Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Bearn, Gasconha, Òc ! Manif de Pau - quauques comentaris

lundi 23 février 2009, par Tederic Merger

Bearn, Gasconha, Òc !
Pau lo 4 d’abriu de 2009

Perqué manifestaram ?
La lenga qui’s parla ací qu’ei en dangèr.
Aquesta lenga que l’apèran biarnés, gascon o occitan. De tot biais que son tres mots per parlar de la medisha lenga.
Que volem mejans eficaçes e siin hargats per que visca la lenga.

A qui s’adreça aquesta manifestacion ?
Qu’ei hèita per aperar tos los qui viven ací, quau qui sia lor origina, a sostiéner las accions per la lenga.
Que s’adreça aus elegits municipaus, departamentaus, regionaus, aus parlamentaris e que s’adreça tanben a l’ensemble deus actors de la vita economica e sociau.
Lo Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques e la Région Aquitaine qu’an entinoat quauques accions.
Ne sufirà pas. Que’n cau mei.
Quauques comunitats de comunas tanben que s’i hican. Pas totas. Qué hèn las autas ? Qué hè l’aglomeracion de Pau ? Qué hè l’Estat ?

Qu’ei çò qu’ei ua politica per la lenga ?
Qu’ei ua seria de mesuras qui an per mira que la lenga e sia mei anar mei parlada, que sia mei anar mei escriuta, mei anar mei utilizada.

Ua politica lingüistica qu’ei hèit per que sia transmetuda la lenga a las joenas generacions.

Que vòu díser aquò :
- Mei d’escòlas per ensenhar dens la lenga ;
- Mei d’emissions de ràdio e de television dens la lenga ;
- Mei de sostien aus qui cantan, jògan, escriven dens la lenga ;
- Mei d’utilizacion de la lenga dens los espacis publics.

Que cau ua volontat politica vertadèra e mejans financèrs.

Que i podetz quauquarren !
Ça-vietz a Pau lo dissabte 4 d’abriu a 14 h
Pl. de la Libération davant lo Palais de Justícia
mail : crida.oc@free.fr


Voir en ligne : La crida-anem òc Bearn !



Grans de sau

  • Que son los meishants tolosencs encuèra...Qu’arridi, mès que cau tots viener en tèrra biarnèsa libra e fièra per de-henser la lenga nosta !!!

    ANEM ÒC PER LA LENGA OCCITANA (gascona deu biarn !)

    • "Aquesta lenga que l’apèran biarnés, gascon o occitan. De tot biais que son tres mots per parlar de la medisha lenga" extrait du début de la brochure de la manif !

      Alors pourquoi ne pas parler tout simplement BEARNAIS ??? à l’heure de la revendication des diversités des origines, pourquoi ne pas permettre à ceux qui ne veulent défendre que ce qu’ils sont de se dire simplement Béarnais et Gascons ?
      Pourquoi serait-ce un aveu de fermeture aux autres ?

      On a inventé en Béarn une novlangue : le BGO, le béarnais gascon occitan, ou dit aussi l’occitan gascon du Béarn, ou l’occitan dans sa variante dialectale béarnaise !

      La défense de la langue béarnaise se suffit à elle même ! ni besoin de croix faussement occitane, ni de novlangue !

      Bonne manif !
      Jmcasamayou

    • C’est vrai que parler de BGO est bizarre et peu appétissant, même si c’est juste sur le plan lingüistique, le béarnais étant bien du gascon, et le gascon de l’occitan.

      Parler d’occitan tout court, ce que les occitanistes locaux nous font aussi trop souvent, sème la confusion et met en avant une identité occitane qui ne peut pas fonctionner, parce qu’elle englobe un tiers de la France !

      Reste le choix entre "béarnais" et "gascon".
      Il existe déjà une identité béarnaise, mais curieusement elle s’affiche assez peu, et son affichage ignore souvent la langue du Béarn (à comparer avec ce ce qui se fait au Pays basque voisin !)
      Promouvoir le Béarn en utilisant sa langue, le béarnais, et en la nommant ainsi, parait donc de bon sens.

