus,étant un des administrateurs du site,je demande au contributeur que j’appelle à part moi "lo venjaire mascat" (une idée de pseudo,si vous voulez) de respecter la règle que nous tâchons tous d’observer ici avec un certain succès:pas d’attaque ad hominem,pas de procès d’intention ,et bien sûr pas d’insulte(toutes les insultes ne sont pas grossières comme chacun sait) ;bref le respect d’autrui ,même si ses idées nous déplaisent.

    Pour le reste, Venjaire mascat n’a sans doute pas tout à fait tort quoiqu’on se demande aussi ce qu’il souhaite vraiment:une survie du gascon et de la Gascogne ou leur écrasement mérité . Et d’ailleurs, est-ce pour lui "nos" langues ou "vos" langues ? Il serait bon qu’il se détermine à cet égard s’il veut que les quelques vérités qu’il assène au milieu de propos plus discutables soient débattues raisonnablement et peut-être écoutées.

  • Je ne vais pas me mêler du débat car je n’ai pas les connaissances requises, mais je suis outré de lire les messages de cet inconnu qui assène ce qu’il croit être des vérités.
    Moi je suis ébloui de la facilité avec laquelle la plupart de vous s’exprime dans sa "lenga mairana", et malgré les quelques petites différences j’arrive à bien comprendre.
    J’aimerai pouvoir en faire autant, et , malgré les quelques petits stages que j’ai effectué, j’en suis bien loin.
    Je n’ai pas le souvenir d’avoir lu un article de ce monsieur en Gascon....
    Malgré les petits désaccords que j’ai eu avec certains (au sujet des armoiries) je connais un plaisir certain à lire vos commentaires , je crois que j’apprends beaucoup....

    Cade bilàdje soun lengàdje
    Cade auseroû sa cansoû

  • Oui, je suis un peu virulent mais je suis las des attaques anti-occitanistes récurrentes sur ce site alors que les seuls qui ont oeuvré en cohérence pour la sauvegarde de la langue face à la tentative d’éradication, quasi réussie, de la France, ce sont bel et bien les occitanistes et pas les régionalistes folklorisants, lesquels, dans leur quasi totalité, n’ont jamais rien fait pour transmettre leur patrimoine aux jeunes générations.
    Une question à laquelle je demande que Monsieur Peyraube me réponde en toute honnêteté. A-t-il transmis à ses enfants ?
    Si non, quelle légitimité et quelle cohérence à sembler si attaché, en surface, à une langue qu’on n’a pas jugé utile d’enseigner à ses enfants ?
    Je ne veux insulter personne mais il faut aussi faire face à ses contradictions et rester un peu humble quand on n’a pas fait le minimum, transmettre. Aucun occitaniste n’a empêché Monsieur Peyraube et autres béarnistes-gasconnistes de le faire, et même aucun agent de la force publique française. La contradiction est juste énorme entre les paroles et les actes, les seuls qui comptent en fait.

  • Que compreni sustout n’èm pas suùs la medixà planetà.
    Que deberetz en purmê escrivê en gascon ô en occitan puxque pretendetz defenêu.
    La grafià occitanistà et lò projet occitanistà que miàn à destrusî la memori deus gascons. Solide que toutà loengà ha daun d’un aprentisadge. Lembeja ne serà pas correctament lejut sonque per quauques occitanistes assabentátz.
    Quem parlátz deu castillan, deu portuguès, mes que soun loengàs oficiaus, ço qui ailás n’es pas lò caàs deu gascon.
    Ne soy pas contre uà grafià unicà entau gascon, mes ques dèu fâ en seguint las traditions gasconàs et pas las traditions dèu Lengadoc o de Catalonha et las inventions d’un farmacian lengadocian.

    Lhèu que soy un dominát, mes quen etz un aute : dominát per lòs prejudjáts occitanistes, lò complexe folkloric et aquerà sonsainà de la domination ortograficà francesà. Espiatz drin, la mià grafià n’es pas francesà.
    La filhà qu’apren l’occitan a l’escolà et quem ditz que you e parli biarnés et n’es pas parieê.
    D’acord mossuu, que soy responsable de la mourt deu gascon, deu biarnés deu bigordaa et de toutz lòs patoès qui vouletz.

    Toutuù you qu’escrivi en biarnés, (la revistà Reclams quem publicá quauques textes, dab la voste grafià, ne soy pas sectaire), que parli biarnés dab quauques vesins et amics qui l’aimàn parlâ et que legi encoerà e toustem lòs grands escrivans nostes, en particulâ Camelat, Joantauzy ô Manciet.

