Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

GASCON SEPTENTRIONAU - Glossari de l’alcòl

Gaby Balloux - Danièl Séré

vendredi 17 avril 2015, par Danièl, Gaby

a cargat : il en tient une !
anar au tutèth : s’adonner à la boisson.
avinat, -ada com una vielha toca  : une comparaison rustique ! (toca = pichet)
bandada  : cuite.
se bandar  : se bourrer la gueule.
bandat, -ada  : bourré.
bandat, -ada a (la) clau  : complètement bourré.
baragana : biture.
barrat, -ada  : bourré, mais pas aussi évident que bandat. On dit de même barrat a clau.
bevaire, -a  : buveur (en bazadais). Etymologiquement erroné puisqu’on a béver et pas *bevar.
bevet, -eda  : saoul,e (en bazadais). Mot n’appartenant pas au registre familier.
buvanèir,a  : buveur (en médoquin). Etymologiquement erroné puisqu’on a buure et pas *buvar.
se cargar una baragana  : se mettre une mine.
chucaire, -a  : poivrot.
chucar  : picoler. Notamment : chuquèva a plenh salèir (Ferrand).
chuca-vin  : ivrogne.
churlaire, -a  : poivrot, pilier de bar.
churlar  : picoler.
clabòt,a  : bourré (en bordelais).
se cramar : se bourrer la gueule (Beaupuy).
dar trucs au barricòt  : pourrait bien signifier ‘se saouler’ comme le béarnais(??) balhar còps de pè a la barrica, puisque la chanson bordelaise Lo pont de Bordèu dit : au Ropic, los ivronhes : dan trucs au barricòt / ont van totas les dònas de la ruia Sent-Ròc. Mais c’est peut-être au Barricòt qui serait un cabaret (cf. la suite de la phrase). Et puis dar est bizarre.
embrumat, -ada  : pompette.
estorcedèir,a / -edeir,a /-eduir,a  : déchiré (drogue), ivre mort.
far la camada / far la bomba-rombeta  : faire la bringue (en bordelais). La bomba-rombeta est aussi un terme garonnais.
se gahar una nhòsca/nana  : se bourrer la gueule.
galetar  : picoler (en bordelais).
godalha  : ivrognerie (en médoquin).
godalhar  : picoler. La godala ou godalh(a) est le chabrot, à Bordeaux.
hèser cuupelet au veire  : vider un verre.
hèser ribòta  : faire la bringue (en garonnais).
horlupar  : siffler.
s’ivronhar  : se saouler.
ivronhàs, -assa  : saoulard.
ivronhe, -a  : ivrogne. (Aussi ivrònhe, -a, plus francisé).
nana  : cuite.
nhasca  : cuite (Suire). Localisation à vérifier.
nhascat  : bourré (Suire). Localisation à vérifier.
nhòsca  : cuite.
pintaire, -a  : buveur.
pintar  : boire de l’alcool.
se pintar  : se saouler.
pintassaire, -a  : poivrot.
pintat, -ada  : saoul.
plenhòt, a : pompette.
pompaire, -a  : buveur, plus fort que pintaire (poivrot).
popar : comme chucar
se riflar (verbe trans.) : siffler (un verre, etc.). On dit peut-être aussi riflar.
se rinçar la gardala  : s’en mettre un derrière la cravate.
shiulaire, -a  : buveur. Cf. shiular, comme le français ‘siffler’.
shiulat  : coup à boire.
shopinaire, -a  : buveur... de chopines ! On dit : es un mèste shopinaire.
tringaire, -a  : buveur.
truca-taulèir  : pilier de bar.
ulhar  : picoler (Suire). Au sens propre, ‘ouiller’.
vira-pintas  : surnom d’ivrogne. Cf. le patronyme garonnais Virepinte/Birepinte !