      L’inconvénient est que si on nomme le gascon béarnais "béarnais", on va nommer le gascon bigourdan "bigourdan", le gascon bayonnais "bayonnais", le gascon chalossais "chalossais"...
      Un émiettement de dénominations pour désigner des parlers très proches.
      D’ailleurs, quand on manifeste à Pau, c’est entre autres pour interpeller le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques. Or, les P.A. incluent aussi une partie gasconne qui n’est pas béarnaise (de Bidache à Biarritz).
      Et Michel Grosclaude a nommé sa fameuse méthode d’apprentissage "Lo gascon lèu e plan". Elle enseigne plutôt les variantes béarnaises...

      Parler de "gascon" est donc plus juste que parler de "béarnais".
      Maintenant, il faut savoir s’adapter à son auditoire, et comme le public béarnais n’est pas très au courant que le béarnais est du gascon, il faut l’accrocher par "béarnais" et l’habituer progressivement au terme de "gascon".

      A terme, si ça marche, l’identité béarnaise peut s’insérer dans une identité gasconne plus vaste.
      Si ça peut allécher les béarnais, je leur rappelle que Pau leur capitale est bien placée pour devenir aussi la capitale de la Gascogne !

    • Je crois que les Béarnais savent bien qu’ils sont Gascons, mais ils se disent avant tout Béarnais et pas "occitanophones" comme le laisse entendre la dernière enquête officielle !
      L’un n’empêche pas l’autre, je réaffirme que revendiquer ce que l’on est n’est pas une preuve d’intégrisme préhistorique.
      Un récent article montrait que les Souletins sont très attachés "à leur variante dialectale souletine" (comme dirait certains...) et que "Mon père était berger en souletin" ( Jean-Pierre Etchebarne-l’association Sü Azia) car l’officiel batua ne passe pas toujours très bien en Euskadi-Euskal Herri.

      Il semble très tendance aujourd’hui de revendiquer les diversités des origines : biodiversité, aoc, ipg, "minorités visibles", bio, cru, pays, généalogie ; mais curieusement se dire simplement et modestement Béarnais n’est pas vraiment "politiquement correct" !

      Enfin, je suis allé faire un tour à la manif de samedi devant le palais de justice (aux couleurs nationales), devant le monument aux morts de 14-18 ; j’ai cherché les quelques vaches perdues et très discrètes aux milieux des croix toulousaines (dites occitanes) et des Etoiles rouges d’Anaram Au Patac...
      J’ai pensé au monument pour le 18 RI (à Craonne) qui rend hommage aux Basques Béarnais et Gascons morts pour leur pays et qui avaient gardé leur langue...
      Nous en avons hérité le pays, tâchons d’en garder la langue !

      Adichàts a touts.
      Amistats biarnéses y gascounes.

    • Patoèsenta, aspésa,aussalèsa, bigordana, bearnèsa, aranèsa, lanusquèsa... gascona, occitana e que’t sabi mèi : QUE CAU APARAR-LA, QUE CAU DEHENER-LA, que cau parlar, escríver (nat importancia dera grafia dera vosta causida), hàser víver era lenga.

      Ne i a que van contunhar de debàter aciu-dessús (bearnés, gascon, occitan) quan i aura nat pus arrés entà parlar e díser nat mot en lenga deth parçan.

      Hilh de puta, parlicòtas pateticas, que cau hàser, nat pus temps d’esperar, ça desnodam eth nostes braç e tribalhar tara lenga.

    • j’avais envoyé une deuxième contribution que je ne vois pas apparaître. Est-elle bien arrivée ? CORDIALEMENT. jmcasamayou

    • L’etiquetatge qu’ei important...
      Ua bona part de la coneishença umana que consisteish a balhar etiquetas a las causas.

      E quan se manifesta dens l’arrua, son las etiquetas qui comptan prumèr.

      Parlar de patoés, d’occitan, de biarnés o de gascon... aquò cambia completament l’imatge balhada de la lenga.
      E doncas, va condicionar l’enveja de la tornar parlar, o de l’apréner, doncas lo succés de l’enterpresa de recuperacion.

