Notre région, c’est la Gascogne !


Lou païs gascoun

de G. d’Almeida

mardi 13 janvier 2015, par Tederic Merger

MP3 - 1.4 Mo
Lou païs gascoun
Poème de G. d'Almeida, dite par Tederid M., allégée de sa dernière strophe
PDF - 1.5 Mo
"Lou païs gascoun" de G. d’Almeida #1
Facsimilé du livre ancien "Broustos gascounos".
2e edition Bousquet Adolphe 1906, 214 p. (qu’estó editat en çò de Durey, 1901 damb 152 p.) (de verifiar, segon André Bianchi, qui cau arremerciar)
PDF - 1.5 Mo
"Lou païs gascoun" de G. d’Almeida #2
Facsimilé du livre ancien "Broustos gascounos".
André Bianchi

N’èi pas awut embéjo de légir la darrèro estrofo : tròp coucardè ! La Franço ne’ns a pas pagat de rétour...

E de mey den la darréro estrofo, ne coumprengui pas literalomén lous prumèrs bers (de "Nous aous" dinc a "défendudo" en passar per "en de ni"...). Si quauqu’un e’m pòt aydar...

G. d’Almeida qu’èro de Mézin (Labrit).



Grans de sau

  • Je traduirais peut-être "nous les gascons,oiseaux qui en la France avons des ( nos ) nids":dans ce parler le m final tend apparaemment à être remplacé par "n".on aurait ailleurs(en graphie classique) nosauts ,los gascons qu’em los auseths qui en la França am de nids" .Le partitif fait évidemment problème puisqu’il n’est pas exprimé en gascon sauf avec adjectif ce qui n’est pas le cas ici (on devrait dire "qui en França am (avem) nids" en supposant d’ailleurs qu’am (avem) devienne "em/en ...Beaucoup de suppositions mais c’est un parler un peu frontière avec l’occitan languedocien ,me semble-t-il...Pas très standard en tous cas ...
    En sens inverse "coustoum" :je ne vois que "coston" (escarpe, fortifications) ;alors, glissement de n à m ou un autre mot ,voisin d’un mot languedocien ?

  • Adiu Gerard !
    Oui, je remarque dans les textes du Mézinais-Néracais que je trouve, que le "m" final de la première personne du pluriel est systématiquement écrit "n". Et c’est sans doute un fait plus général de prononciation du "m" final.
    Il y a deux fois le cas dans le vers "Mais sé parlon gascoun soun tous Francés aci". En graphie alibertine, ça donnerait "Mès se pàrlam gascon som tots Francés ací". Je mets l’accent sur le premier "a" de pàrlam, parce que crois savoir que l’accent tonique y est, conformément à la conjugaison dite "rhizotonique". Nos auteurs patoisants hélas jugent superflu de noter l’accent tonique, du coup l’information n’est pas transmise.
    Ecrire "coustoum" pour "coustoun", c’est juste l’inverse. Mais finalement ça confirme qu’un gasconophone du coin ne sait pas distinguer un "m" final d’un "n" final, de même qu’il ne sait pas distinguer un "d" final d’un "t" final, un "g" d’un "c" etc...

    Quant au vers suivant, pour lequel j’appelais à l’aide :
    C’est probablement le sens que tu donnes, Gérard : en gros "Nous, nous sommes les oiseaux qui avons la France pour nid". Tu remarqueras que j’arrive au même résultat sémantique par un chemin différent : je fais l’hypothèse que "qui en la Franço en de ni" est "qui èm la França ende ni" où "èm" est l’abrégé de "avem" et "ende" est le mot habituel dans cette contrée pour dire "pour". Plus haut, il y a d’ailleurs "En dé cassa la poou".

    Pour "ni", je m’attendrais plutôt à "nis". Il y a d’ailleurs à Mézin une rue Betnis... Mais notre poète a dû vouloir forcer la rime avec "aci"...
    Au total, je trouve que l’image poétique des oiseaux est bizarroïde et ratée. Peut-être y a-t-il l’idée que les gascons sont légers et gais comme des oiseaux, un peu les insouciants - les cap-leugèrs - de la France... Aïe aïe aïe...

  • Ta lecture est sans doute meilleure que la mienne,Tederic : ça faisait beaucoup de suppositions et la réunion de en et de en ende me parait maintenant évidente .
    Et cette dernière strophe du "Pais gascoun" appelle une lecture à la lumière du contexte historique (au fait, quelle est la date de ce poème , félibréen je suppose ? ) . Le nom d’Almeida ne m’était pas connu .On voit bien qu’il participait alors du climat belliciste ambiant de la IIIè République .
    Le gascon joyeux pinson ,gai lurron et aussi courageux bretteur a atteint son apogée autour de 1900 grâce au "Cyrano de Bergerac" de Rostand, à la suite des "Trois mousquetaires" de Dumas. C’est peut-être en raison de cette image mixte (courage /légèreté) que les Gascons - dans la mesure où les faiseurs d’opinion moyens français faisaient la différence - semblent avoir échappé à la réputation assez négative associant lâcheté ,paresse et autres ,que les soldats méridionaux ont eu à un certain moment de la Guerre de 14 (vers la fin ?):le cri de "sale meridio" n’a pas été inventé par les occitanistes des années 70 .Les années 2015/2018 vont probablement faire un peu plus de lumière sur tout cela .