Quelques comparaisons attestées, mais qui sont peut-être utilisées plutôt pour la nourriture :
borrat coma un bodic
hart coma un bodic
hart coma un lagast
plen coma un ase
plen coma una bodiquèira
sadoth coma una truja/treja



Grans de sau

  • Merci Gaby pour ces juteuses (!) expressions.
    Une remarque sur "clabòt",un mot enfoui dans ma mémoire et qui me revient du fond de mon enfance bordelaise ;
    Je ne l’ai jamais entendu que dans la bouche de ma mère sous une forme figée et négative :" avec ça,tu n’es pas clabòt" ce qui signifiait non pas "bourré"(ouf !) mais "avec ça tu n’es pas à plaindre,tu n’es pas mort de faim,etc..." avec une double intention quantitative et qualitative. Comme son très limité registre gascon pouvait venir tout autant de réminiscence du parler bordelais que d’apports lexicaux venant à la rigueur du pays bayonnais ou du Béarn, je ne dirais pas que le sens donné par Gaby est faux.Je ne vois pas le mot dans "le Mora" ;y est-il dans le Palay ?
    Aquò dit e plan dit, com es temps de l’aperitiu e’m vau rinçar la gardale ,amics !

  • Oui dans le Palay on trouve "clabòt ; se dit de l’oeuf couvé dont le contenu clapote ; par ext. le contraire de rassasié ; se dit de quelqu’un qui a beaucoup mangé ; sera pas clabot.en arm. clapot"

  • nana  ; "cuite" -> se tenn una nana, lo gònze ! : mot et expressions employés aussi bien à Bordeaux qu’à Marmande.
    nhòsca : "coup, contusion" au sens propre. Mais au sens figuré est synonyme de nana. Employé naguère dans le Marmandais, mais aussi dans le Gers (selon le Palay).
    plenhòt,-a : "pompette", un peu "gris,-e" (à Marmande et probablement ailleurs).
    D’un ivrogne à la démarche zigzagante on disait : tòca les aucas.

  • Bravissimo ! Hòrt interessènt. Qu’èi entenut díser a Nistòs (65) "hart negat", "aqueste qu’avá gahat eth còp de pè dera barrica", "tardanèra" entà un en un gart d’òmis beriacs dont es tan sadoth que n’arriba pas mè a seguir los auts (per Carnaval pr’exemple) ! Aquest darrèr, qu’es mè que mè un mòt emplegat entà les aolhas.
    E a Mamisan "beriac estorcedeir" com ic dits !

  • Aqueut que toque leus aouques, qu’eus beuriac eustoursedeuy. Qu’a bieun pintat lou pire !

    Té, Gilbert, aném aou tyay ! Que y a leus barriques de bin de barrot dount soun pleus, que bam buoue seungles cops !

    Papi

  • Adishats,

    Que mentavi aci quauques mots mes entad aqueste sujècte (en gascon d’Astarac et de baisha Bigòrra) :

    Shimarra, cussa, nhasca, gaspa : cuite.
    Embevedà’s (embeuedà’s), hartà’s ; turlar ; pintar : s’envivrer.
    Briac, bevet (beuet), nhascat, hart, hart negat : ivre.
    Pinta-beròi : surnom donné aux ivrognes.

    Un aute mot mes riale, l’adjectiu "avelhat" (auelhat) : repu ; ivre. Qu’ei gessit deu vèrbe "auelhar" :
    1° Hornir aiga, vin entà tornar plear un veire,ua barrica...
    2° Acabar de hèr lo som d’un palhèr (en forma de puntuda).
    3° Acabar de hèr ua còrda de cabolhas de milhòc (ua trena) en noserar los caps deus bencilhs de vimo.

  • Je m’aperçois que mon dan trucs au barricòt pourrait bien être en réalité : damb trucs au barricòt !

  • Que hournissi ço qu’entinoúri diluns a Cassanhabèra (31) de le bouca de André de Pèy de Matèu, 89 ans : "troubar Nouste Senhe peth brouquet" => prendre une cuite !

    Interessènt tabé percè de l’espressioûn "Nouste Senhe" entà díser "lou boûn diu". Lou "sénher" ouccitaniste entà díser "moussú" qu’es coumpletament ridicule...

  • Que torni partatjar acò (entenut en viu) :

    MP3 - 58.8 ko
    Santat ! E que’t passe peth bon horat !
    (Pais Tòi)



Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document