Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

Paraboles en marge de la Gascogne (4) : Castillon

Reculhit per E. Bourciez en 1894

vendredi 1er mai 2015, par Gaby

1. Un homme n’abé que du gouya. Lou pu june dissut à soun pay : « Es tén que siyi moun mestre et qu’ayi de l’argén. Faou que pusqui me nana et que bisqui doou pays. Partagea boste bien et douna mé ce que debi ayi. » « O moun gouya, dissut lou pay, coume te bourra. Te sés ün mechan et te sera puni. » Pey drubén un tiroir, partagé soun bien et én fi dio pourtiouns eygales.
2. Poou de jours aprè, lou mechant gouya se nangu doou bilage eun fesén lou fier et sén dire adiu à digün. Trabeursé boco de léndes, dey boy, dey ribeyre, et béngu déns une grande bile, où despeunsé tout soun argén. Aou bou de caouque més debu béndre sey pille à une bieille féoune et se louga per esta beyle : l’énbouyèreun oou cham per y garda ley aïnes (azes) et ley béou.
3. Alor fu trè malheuru, n’ayu pas mey de ley per drumi la neuy, ni de fu per se coufa courre abé frey. Abé cooque co si grande fane qu’oouré bien mingea quey feuilles de caoulé et quey fruy pourri que minge ley por, mais digun ne y dounabe ré.
4. Un dessé, lou béntre bouite, se deycha toumba sur ün escabéou gueytan per la fenestre ley ousé que boulabeun liougeyramén. Pey bit pareyche dén lou ciel la lune et ley estéle, et se dissut én plurén : « Là-ba (ou ala), l’oustaou de moun pay és pléin de beylé qu’en doou pan, doou bin, dey éou et d’oou froumage, tan que n’en bole. Pendén que tém, jou meuri de fame aci. Eh bé !
5. Eh bé, baou me leba, irey trouba moun pay et y direy : Firi ün peca courre bouluri bou quitta. Uri grand tor et faou que bou me punissiez, oou sabi bien. Ne m’appéla pa mey boste gouya, traita mé coume lou darney de bo beylé. Furi coupable, ma( ) languissabi louy de bou. »
6. Lou pay ère dén soun casaou, caban d’arrousa sey flou : bisitabe ley poumey et ley rasîns. Courre bi beni sur lou camîn soun drole tou couber de susou et de poussière, traynan la came, pousqu à péne oou creyre. Se demandabe se falè que lou punisse ou que y pardounabe. Enfin, abec ley larmes dén ley oeils, y téndu ley bra et se jitan à soun co, y douna une grosse bicade.
7. Pey fi asseyta sun gouya ; appela sey gén et ley besîn : « Boli l’ayma coume aban, lou praoube drole, lur y dissut dès que fure assémbla. A esta prou puni : que digün adare ne y fasse aucün reproche. Bené lou beyre ; appourta-y biste une mignoune beste, meté-y ün anet aou dit et pey dey souliers néou oou pé. Bou pourré tabé préne dey biguey, dey canar et amena ün budé boun à tua : anén béoure, mingea ensémble et fa une grande feste. »
8. Ley beylé obéire à lur mestre et meturën une belle nappe su la taoule. Aou même moumén, lou gouya ayna rebenèbe de la casse abec sey can : « Que coy que bruy se dissut en jurén : Crési que canta aci ; n’es pas tro léou que rebèni. Sés-bou foou, moun pay ? »
9. « Nou, moun drole, ne zoou sey pa repoundi lou bieillar. Se foou aquou thi, quoy que sey plén de joie. Cantén et soun hurus, car abén bé de qué. Que te j zoou buille ou nou, fourra que cante tu tabé et que te réjouisse abec nous aou, pasque toun fray qu’ère mor es tourna à la bie. Quoy coume se bené de nayche : Ajey ère perdu, aneuy lou baqui retrouba. »

On voit ici une langue tout à fait bergeracoise. C’est vers Monségur, Sauveterre, Rauzan, qu’on rentre dans une langue plus bordelaise (ou garonnaise vers Monségur).
Quelques commentaires :
> Le plus frappant es la non-prononciation des consonnes finales.
> Mais aussi la prédominance du F-
> On reconnaît l’imparfait en des verbes du 3e groupe, présent en Libournais et... en gascon maritime.
> Articles et adjectifs possessifs ne variant pas avec le genre : sey, ley, dey....
> Tournures typiquement guyennaises-limousines quoy, qué quoy, mais aussi ey- dans eygales.
> Mots en -eu- : aneuy, euils, meuri, feuilles... que l’on retrouve partout en Haute Gironde.
> Curieuse 3e personne du singulier du prétérit en -a pour les verbes du 1er groupe. Influence d’oïl ?
> Mots intéressants :
— budé (vudèth). Vedèth et vetèth se partagent le territoire à 50-50, mais on trouve très localement vudèth (en Libournais) et vutèth (St-Macaire et proximité)
— féoune, que l’on trouve dans le nord-est de la Gironde.
— pilles pour peilles, agey pour gey, léndes pour landes, agi pour agé
> Hésitations : mestre mais boste, acou mais coy
> acou thi : on voit l’influence gabaye dans thi (cf. saintongeais içhi...) que l’on retrouve jusqu’à La Réole et Marmande.