  • Je découvre que G. d’Almeida était Germain d’Almeida et qu’il a écrit "Broustos gascounos [En Dialecto Condoumés] : poèmes dédiés au pays de Mézin", édité en 1901, puis en 1906 :
    http://books.google.fr/books/about/Broustos_gascounos.html?id=PsxOmAEACAAJ&redir_esc=y
    http://www.pernoste.net/SIGB/opac_css/index.php?lvl=author_see&id=317

    Il y avait déjà un autre texte de d’Almeida sur Gasconha.com :
    Tounnaouto so, la timido Bourgougno

    Ma grand-mère connaissait les d’Almeida, et peut-être Germain en particulier. J’ai trouvé une carte envoyée aux parents de ma grand-mère où un d’Almeida (peut-être notre auteur, je vais vérifier) leur demandait l’autorisation qu’elle vienne chez lui passer une journée. Si c’est bien lui (c’est probable), qui sait s’il n’a pas semé en elle un certain respect du gascon, qu’elle a transmis à ma mère et qui est arrivé jusqu’à moi ?

    Quant au traitement des soldats "méridionaux" comme combattants trouillards à la grande guerre, il me semble que ça s’est produit surtout au début, quand on a cherché des boucs émissaires aux premières défaites, auxquelles on ne s’attendait pas. D’après mes souvenirs de lecture, il s’agissait surtout de provençaux.
    Il n’est pas sûr donc que les gascons étaient inclus dans "les méridionaux" stigmatisés comme lâches.

  • Germain D’Almeida (1851-1917) de Mesin, Òut e Garona

    Lo país gascon

    T’aimi, país gascon, quan lo sorelh d’abriu
    Hè cantar dens los bòscs las cançons deu bon diu
    Aus rossinhòls, a las morèlas,
    Quan los pins esplandits, brandits peus vents rajós
    Shiulan, braman, torçuts e sémian las sentors
    Qu’embauman sas verdas ombrèlas.

    T’aimi quan ven l’estiu, aimi lo jorn bien long
    Quan la man d’òr deus blats devara deu coston ||aur
    Dens las plènas e las colinas,
    Quan flambeja mijorn e que ton cèu es blu.
    Quan los grans crums, lo ser, e’u capèran d’escur
    Que son paurugas tas ruinas.

    T’aimi tanben, país, quand seteme abondós
    E’t balha tons bèths fruts, tons arrasims tan doç
    Que los tords en passar perrucan.
    Tas vinhas, tons tuquets bronzinan de cançons
    E, en cantar, lo ser, quitan los vinhaurons || meilèu cresi : vinhairons
    Quan los lugrans au cèu s’alucan. || ací : estèlas

    Qu’aimi tons sers d’ivèrn quan la busca, en shiulant,
    Huma, crama e qu’autorn las vielhas, en hilant,
    Parlan de lop-garons, de tan d’annadas.
    Suu còp de mièjanèit las vesitas se’n van.
    Ende caçar la paur, caminan en cantant
    Los gojats près de las mainadas.

    Qu’aimi tons prats, tons bèths rius e tons bòscs
    Qu’adòri ton sorelh qui cauha nòstes còs
    E tas lanas e tas ribèras.
    Mès çò qu’aimi surtot, ò País amistós,
    Qu’es lo parlar deus vielhs, lo lengatge tan doç
    Que tons hilhs parleràn enqüèra.

    Mès se pàrlam gascon, som tots Francés ací :
    Nosauts som los ausèths qu’an la França ende nid.
    Se nòstes país l’an defenduda,
    Quan la grana mair apererà sos hilhs
    Seram pas los darrèrs a sautar suus fusilhs
    Quan sonerà l’òra atenduda.

    €€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€
    Remarcas : òr deuré estar escriut : aur ; vinhauron : pensi qu’es ua deca : vinhairon ; lugren qu’es ua estèla.

    Lo Neraqués (qu’es aquò ?) a ua conjugason isotonica normaument…

    Conjugasons isotonicas :
    crompi, crompas, crompa, crómpam, crómpatz, crompan || (croumpon, croumpotz)
    veni, venes, ven, vénam, vénatz, venan
    sentissi, sentissas, sentís, sentíssam, sentíssatz, sentissan

    e quaques autas besucarietas… aus autes temps !

  • Ne souÿ pas countén dou d’Almeïda ! Lou praoube...
    La rasoun : aqueste texte, plaçat dens uo cabanòto bien poulido, éro, a costat d’uo taoulo d’ourientacioun, sus un tuc acarat a Mézin ; benlèu que’n hareÿ un lòc, quauque jour...

    Dejà, lou texte ne sourtis pas dous "clichés de clocher"...
    Mès la grafïo...
    "Mézin hou gran co"... : Mézin aou gran co (Mesin au gran còr) ? Perqué boutà un h, labéts ?
    E "chef d’Estat"*... Perqué pas "cap d’Estat" ?
    Quino manco d’exigénci entà la lengo que diséouo tan aÿmà - é qu’aÿmaouo, ségu !
    Ad aquero époco, l’Escòlo Gastou Fébus que prepaousaouo déjà uo nòrmo grafico, nou ? E que diséouo que lou gascoun e méritaouo d’està tratat sériousomén ?