    Ta la voste lanternà aqueste devis qu’es escriut dab la grafià deus fors de Biarn, imprimitz et publicatz en 1555 per la voluntat deu Rey de Navarra, senhor souviran de Bearn, Henric II.

    Et entá clavâ, qu’esviti despux mey de trentà ans lòs arous occitanistes permô deu lô dogmatisme et que vau esvitâ aqueth siti adarà permô n’es pas envejà d’entenê – et legê - coneriàs parieràs.

  • Monsieur Peyraube,

    Vos limites face à la contradiction sont très basses et vous n’avez strictement aucun argument à m’opposer.
    En 1555, le français avait déjà commencé à gangrener votre langue. Quant à votre système graphique, je le comprends de moins en moins avec ses accents graves et circonflexes. Et vous critiquez les choix occitanistes ?
    Quant à votre fille, ne laissez pas faire le job par l’école, c’est votre tâche, pas celle de l’Education nationale.
    Ceci dit, ne vous privez pas de ce site car je pense y être le seul qui défend l’occitanisme.
    Vous parlez de la destruction de la mémoire et de l’identité gasconnes par les occitanistes et par la graphie occitane. Alors la mémoire et l’identité gasconnes ne sont pas très fortes si cela suffit à les éradiquer. Vous êtes béarnais, favorables à l’IBG je suppose. L’IBG renie la Gascogne et l’appartenance du béarnais au gascon puisque qu’il parle toujours de langue gasconne ET béarnaise. Vous savez la signification grammaticale de ET par rapport à OU ?
    Le gascon et le béarnais sont, d’après vous, deux langues différentes. Et vous venez ensuite faire des reproches aux occitanistes alors que vous énoncez vous-même, ou vos semblables, de telle énormités.
    Ne vous donnez pas la peine de vous priver de ce site, c’est moi qui l’abandonne étant donné son côté occitanophobe quasi unanime. Continuez à patoiser et à ne pas faire votre DEVOIR patrimonial de transmission, le laisser à des enseignants occitanistes parce que vous, vous avez démissionné. Puisque vous n’avez pas répondu je suppose que vous n’avez rien transmis du tout.
    Enfin, quand je vois des photos des assemblées de Biarn Toustém ou de l’IBG, je ne vois pas beaucoup d’espoir pour l’avenir étant donné l’âge moyen de ses membres, lesquels, à 99,99%, j’en mets ma main a couper, n’ont pas non plus transmis la langue à leur descendance mais ne se prive pas de critiquer les occitanistes lesquels, eux, avec leurs moyens, ont essayé de faire le job parce que VOUS ne le faisiez pas. Vous en déplaise.

    Un texte d’Henri III de Navarre, rédigé en 1580, prouvant par A + B que vous n’employez nullement cette graphie, contrairement à ce que vous dites. Et pourtant, l’influence du français y point déjà beaucoup.

    A nostres cars et bien aimatz los juratz de nostre balee d’Ossau, - lo Rey, Seignor souviran.

    Cars et bien amatz, aqueste es la terce vegada que nous vous habem escriut com per los bos et recommandables servicys a nous feyts per nostre bien amat lo cappitaine Espalongue, escuder de nostre escuderie, et afin de lo donnar plua grand moien d’accommodar sa maison de Beyrie, pres de nostre ville de Lescar, ont nos esperam anar prener nostre passetemps, quan seram en nostre pais de Bearn, nous lo aurem feyt don deu nombre de sieys cens journades de terre, et acquere prener en lo terrador deu Pont Long et au plus pres de ladite maison de Beyrie ; et vous aurem pregatz de consentir a so que nostre dit don sortisse son effieyt, senhs prejudicy deu dret que vous pretendetz en lo dit terrador, et sens tirar a consequence ; a que vous no hebetz voulut entender, ne menhs far resposte a nostres lettres, so que nous trouvam bien estrange.

    Et, per so que desiram d’estar esclarcit quigne es sur so vostre volontat, nous habem voulut far encoeres la presente per toutes autres, per vous diser que vous no falhiatz, incontinent que l’auratz recebuda, de nous advertir de vostre deliberacion, afin que, segond acquere, nous siam certioratz deu desir e affection que portatz a nostre obedience, et que nous procediam per ung autre moien a so que nostre intention sie accomplide ; et no vous la habem feyte a autre fin, pregaram lo Creator, cars et bien amatz, vous haber en sa goarde.

    A Nerac, lo xxj jorn de feurer 1580.

    Adieussiatz (aquò soi ieu que lo disi)

  • Aqueth pleitei qu’es hòrt desagradiu mossur desconeshut. Cultivatz-ves un chic e que veiratz le grafia deu Peyraube qu’es quasi le de Palay o de Camelat (e tot los auts de l’escòla Gastoû Febus). Agitz, ves prègui, un chic d’arrespèct pr’aquiths grans escrivans que botèren lo "biarnés" en purmèra linha quèn èra encoèra presènta le vergonha d’estar çò qu’èm.