Proposition de graphie normée :
1. Un òme n’avè que dus goiats. Lo pus june dissut a son pair : « Es temps que sii mon mèstre e qu’agi de l’argent. Fau que pusqui m’en anar e que visqui dau país. Partajatz vòste bien e donatz-me ce que devi agir. » « Ò mon goiat, dissut lo pair, coma te vorràs. Te sès un meishant e te seràs punit. » Pèi drubent un tiroir, parta(t)gèt son bien e en fit duás porcions esgalas.
2. Pauc de jorns après, lo meishant goiat se’n angut dau vila(t)ge en fesent lo fièr e sens dire adiu a digun. Traversèt baucòp de lendas, des bòis, des ribèiras, e vengut dens una granda vila, ont despensèt tot son argent. Au bot de quauques mes, devut vendre ses pilhas a una vielha feuna e se logar per estar vailet : l’envoièren aus shamps per i gardar les aines (ases) e les beus.
3. Alòrs fut très malerús, n’ajut pas mèi de lèit per drumir la neit, ni de fuc per se cofar (coquille pour caufar ?) quora avè freid. Avè quauque còp si granda fame qu’auré bien minjat ‘ques’ felhas de caulet e ‘queths fruits porrits que minjan les pòrcs, mès digun ne i donava ren.
4. Un desser lo ventre voite, se deishà tombar sur un escabèu, gueitant per la fenèstra les osèths coquille pour ausèths ? que volavan liugèirament. Pèi vit paréisher dens lo cièl la luna e les estelas, e se dissut en plurent : « Labàs (alà), l’ostau de mon pair es plen de vailets qu’an dau pan, dau vin, des eus e dau froma(t)ge, tant que n’en vòlen. Pendent ‘queth temps, jo meri de fame ací. E ben !
5. E ben, vau me levar, irèi trobar mon pair e i dirèi : Firi un pecat quora voluri vos quitar. Uri grand tòrt e fau que vos me punissietz, au sabi bien. Ne m’apelatz pas mèi vòste goiat, tretatz-me coma lo darnèir de vòsts vailets. Furi copable, mès languissavi lonh de vos. »
6. Lo pair èra dens son casau, cabant d’arrosar ses flors : visitava les pomèirs e les rasims. Quora vit venir sur lo camin son dròlle tot cobèrt de susor e de possièra, trainant la cama, poscut a pena au creire. Se demandava se falè que lo punisse o que i pardonava. Enfin, avèc les larmas dens les elhs, i tendut les braç e se gitant a son còth i donà una gròssa bicada.
7. Pèi fit asseitar son goiat ; apelà ses gents e les vesins : « Vòli l’aimar coma avant, lo praube dròlle, lur i dissut dès que furen assemblats. A estat pro punit : que digun adara ne i fasse aucun repròishe. Venetz lo veire ; aportatz-i viste una minhona vèsta, metetz-i un anèth au dit e pèi des solièrs nèus aus pès. Vos porretz tanben préner des viguèirs, des canards e amenar un vudèth bon a tuar : anem beure, minjar ensemble e far una granda fèsta. »
8. Les vailets aubeïren a lur mèstre e meturen una bèla napa sus la taula. Au mème moment, lo goiat ainat revenèva de la caça avèc ses cans : « Qué ‘quò’s ‘queth bruit, se dissut en jurent, cresi que cantatz ací ; n’es pas tròp lèu que revèni. Sètz-vos fòu, mon pair ? »
9. « Non, mon dròlle, ne z-au sèi pas, respondit lo vielhard. Se fau aquo ‘chí, ‘quò’s que sèi plen de joie. Cantem e som urús, car avem ben de qué. Que te z-au vulhes o non, forrà que cantes tu tanben e que te rejoísses avèc nosauts, pasque ton frair qu’èra mòrt es tornat a la via. ‘Quò’s coma se venè de nèisher : agèir èra perdut, aneit lo vaquí retrobat. »






Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document