    *Que s’agis dou Présidén Fallières, un hilh dou païs.

    JPEG - 61.1 ko
  • Ne sui pas d’accòrd briga dab vos, Tedéric, quèn díset : perqué pas "cap d’estat" ? Per ua reson simpla, ne’s disè pas mè atau, dijà, deu son tèms e qu’a escriut segon lo son parlar naturau... Qu’es le realitat de le lenga.
    En collectants, au començament, qu’èri estat estonat de constatar digun ne disè "mairau" o "mairala" en l’expression "lenga mairau" mes "lenga maternelle", tots... Idem entà "tresau" dab "troisième". En Arnaudin, ne tròban pas "tresau" tapauc mes "tresième" o "troasième" donc...
    Que n’i a que disen que parlan mau le gènt que disen atau. Alavetz, tots que parlan mau ?

  • Entà la fin de la poesia en cap d’article, Germain d’Almeida que ditz :

    Mè ço qu’aymi surtout, o Païs amistous
    Qu’é tou parla dous bieills lou lengatyie ta dous
    Què tous hills parleran encouèro

    E be justament, los hilhs qu’an arrestat d’ac parlar...
    Perqué ?
    Pr’amor que lo gascon e’us pareishot de mendra valor, un patoès, pas ua lenga integrau...
    Qu’utilizi lo mot "integrau" :
    Quan D’Almeida escriu "chef d’estat", n’amuisha pas nada preocupacion d’integritat deu lengatge que ditz tant aimar - e qu’aimava peu segur.

    Je suis sûr qu’au contraire D’Almeida écrivait un français très châtié.

    Los hilhs qu’an podut sentir la diferéncia de tratament énter lo francés e lo "patoés", e que’n auran tirat las conclusions...

    PS : "cap d’estat" n’aurait posé à mon avis aucun problème de compréhension pour les gens de Mézin vers 1900, le mot "cap" faisant partie du vocabulaire de base, comme ailleurs en Gascogne, dans le sens de "tête", mais aussi de bout (cap de taula...).
    Dans le sens de "chef", je pense que cap pouvait passer aussi, et sinon, ça valait précisément la peine pour un laudateur du gascon comme D’Almeida de le faire passer. Faire de la pédagogie, quoi...

  • Adixatz,

    Qu’at tròbi hère injuste d’acusa lous òmis coum D’Almeida d’esta respounsable deu declî de la lengue gascoune. Ue lengue horabandide de l’escole, de l’administracioû, de l’espàci public..., que pèrd tout prestìgi, ne-n soun pas respounsables lous qui la parlen ou qui l’escriben.
    La lengue basque qu’arrecule encoère en France, mes pas en Espagne, medix que s’y espandeix permou que y ey ue lengue ouficiau, administrative, ensenhade e d’ensenhament.
    U gran escrivâ coum Camelat qui avè ue visioû hère exigente de la lengue n’a pas mey sauvat la lengue que D’Almeida e que demoure û gran encounegut de la literature.

  • E’m pensi Tederic que hètz un rasonement a l’envèrs, aquí com at dit Peyraube. Aquò vrai, Almeïda s’escriu "chef" au lòc de "cap" n’auré pas pausat coentas de comprenença, mes eth qu’èra encoèra en ua desmarcha de lenga viva, qu’escrivè entà estar legit, preu messatge. E puishque qu’escrivè com parlèva e, mè que mè, qu’escrivè per los qui parlèvan, que portèva "chef" e non pas "cap" percè ne’s disè pas mè... Que con.hónetz lo hons e le fòrma entà jo.

    Mè que mè, los hilhs, s’arressignèren le soa lenga, n’es pas percè de ne le trobar pas pro natra, percè deus francismes ! S’èran estats consciènts de’quò, lavetz,nat probleme, que se’n serén virats e qu’aurén contunhat de parlar gascon dab un vocabulari mè ric...

    Arrèis, los hilhs que deishèren le soa lenga mairau e ne le hiren pas passar percè qu’èran envergonhits au hart de parlar un nhirgo atau. Perqué los francismes ? Percè qu’èra encoèra mè tarrible pr’ad iths d’emplegar los mòts vielhs... Que serén estat qualificats d’encoèra mè arrierats, bè...

    Entà jo, qu’i avot duas causas que mièren a le non-transmission deu gascon :
    Prumèr factor : le premuda recebuda a l’escòla, e donc après en le societat, entà qu’arresignèssin lo parlar (punicions, trufandisas deus auts mèinatges que parlèvan francés). Aquesta premuda que durèt anadas shèt de tròp marchar. Mes que vinot eficienta atau, en un vira-codic quèn :
    Dusau factor : le modernisacion deu monde rurau se hadot. Aquí, còp sec qu’i avot, entà caricaturar, los qui dalhèvan au dalh e qui parlèvan gascon e los dab le motofauchusa que parlèvan francés, les qui anèvan entau lavedeir en gascon, les entà le maquina de lavar en francés. E ne voloren pas los sons hilhs e hilhas que tornèssin entau dalh e au lavedeir...