    Quèn escarnissetz lo mon parlar en escriventz "SMS", que’vs trómpatz. Que sui a escríver aquí, lo parlar normalisat, adaptat au mon dialècte... E que’m pensi qu’èm un hèsh ací a aver respèct e coneshença de les duas grafias deu gascon, en bèth saber qu’an cadua los sons punts hòrts. Vos, ne’m sembla pas qu’agitz aquesta dobla cultura.

    Que dehèni l’occitanisme tabé quèn ac cau, les granas iniciativas, le vision de l’avir que son occitanistas despush bèra pausa adara. Lapassade, Narioo, Manciet, Rouquette entà ne citar qu’iths.

    Mes l’occitanisme qu’es copable tabé d’ua ideologia tròp esclerosada, monolitica... Qu’at torni díser : l’occitanisme, capvath le soa grafia, que con.honot grafia e fonologia, grafia e sintaxa. Ne pòt pas escríver un mòt d’ua sola faiçon, estossi prononçat de 10 mòdas diferentas...
    Un exemple. Uei que vei ua afica preu concors bigordan d’expression, consacrat, e’m pensi a debís qui hèn pòur. Lo titre qu’es "Hòu, quina paur". Que vòu díser que completament embarrats en le preson grafica, qu’an causit d’escríver "paur" au lòc de "pòur". E donc... ne rima pas mè... Aqueth titre, bon, singui pro dit, trobat a l’orau, que pèrd tot lo son sens a l’escriut. Percè, que sembla qu’es de non imaginar d’escríver "pòur" au lòc de "paur" pr’ad iths. Perqué ? Pramon qu’es atau ! Quèn tota le Gasconha, tota... dit "pòur" o "por"... Aqui n’atz un bon exemple deu monolitisme occitan...
    .

  • Gérard, que vui mè que mè cadun que pusqui escríver a le soa mòda en ua grafia logica, shèt d’estar criticat o shèt d’estar corregit. Quèn vei qu’an corregit lo tèxte de Manciet o d’Arnaudin (çò que hiren Per Noste pr’exemple), que’m fot le malícia !

    Justament, le mia irèia que seré de hargar quauquarré entre un parlar gascon normat (un solet entà tots) e les particularitats locaus. Que’m disi en tèrme simples percè que’m pèrdi sovent en lo mon pleitei que seré plan qu’avossim gramaticas preu biarnés, preu bigordan, preu comengés, landés, shalossés, totas hèitas suu medish modèle, a gràtis, telecargadeiras sus internet per exemple. Que hèci despush quauques anadas aquest tribalh en l’òbra d’Arnaudin, que hargui ua gramatica deu parlar de le Gran’Lana e deu Bòrn. E be, un còp qu’agi acabat (en 65 ans a pus près), que serí prèst a dishar lo mon modèle en un aut qui vuiré har le medisha causa preu son parlar. De tota mòda, que me’n foti, en’queth temps, que serèi mòrt !

    E après, se servir de’quiras gramaticas au près deus professors, deus ensenhaires. Que’us puirén díser :"qu’ètz estats mutats ací, ne conéishetz pas goaire le lenga deu peís, ne ves vaga pas de har arrecercas shèt fin, qu’atz aquiths documents entà ves ajudar a ensenhar un parlar logic."

  • Tabé, aqueth ahar de parlar gascon normalisat, e donc d’escríver los mots d’ua faiçon e pas de 10 dètz. Plan... mes, çò que divi escríver alavetz : "aqueth ausèth que cantava la nueit" ? Mes perqué ? Çò qu’es le reson qui’m posseré a ne pas grafiar "aqueth auchèth que cantèva le neit" o "aqueth audèth que cantava era net" ? Statisticas, proporcions ? On es lo document sus quau me divi posar entà escríver lo mon gascon com cau ? Em plan segurs i a mè de gènts que disen "cantava" que "cantèva" ? E cau díser "civada" o "civasa" ? Com har le causida ?
    E quau escríver com los biarnés de Pau ? Perqué ?

  • Renaud, que’v prometi de pensar a tot aquò e d’i tornar quan quauques coentas logisticas d’adara e’m deixin un chic en patz.A bèth lèu ,qu’esperi.

  • Un peuple qui laisse s’anéantir
    La langue et les usages de ses pères,
    Ne mérite que de crever...

    Frédéric Mistral

  • Une langue ne se perd pas parce que ceux qui ne la connaissent pas ne l’apprennent pas mais parce que ceux qui la savent ne la parlent pas.

