Notre région, c’est la Gascogne !


OÙ serait-ce ?

lundi 10 janvier 2005, par Tederic Merger

Déjà quelques idées :

"Il faudrait se réunir dans une localité gasconne qui ne soit pas trop
reculée pour avoir un impact quelconque. Il serait peut-être intéressant de se
réunir dans une ville où l’identité gasconne est oubliée ou niée (par exemple
Bordeaux ou Bayonne...)." [Guilhem]

"Agen ?
- equidistance Bordeaux-Toulouse-Pau,

- liaison rte nationale vers les villes au sud (à l’est : penser aussi à eux ou à l’ouest : les guyano-bearno-basques),

- capacités (amphis,...) d’accueil sans inconvénients des "grandes" villes,

- ville au-delà de la Garonne mais qui a aussi constitué le giron gascon ;
ça nous donnerait l’occasion de se placer en terrain à conquerir, déguisé en terrain neutre." [Patrick]



Grans de sau

  • Mon avis : ce colloque peut avoir lieu n’importe où en Grande Gascogne, là où on peut avoir un accueil sympa, avec si possible des sympathisants sur place.

    Tout lieu aura ses avantages et ses inconvénients.

    Aucun lieu ne satisfera tout le monde, déjà pour des raisons de distance et de commodité.

    Le faire dans le département du Gers aurait un inconvénient : renforcer involontairement l’égalité "Gascogne=Gers". Mais si on trouve un lieu sympa dans le Gers...

    Quant à Agen :

    Je pense qu’il ne faut pas l’exclure d’emblée,

    même si Agen n’est pas très commode pour les pyrénéens, et si Agen est en bordure de la Gascogne.

    Agen est très commode pour les bordelais et les toulousains. Pour moi, c’est un plus, et là je suis d’accord avec Patrick.

    On ne peut pas penser la Gascogne en ignorant Toulouse et Bordeaux ; au contraire la nouvelle Gascogne peut être un trait d’union entre ces deux métropoles.

    • Je viens de procéder à un petit travail "mathématique" : découper la carte de la Gascogne, en l’occurence celle des limites linguisitiques fournie par Hallip, la suspendre successivement par trois points et tracer, à l’aide d’un fil à plomb la verticale passant par le point de suspension. Ceci donne trois lignes qui se coupent, normalement, en un point bien précis de la surface : son centre de gravité.

      Dans le cas présent, ces lignes se recoupent en un lieu situé à moins d’un km du hameau de Quatre Chemin, situé sur la route qui relie Mont-de-Marsan au Houga.

      Deux centres susceptibles de nous accueillir sont proches de cet endroit : Aire-sur-Adour et Lo Moun.

      Je pencherai pour le second pour des raisons très pragmatiques :

      • il y a des ressources en salle et aures services d’accueil,
      • nous y avons des sympathisants, donc de futurs relais pour l’organisation,
      • l’accès est assez facile pour tout le monde.

      Je ne cacherai pas qu’il y a aussi des raisons plus personnelles dans mon choix, puisqu’au XIXe siècle mes ancêtres habitaient Lo Moun ! Mais ce n’est pas la raison primordiale : > )

    • Sans savoir que Aire-sur-Adour était le "centre de gravité" de la Gascogne linguistique, je l’avais nommée "coeur de Gascogne", sur le modède de Saint-Sever "cap de Gascogne". Centre de gravité, ça ne colle pas bien avec l’esprit gascon !

      Pour argumenter en faveur d’Aire, je recopie ici le message que j’ai envoyé sur la liste Gasconha-doman :

      Adishatz,

      En attendant de trouver un lieu idéal, il me semble que Aire-sur-

      l’Adour a les meilleurs atouts pour être le coeur de la Gascogne, ne

      serai-ce que pour un jour.

      Pas seulement parce qu’elle est la capitale (auto-proclamée !) du

      foie gras, qu’elle est au centre géographique de la Gascogne

      linguistique, un lieu plus facile pour converger, une ville où l’on

      pratique traditionnellent la course "landaise", (et accessoirement

      le lieu où j’ai fait toutes mes études primaires...), mais ausi pour

      supplanter les idées reçues :

      - La Gascogne n’est pas que le Gers et sa capitale Auch, mais bien

      au-delà, donc situons-nous volontairement hors du Gers, mais pas si

      loin, dans une ville située approximativement à la confluence de de

      3 départements, à la frontière des deux régions qui se partagent la

      Gascogne.

      - qui donnent à Aire différentes qualités historiques qui ne

      devraient être que secondaires : le siège historique d’un évéché, la

      cité ou Alaric fit une fameuse déclaration, une cité romaine, le

      lieu d’où partent les ballons-sondes...

      De plus, dans un ensemble plus vaste et plus ancien des Pays

      Vascons, dans lequel nous devons, à mon avis, impérativement situer

      la Gascogne et les sujets du "colloque" si nous voulons réhabiliter

      son image, nous pouvons observer que Aire se situe à équidistance de

      la pointe extrême ouest des Pyrénées et de la Garonne, sur la route

      des transhumances, non loin du Béarn, autre entité forte des Pays

      Vascons.

      Côté logistique, sachant qu’il existe un collège hôtelier au Mas

      d’Aire, il devrait y avoir moyen d’y trouver de quoi organiser

      un "colloque" gascon digne de ce nom. Sinon à qq km de là, à Segos,

      dans le Gers, se trouve un grand (au moins par la taille !)

      restaurant à la cuisine traditionnelle.

      Alain Lalanne

    • Aire sur Adour me parait beaucoup plus central que Agen.

      J’adhère complétement à l’idée d’Alain

      Louis

    • Ne négligeons pas non plus Dax, plus grande et mieux desservie qu’Aire sur Adour, et peut-être promise à un grand avenir dans le triangle Dax-Pau-Bayonne.

      Dax, certes connue pour sa "feria" vasconne, aurait intérêt à jouer la carte gasconne, pour combler un certain déficit d’image, à mon humble avis.

    • Mont-de -Marsan, Aire-dur-Adour où Dax ?

      That is the question, comme disait un gascon bien connu.

      Reste à trouver des ressources locales dans ces différents lieux :

      • y-a-t-il un lieu susceptible de nous accueillir (salle de réunion, lieu d’exposition et de pause, salle à manger, ..)
      • y-a-t-il des ressources hôtelières suffisantes (un certain nombre de colloquistes voudront arriver la veille)
      • Avons-nous un correspondant local ?
      • etc

      Lo Mon est bien pourvu (nombreux hotels, auberge landaise où le colloque et l’éventuelle expo attenante peuvent s’installer,... ). Les ressources hotelières d’Aire ne sont pas nombreuses. Au contraire de Dax qui a, par contre, l’inconvénient des villes de cure : les hôtels sont pleins à des prix élevés.

      Alors ???

  • Et tous simplement Auch, coeur de la Gascogne et coeur du "quasi désert" de l’anneau gascon si bien imagé par les cartes publiées sur ce site.

    Voir particulièrement celle des voies de communication et celle de la densité de peuplement.




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document