    A un moment dat, qu’estot sentit d’ua fèiçon hòrta, que parlar gascon èra tornar a l’endarrèr. E aquò qu’explica tabé lo perqué de l’incapacitat deu gascon a bastir neologismes. Perqué har neologismes quèn lo gascon es le lenga deu passat e lo francés le lenga deu futur ?

  • Que y a ue tresau rasoû : la necessitat dens û mounde de caddèts de parla francés enta exersa mantûs mestiès, passa lous councours de la founcioû publique, de las granes escoles...
    Lou "patoès" ne dave pas de tribalh.
    E que-s cau bremba qu’en vile, lou qui parlave "patoès" à la sourtide deu lycèu dab lou pay ou la may qu’ère de tire trufat coum û pè-terrous, û plouc...
    Quoan èri maynat las vaques biarneses qu’èren passat de mode, e you tabé que las vedi coum û simbèu de pè-terrous. Oey lou die la loù imadge que cambie e que se-n ved de mey en mey sus las autos, e drapèus dab las vaques sus pounts, maysoûs coumunes... A l’entrade deu musèu d’art de Pau que y avè dues escultures granes e beroyes de vaques. Que n’estén tirades 30 ans a e hicades hens quauque resèrve... Lhèu que las vam véde tourna lèu ?

  • @Renaud et Peyraube

    Toutes les raisons que vous donnez ne sont pas des causes mais des conséquences. Ce sont en effet les conséquences du manque de conscience nationale, de la perte de la conscience ethnique des Gascons, du manque total de la fierté d’appartenir à une communauté bien identifiée. D’autres peuples, soumis à une adversité bien plus violente que nous n’ont jamais renoncé à leur langue, ni à leur culture, ni à leur identité. Il y a de multiples exemples en Europe et dans le monde et le plus connu est celui des Juifs, qui maintiennent leur particularisme, surtout religieux, contre des vents et des marées que peu de groupes humains ont eu à subir. Ils ont même réappris à parler une langue plurimillénaire et en ont fait la langue de leur Etat. Plus proche de nous géographiquement il y a les Basques, qui n’ont jamais renoncé, contrairement à nous. Ils ont su résister à des millénaires d’invasions, de tentatives d’annihilation. Ils ont subi et subissent les mêmes choses que nous, et même pire que nous en Espagne avec Franco. Et pourtant, ils sont encore là et leur langue, leur culture, possèdent une vivacité qui nous renvoie à notre si criante inanité. Certains parmi nous les jalousent, tout comme il y a des antisémites qui jalousent l’excellence et l’opiniâtreté des Juifs à être ce qu’ils sont. C’est une simple question de darwinisme socioculturel, les ethnies qui méritent de survivre survivent, les autres sont balayées par le vent de l’Histoire. Nous serons balayés parce que nous ne méritons pas de survivre. C’est aussi simple que cela.
    Maintenant, l’Histoire est pleine de surprises et, si une minorité agissante voit le jour qui saura ressusciter notre identité multiséculaire et même plurimillénaire, renouer avec ceux vers lesquels nous aurions dû nous tourner depuis bien longtemps, alors...Mais dans les conditions actuelles et au train où vont les choses, c’est bien peu probable.
    Moralité, NOUS sommes les grands responsables de notre situation catastrophique, pas les seuls mais les principaux et il est vain de chercher sans cesse des coupables et des excuses. Un peuple qui a des couilles survit. Il faut être méchant pour survivre, ne pas chercher le consensus, ne pas forcément vouloir passer pour des gentils. Il faut être agressif, tenace, teigneux, fier, orgueilleux, antipathique si vous voulez, accepter de ne pas plaire, accepter d’agacer, même d’être haï. Quest-ce qui agace tant chez les Basques, où chez les Juifs, c’est justement leurs qualités, qui sont aussi des défauts aux yeux de ceux qui ont renoncé à exister.

  • Cadun son biaix,Tederic,Peyraube e Renaud que m’an hèit pensar e torna pensar a d aquèth subecte tan delicat e tan mauaisit .
    Las duas opinions qu’an ua part de vertat mes entà saber la vertat uèi , qu’es au còp vadut un chic tròp tard e quasi impossible :los darrers locutors naturaus (o mes exactement,la generacion d’abans los darrers locutors naturaus ) non son pas mèi aqui tà parlar e estossin , qui pòt diser s’aurén responut francament a la question :perque atz deixat de de transmeter la lenga ? Jo credi ,arreis ,qu’auren multiplicat las faussas rasons, que’ns aurén perdut hens camins qu non mian pas a daubuna part.
    Lo punt comun a las vòstas opinons desparieras que m’apareix adara clar,evident :que deixèn de transmeter perque s’era perduda ,benlèu longtemps avant ,la fiertat d’estar gascon,de parlar ua lenga unica ,d’apartener a un pais dotat d’ua istòria pas forçadement mèi grana que las autas mès distincta e donc unica , ua istòria qui podeva aportar quauquarren d’especific , de non pas remplaçar, a la sinfonia deus pais françès e europencs , qu’aveva valor,qué .La valor de la gasconitat que s’era perduda per eths de cap a ua lenga a un tipe de societat e de cultura qui au reves espandivan lo lor prestigi. La lenga alavetz n’era pas mèi qu’un vestit desmodat, bethlèu vadut perrac, un perrac qui s’podèva manejar com quauque perrac qui sii e la fin,un còp plan usat, se jitar Quiò, lo perrac que podeva este a beths còps simpatic,bon tà exprimlr la nostalgia deus bons moments de las duras societats d’autes còps,que podeva donar un bon rebat de las istòrias deu passat,dab trufandisas e cants d’aulhers ,mes n’era pas valedor tà diser las realitat de çò qui era lo jorn de uèi,la modernitat com diserem nosautes, dejà decebuts per aquera modernitat qu s’eslissa e s’eslunha dejà e pren l’ aparencia e las colors d’un passat .