    CQFD

  • Plan. E bè, anatz véder enlòc mè lavetz puishque n’atz pas nada tralha d’espèr (o d’arrespèct deu dit pòple).
    Que’m demandi çò que hètz aquí o lo plesir que prénetz a’scríver çò qu’escrivetz.

    S’èm tan pècs, e be, deishatz-nes estar e anatz hantar gènts qui’n valen le pena !

  • En fait vous ne supportez pas la réalité et vous devenez agressif dès qu’on vous parle vrai. Une maladie ne se soigne efficacement que si on pose le bon diagnostic, si le malade accepte ce diagnostic et consent à se soigner.
    Vous n’acceptez ni le diagnostic, ni la maladie ni n’envisagez aucun traitement autre que des placebos.

  • Je trouve, Tederic, que c’est lui faire trop d’honneur que de l’appeler "lo venjaire mascat".
    Le terme de " quin lagàs "(qu’elle ennuyeuse personne d’après Palay) lui conviendrait mieux !

  • Se pénsatz qu’èi avut daun de vos entà pensar a çò que dísetz. 7 ans a belèu que’m disí çò qu’escopíssetz ensús.

    Après que sui anat suu terrenc e qu’èi vist le situacion qu’èra un chic mè complicada qu’aquò...

    Com disen IAM : "quand tu allais, on revenait"...
    Lavetz, ne pénsatz pas dar au monde lecçons de luciditat...

  • La clef est la connaissance de la langue à l’oral et ensuite l’alphabétisation dans cette langue et à l’aide d’une norme fixe. Nous en sommes très très loin.
    Et pourquoi pas la norme MP3 ?
    Garluche

  • Sui dé l’arièjo et compreni parfaitoment la lengua de marmanda a Clairac trobi aco furmidablé -les querelles intestines n’ont pas lieu d’etre quand il y a une telle intercomprehension ,aussi bien à l’écrit qu’à l’oral,
    ne soyons pas trop puristes ....Aimé

  • Grand merci pour le point de départ, l’oeuvre d’une vie consacrée à l’identité vécue. Merci aussi pour ces discussions qui ont au moins le mérite de poser des problèmes d’ordres différents : recueillir et noter des parlers ; écrire pour un parçan ; écrire pour des locuteurs non lettrés dans leur langue ; écrire pour des apprenants ; tenir compte du patrimoine graphique ; s’appuyer sur le code graphique majeur connu (celui du français) ou sur un code spécifique. Sans oublier l’inévitable question non-linguistique au fond : la langue de quel peuple ?

    Un problème entre cent : la finale -on, surtout quand elle côtoie le -ou en signalisation toponymique renouvelée, surprend : comparer Barétous officiel et Varetons (qui sont à vrai dire des digraphes comme les Baretoos et Varatoos du XIVe s., le -oo étant alors sans ambiguïté).
    En raison de ses occurrences toponymiques ne pourrait-on pas rechercher en Néo-classique (i.e. IEO) et en EGF ou assimilées un traitement graphique commun de cette finale -on du latin -onem, dont l’évolution fut spécifique, en la considérant comme un groupe morphologique (suffixe) et non une simple suite u+ŋ ? Par exemple -oûn. Cela permettrait d’échapper aux systèmes de la notation générale de /u/ et /o/ dans les différentes normes en usage.

    ♦ Au lieu d’ériger en norme tel ou tel parler, certains codificateurs établissent des conventions utiles pour tenir compte de sous-systèmes irréductibles (après tout, ce fut le cas pour l’aranais), ce qui permet des codifications pour la réédition ou la transcription littéraire des parlers. Cela exige une double cohérence : interne au dialecte, externe avec le cadre gascon, le rapport reposant sur la correspondance et l’homologie. Cela nécessite aussi des conventions diacritiques. La graphie et l’orthographe retrouvent leur rôle de guides.
    Toutefois la fin première d’une normalisation linguistique n’est pas d’écrire tel ou tel parler, même si elle y contribue, mais de servir la langue dans son ensemble.

    ♦ Cela dit, les graphies concurrentes qui tournent autour de deux pôles ne sont pas exagérément compliquées ni trop imparfaites. Leurs divergences n’ont pas toutes la même ampleur ni la même portée quant au respect du système de la langue. « Soit on connaît la langue et aucune d’elles n’est impraticable ; soit on ne la connaît pas et on l’apprend en même temps que sa graphie quelle qu’elle soit » (B. Lavie). Cela dit, le désaccord graphique ne favorise pas la langue.

    Toute langue (sauf peut-être le français officiel) a ses tolérances dialectales. Quelle doivent être leurs limites ?




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document