      Doncas, ne son pas parlicòtas de desbàter aquiu-dessùs.

    • Ce qui est bizarre aussi, c’est qu’on trouve normal de défendre l’équipe (foot, rugby...) qui porte les couleurs de sa ville, mais défendre le pays qui englobe la ville c’est suspect.

      Peur du chauvinisme d’un côté, peur du séparatisme de l’autre...

      Un patriotisme béarnais ne peut faire que du bien au Béarn.
      Et Pau, au lieu de rabâcher dans sa propagande institutionnelle qu’elle est la capitale des Pyrénées océanes, gagnerait à caler son image sur le Béarn, dont le nom peut faire rêver !

    • Es vertadieirament la vertat, lo pus important es de har viure la lenga en tota sa mescladissa, sa beutat. Lo temps es plus ara a la division sonque a l’unitat dins la differencia que ha la force de bailhar sens a la viu. Lo dangier de mort cau pas nos har perde lo vam per agir. es enquera temps...

    • Que sui aduver cap e tot ! Que se’n trufan plan de causir un nòm. Lo mèi important qu’es de parlar. Entà çò de la denominacion, deisham aquò aus academicians. Quan me’n vau crompar un disc,que m’es esgau de coneisher l’ estile, tant qui aimi !
      Mé bon, vertat, los gents qu’an daun de senti’s gavidats e qu’us disin çò que cau pensar o com cau aperar aço o aquò...

      Vedetz André Hourcade com hèi, qu’escriu e los qui’u lègen que son mèi tesicats deu contenut qui non pas deu nòm de la lenga emplegada. Suu son site, que pòt parlar de com de matematicas, lo tot en gascon o occitan, o biarnés, l’espròva que "la lenga nòsta" e pòt estada manejada per tot.
      E pas sonque entà pelejadas qui ne hèn pas sonque hochar la nòsta hòssa qui es dijà planpró pregonda (mé que’vs aimi plan totun !).

      Parlatz se pòdetz !

      Adishatz !

      Renaud

    • Totun, Gasconha.com e jo, que pensam que lo nom (en generau) es important, pr’amor que balha l’identitat.

      A tau punt qu’èi de còps presentat lo sit Gasconha.com coma lo sit deus noms gascons.
      D’alhors, qu’ei dens l’editoriau deu sit :

      "En 2003, Oest-Gasconha a changé de nom, pour devenir Gasconha.com, qui est de plus en plus le site des noms gascons.

      L’identitat es d’abòrd lo nom."

      A l’òra d’ara, dens l’estat de desbromb e d’inutilitat pratica deu gascon, la sola causa qui pòt conduiser monde a tornar apréner la "lenga nosta", qu’ei ua recerca d’identitat hòrta.

      Lo mot "gascon" que pòrta tota ua memòria regionau milenari, e enqüera pas completament perduda.
      Que seré pèc de nse’n privar.

      S’emplegam "occitan" a la plaça de "gascon", passam a costat de l’identitat gascona, mancam lo ligam damb l’istoria e la memoria regionau, perdem la motivacion màger d’apréner la lenga deus nostes ajous.
      Los qui son motivats per l’Occitània, logicament, que van apréner "l’occitan", en realitat lo lengadocian, puisque los occitanistas de Lengadoc identifian l’occitan au lengadocian (en bèth reclamar - damb rason, mès en contradiccion - l’apartenença deu gascon a l’occitan !).
      Nomar lo gascon "occitan" shens precision que hè disparéisher la lenga gascona : ua realitat qui n’ei pas nomada que dispareish !

      L’emplec de "biarnés" en Biarn, qu’ei tanben problematic, pr’amor que hè supausar que i a ua lenga biarnesa distincta deu gascon. Lavetz, caleré parlar de bigordan, de medoquin, d’armanhaqués...

      Emplegar "lenga nosta" que sembla ua solucion end’evitar lo problèma, mès justament, que permet d’escapà’s shens nomar d’identitat, e fin finau, qu’entertien la confusion.

      Lavetz, siam clars, e nomem la nosta lenga "gascon" !




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document