    La question ,uèi,qu’es donc se la fiertat e pòt tornar aus nòstes gascons e autes ;aquitans,bascons (qui l’an mielher guardada que non pas nosautes mes dab resultats enquera incerts ),occitans etc...E la fiertat entà que har ? Ua fiertat xens la lenga o dab la lenga (com los cornuallhès brtanics ,per exemple qu tornan avitar ua lenga mes desaparexuda enquera que la nòsta) ?

    Curios :au moment de botar aqueras pensadas suu siti,que vedi la contribucion anonima (lo venjaire mascat d’i a quauques mes probable, o un aute ?) qui ditz un chic la medixa causa en bèth aconselhar d’ensenhar los caixaus aus autes …E s’am enquera caixaus ? Non sèi pas :los caixaus que servan tà minjar avans de servir tà nhacar .Doncas ,tornar trobar l’ apetis en permer !

  • Permèr, "juif" qu’es ua religion, pas un puple... Que’m sembla un chic, mes lavetz un chicòt, de mau comparar les situacions deus gascons e deus judius. Ne’m pensi pas qu’agi daun d’entrar en ua argumentacion...
    Après, badar davant los bascos, qu’es bien tabé mes ne’s pòt pas comparar tapauc... Qu’es un puple dab ua lenga completament a despart, aquí au bèth mei d’autas "culturas" despuish sègles e sègles... Donc, qu’es "normau" (o au mensh comprenedeir) qu’agin goaitat les soas particularitats... Los còrses tabé, ua isla...
    Los Gascons, ce dísetz. Mes i a dijà avut un pòple "Gascon" a parlar juste ? Ua consciença gascona, encoèra qu’estossi 1000 ans a ? Ne’n sàbem pas arré...
    Que pàssatz aquí de le victimisacion totau deus occitanistes a ua culpabilisacion totau tabé. Un aut estrem, qué... De tota mòda, qu’èi comprés en aqueth monde, que cau estar singui d’un costat, singui de l’aut... Los critèris que bàlhatz que son tròp subjectius, que pàrlatz de "pòple", de "consciença nacionau", etc... Mes l’identitat ne’s bastís pas atau com hèn un ostau, que son sègles e sègles e escadenças de l’istòria que hèn ua consciença colectiva...

    Entà jo, n’i a pas jamè avut nada consciença gascona. Qu’es un chic com en "Sacré Graal" deus Monty Pythons quèn lo rei Artús arriba au bèth hons de l’Anglatèrra e qu’un paisan li domanda qui es : "Que sui lo Rei Artús, rei deus Bretons !" "Rei deus qué ?" ce’u repon l’aut. "Rei deus Bretons, qu’èm tots Bretons !" "Ne sabí qu’avèm un quite rei !"...
    Díser çò que dísetz qu’es estar romantic, saunejar : avossi avut aquò, lavetz.... estossim estats atau, lavetz... Mes qu’i a fèits.

    S’avanci aquiths arguments qu’es percè d’aver interrogat belèu mè de 400 personas, quasi tots locutors naturaus de le lenga, e de n’aver tirat conclusions. Ne parli pas atau percè qu’èi calculat, jo e ma ideas. Se gausi dar mas conclusions (que pòden estar subjectius tabé) qu’es pramon d’estar estat au mè pròche deus "principaux concernés", los darrèrs locutors, los qui’s van morir dab le lenga : los clotèrs de le lenga. E d’aver sentit lo barat gran enter iths e los sons pairs. Iths que son en lo monde modèrnes (autan arcaïs que singuin), los pairs qu’èran com au tèmps de Louis XIV...

    Quèn atz gènts que son estats trufats a l’escòla percè, a 6 ans, tots los auts qu’arribèvan en parlantz francés e iths ne sabèn pas sonque parlar gascon, que balha personas que ne volèn sustot pas aquò que s’arreprodusissi entaus sons meinatges. Autan simple qu’aquò. Quèn atz quauqu’un que’s hadot trucar los permèrs jorns d’escòla quèn domandèva on èran los caguedeirs percè qu’at domandèva en gascon, e que’s pishèva dessús après, de por de’s har corregir, que marcha. Aquest dont parli, percè qu’es un cas vertadèr, n’auré jamè volut parlar gascon aus sons dròlles de por que’us arribèssi ad iths tabé... N’es pas ua victimisacion, qu’es un fèit. Que puiratz díser : çò que’us a virat de parlar entre iths, de har passar le nòsta bèra lenga, ne’us aurén pas botat en preson !
    Mes le pression d’ua societat qu’es mè pesanta que 1000kg de hems... Çò qui vos a possat a crompar un portable ? A crompar ua autò ? A crompar les darrèiras cauçuras a la mòda ? Perqué jo, coneishi 100 còps mè de canats en anglés que’n francés ?

    Après, qu’i a un futur e que’n pòden har quauquarré entà nosatis. Mes que cau estar realistes, har dab çò qu’am. Muishar los caishaus ? Ne n’am pas, e ne n’am pas jamè avut. Realistes...

  • Tot çò qu’escriu Renaud e l’exemple que’ns dona qu’es esmavent e no’s pòt pas denegar.Mes se la fiertat s’era mantienuda en aquèths temps (o non n’i avot pas jamèi, a çò qui ditz ?) ,n’ i auré pas avut digun entà gausar trufa-s deu mainatage gasconofòne ; e se totun en i avè avut un d’aquèths, lo maintage e los autes qu’auren autanlèu héit aus patacs tà responer a l’insurta.Caixaus,enquera ...

  • Mes n’es pas ua question de gascon... Qu’es ua question de societat, lo hòrt que’s trufa deu petit, lo puishènt deu praube pire e los qui parlèvan agscon qu’èran los praubes pires...

  • @Gérard Saint-Gaudens.

    Vous avez raison, les mésaventures du peuple gascon ne peuvent pas arriver à un peuple qui ne se laisse pas faire et n’accepte pas de se laisser aussi facilement humilier, béret à la main et tête basse..

    @Renaud

    Encore des excuses et des raisons qui sont des causes et pas des conséquences. L’identité gasconne était encore parfaitement visible au début du XVIIème siècle, pas il y a mille ans n’est-ce pas. Elle était même parfaitement reconnue par les Français eux-mêmes.

    Les Juifs une religion ? Ben oui, bien sûr, c’est ce que je dis à la ligne 6 si vous lisez bien. Ce que je dis est qu’ils ont eu, à travers l’Histoire, d’autres problèmes à gérer qu’un bonnet d’âne distribué par un instituteur. Des problèmes, un chicòt me sembla, plus graves que les nôtres. Je ne vais pas plus avant dans la comparaison, ne faites pas semblant de mal me lire.

    Mais il y a d’autres peuples sur notre planète qui n’acceptent pas de renoncer, quelque soit l’adversité, parce qu’ils ont une claire conscience nationale et ethnique, ce que possédaient les Gascons, quoique vous en pensiez, jusqu’aux règnes d’Henri IV et de Louis XIII.
    Des exemples ? Simplement en Europe pour que la comparaison soit, cette fois, pertinente :

    1-Tous les peuples slaves des Balkans qui ont connu l’occupation ottomane pendant des siècles et qui n’ont jamais renoncé à leur identité.
    2-Les Norvégiens qui ont toujours refusé la domination suédoise.
    3-Les Baltes qui ont survécu à l’Empire tsariste et à l’Union soviétique.
    4-Les Catalans.
    5-Les Corses.
    6-Les Flamands de Belgique qui ont toujours refusé l’hégémonie culturelle et linguistique des francophones.
    7-Les Frisons en Allemagne et aux Pays-Bas.
    8-Les Ukrainiens.
    9-Les Moldaves.
    10-Les Gallois.
    10-Les Ecossais.
    11-Les Irlandais.

    Tous ces peuples avaient aussi d’excellentes excuses, et même meilleures que les nôtres, pour renoncer. Parmi tous les exemples que je viens de citer il n’y a pas que des insulaires, il y a des gens dont la langue est à peine différente de celle du grand voisin prédateur (Ukrainiens vs Russes, Norvégiens vs Suédois), il y a des gens qui ont été systématiquement humiliés quand ils parlaient leur langue.
    Les Basques ? Il ne s’agit pas de les bader comme vous dites, simplement constater leur génie à survivre, justement avec une langue qui aurait toutes les raisons de disparaître du fait de son archaïsme. Vous savez ce qui se passait quand un policier entendait parler basque dans la rue, sous Franco, jusqu’aux années 1970 ? Laissez-moi vous renseigner. On vous embarquait au poste de police, on vous y collait une bonne raclée et puis on vous jetait à la rue, avec une amende, en vous disant : "Tienes que hablar cristiano ! Hijo de puta !". Dans d’autres pays on pouvait mourir pour ça. C’est tout de même autre chose que les petites vexations de la IIIème République qui nous ont fait renoncer en l’espace d’une génération à peine. Un peuple fier ne se laisse pas malmener de la sorte et, celui qui s’avise de se moquer de celui qui parle sa langue, dans la cour de récré, reçoit normalement une branlée. Maintenant, si vous trouvez condamnable de s’affirmer en tant que communauté ethnique, linguistique, alors c’est un autre problème. Si pour vous le fait de s’affirmer pour survivre à l’adversité est une manifestation crypto fachiste et si vous raisonnez comme les gauchistes post soixante-huitards... La sempiternelle reductio ad Hitlerum, bien française, pour faire culpabiliser ceux qui contestent l’appartenance obligatoire, parce que bonne et universelle, au modèle culturel de la Grande nation.
    Donc, je le redis, les Gascons ont un peu (beaucoup) ce qu’ils méritent. Vous dites que je suis romantique. Non, je suis réaliste. C’est vous qui êtes romantique et bien trop complaisant. Regardez un peu ce qui s’est passé ailleurs à des époques comparables et voyez ce que nous sommes devenus et ce que sont devenus ces autres peuples.

  • Bonsoir,

    Vous mélangez beaucoup de concepts et de réalités, la conscience nationale n’est pas la conscience ethnique et n’est pas la conscience linguistique. La Frise, le Pays de Galles ne sont pas indépendants mais ont conservé leur langue, comme les sorabes en Allemagne ; l’Irlande indépendante a vu la sienne poursuivre son déclin, l’Ecosse nationaliste parle anglais, la Serbie, la Bosnie et la Croatie parlent quasiment la même langue mais se sont faits la guerre et massacrés allègrement lors du dernier siècle. Etc, etc.
    Pour ce qui est des basques, je me rappelle très bien les années 70 et ce que vous dites et je me souviens même qu’il est arrivé qu’un basque soit tué dans la rue parce qu’il avait répondu en basque à la guardia civil. Tout cela renvoyait à une situation politique extrêmement violente où le nationalisme basque rejoignait le combat pour la langue. Le basque est probablement sauvé en Euskadi mais il continue de reculer en France et les différents dialectes, le souletin par exemple, sont en voie de disparition.
    Je ne vois pas ce que la fierté ou le fait de casser la gueule à un gamin dans la cour de l’école vient faire là dedans. L’ethnie gasconne ? ça n’existe pas, la conscience nationale gasconne ? ça reste très marginal. Et l’adversité, ben justement les gascons ne l’ont pas connu comme les juifs ou les basques d’Espagne. Henri IV et ses gascons ont conquis Paris, et combien d’hommes politiques gascons ont fait carrière au plus haut niveau à Paris ?
    Alors que les juifs étaient victimes de lois de discrimination, comme les polonais, les géorgiens,... sous la botte russe.
    La bourgeoisie basque a défendu le basque, la bourgeoisie gasconne a méprisé le gascon ou en a été indifférente. Après qu’on vienne accuser les ruraux, les paysans de ne pas avoir transmis la langue, d’avoir manqué de couilles, c’est bien gentil mais c’est idiot. C’est vrai qu’ils n’ont plus transmis la langue à partir des années 1950, mais ils ont été les derniers à la transmettre, ils ont résisté bien plus longtemps que les urbains et si je la parle c’est grâce à des paysans qui étaient et sont contents de la parler avec moi alors que quand j’étais gamin les adultes ne parlaient plus béarnais aux enfants.
    En bref les gascons ne forment pas un peuple de persécutés ni un peuple à qui on a fermé les portes de l’ascension sociale, ils se sont plutôt bien débrouillés même. La question de la langue est pour la majorité des gascons tout à fait secondaire. Si vous ajoutez la bêtise occitaniste actuelle pour qui le gascon n’est pas une langue et qui cherche à nous fourguer un occitan standard inutile, puisqu’il signifierait lui aussi la mort de la langue gasconne, les ennemis du gascon ne sont pas ceux que l’on croit. Au contraire des basques (même s’il peut y avoir des oppositions au batua), les gascons et occitans sont divisés, en conflit entre eux et finalement sabordent tout seul leur langue.

  • Monsieur Peyraube,

    Vous ne m’avez pas bien lu je pense, ou bien je me suis mal exprimé. Je dis simplement qu’il n’a pas fallu beaucoup pousser pour voir ce qui restait de l’identité gasconne s’écrouler, en une seule génération (1880-1920). Ce que je dis est qu’il est inutile de chercher des coupables puisque NOUS sommes les principaux coupables de notre propre mort.
    Contrairement à vous, je pense que l’ethnie, la langue et la nation sont intimement liés. C’est la France révolutionnaire et celle des Lumières (qui ont surtout éclairé la bourgeoisie) qui ont voulu effacer le concept d’ethnie et qui a perverti celui de nation pour en faire quelque chose de totalement abstrait et désincarné mais qui permettait la subordination des peuples vivant dans l’Hexagone. L’identité française est une identité de philosophes, un truc hors sol et complètement éthéré. Et tout s’est aggravé et accéléré après la défaite contre la Prusse en 1870, où il est devenu nécessaire de parachever la construction nationale pour préparer la revanche (d’où la construction du mythe national, l’école de Ferry, les Renan et autres Fustel de Coulanges, avant eux Michelet).
    Quand je parle de nation, je parle du concept venu de l’Antiquité, puis ayant traversé le Moyen-Âge et l’époque Moderne. Il était encore valable chez nous jusqu’au XVIIIème et est encore en cours chez les peuples germaniques largo sensu (Anglo-Saxons, Allemands et Scandinaves).
    En gros la conception de Fichte (nation =langue+culture+religion+histoire+origines etnhiques) face à celle de Renan, la française donc (qui semble être la vôtre), issue des Lumières (nation = acte d’autodéfinition). Donc, la France a été obligée de pervertir le sens originel de natio pour pouvoir imposer aux nations du royaume une unité à grands coups de pied au cul (ou à grands coups de baïonnettes et autres massacres de tranchées). Tu parles d’une acte d’autodéfinition !
    Vous me citez d’Henri IV de France et tous Gascons montés à Paris...se mettre au service de la nation prédatrice dont le prince supposément gascon Henri III de Navarre était en fait bien plus Bourbon et français que Navarrais. Ces Gascons ne se sont jamais revendiqués nationalement comme gascons, surtout pas ceux qui ont fait carrière là-haut et se sont simplement mis au services des maîtres. Louis XIII, le fiston, mettra d’ailleurs logiquement fin à l’indépendance, toute relative d’ailleurs, navarraise. Ne prenons pas pour exemples ces "grands hommes", qui ne se sont strictement jamais définis eux-mêmes comme gascons et ont même totalement rejeté cette appartenance, sauf, parfois, à l’occasion d’une visite chez les ploucs, comme Armand Fallières allant patoiser à Mézin.
    Alors non, je ne mélange rien du tout, je ne fais tout simplement pas mienne la définition franco-française de nation.
    Vous aurez remarqué que les Britanniques ne confondent pas qui présentent quatre équipes de rugby. C’est d’ailleurs grâce à cette conception bien plus véridique de nation que nos amis Québécois sont considérés comme une "nation distincte" au Canada. Si les Canadiens avaient la conception française, alors les Québécois n’existeraient pas légalement, comme c’est le cas des nations de France.
    Enfin, entre le petit gascon patoisant qui est humilié par l’instituteur et ses camarades et la situation inverse où lui et ses camarades remettent à sa juste place celui qui l’humilie, j’aurais préféré la deuxième version de l’histoire. Mais ça ne s’est pas passé comme ça et le petit garçon patoisant qui était à l’école communale en 1893 est allé se faire massacrer en 1914, au nom de l’acte d’autodéfinition et de la volonté collective. Il faut dire qu’on lui avait bien bourré le mou et qu’il n’a pas eu beaucoup le choix.
    Voilà, j’espère que j’ai éclairci quelques points de ma pensée.

  • Los puples que cítatz qu’an tots avut ua istòria que hadot, a un moment dat, que’s bastiren ua identitat hòrta... Nosatis, com at dit Peyraube, non... E har viste. Quèn pàrlatz de l’identitat gascona au XVII, i èratz ? King of the who ? Qu’èra parièr... Que parli de romantisme e d’idealisme percè n’èm pas bascos, n’èm pas judius, n’èm pas galés o arré, n’am pas sofèrt nada opression. Au lòc de’s díser : "Ah estossim estats com los bascos, blabla...". Bascos n’èm pas. Hèm dab çò qu’èm e dab çò qu’am... Qu’atz un pleitei militant. Qu’ensagi d’espiar lo dequò lo cap hred.

    Totara en me passejantz en le montanha on damòri, qu’espèvi totas aquiras parets a hinda-handa pertot. Que son totas suu sòu uei lo jorn. Que’n tròbatz au bèth hons deus bòscs. Bòrdas en tèrra en bòscs de hais shèt atge. Un moment i avot on aquiras parets e bòrdas se divèn estar gloriosament en un peisatge netejat, shèt d’un aubre, sonque pradas. E be, díser los Gascons que son los mè grans copables de le pèrta de le lenga que seré com de díser : "qu’at atz deishat càder tot, les parets, les bòrdas, quèn avètz botat centenadas d’anadas a tot capsar. Qu’ètz ua vergonha, qu’ètz los copables, n’atz pas nada fiertat, nat amor deu vòste peís."
    Ne pòden pas acusar lo monde per causas qui los despassan.

    Totun, au risque de vos decéber, lo qui n’a pas de nòm, ne sui ni un partesan de le victimisacion, ni de le culpabilisacion...

  • A entèner le gènt qu’intervistan dab l’Ostau Comengés, qu’an arresignat le lenga com dishèren lo "brabant" (hop ligam dab un aut hiu !) entau tractor. Que passèren en un utís mè modèrne e aqueth utís qu’èra lo francés.
    Entà los qui at vòlen, les-i puish har passar hòrt un gran dossièr sus le question de le percepcion qu’an los locutors deu gascon de le soa pròpia lenga. Totas aquiras questions que son abordadas. Qu’estot hèit per Nosauts de Bigòrra, redigit per Fabrice Bernissan preu Ministèri de la Cultura en 2014.

  • L’Exposition "Germain d’Alméïda, un bouchonnier et poète gascon" est visible à Mézin au Musée du liège jusque fin octobre 2016.

    Réalisée dans le cadre d’un projet sur la poésie, elle ne présente l’homme que sommairement, mais assez pour que se dessine l’image d’un entrepreneur-poète-publiciste issu du peuple, bien dans l’esprit de la 3e République, amoureux certes de sa petite patrie gasconne, mais respectueux avant tout du roman national français.

    JPEG - 243.1 ko

    Son nom d’Almeïda lui venait d’un grand-père portugais. Il a parfois été noté "d’Almède", qui respectait mieux l’accent tonique du nom portugais, d’ailleurs très facile à intégrer par des gasconophones !

    C’est aussi l’occasion de découvrir ce Musée du liège qui montre admirablement une industrie qui a occupé dans la seule ville de Mézin des centaines d’ouvriers.
    Comme la résine du pin, le liège est toujours une ressource potentielle de la grande forêt gasconne, du Marensin à l’Albret : Le liège gascon
    Lo gematge-le gemmage : passat e aviener ?

    JPEG - 12.5 ko



Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document