Notre région, c’est la Gascogne !


Un érudit gascon : l’abbé Joseph Beaurredon

samedi 30 avril 2016, par Jean Lafitte

Adixat, amics de la loéngue gascoune,

On connaît l’anecdote : ayant lu par hasard le prophète Baruch de la Bible, La Fontaine abordait pendant quelques jours tous ceux qu’il rencontrait en leur demandant « Avez-vous lu Baruch ? »

Je serais tenté de vous dire, de même : « Avez-vous lu l’abbé Beaurredon ? ».

Ce n’est qu’avant-hier que j’ai découvert fortuitement cet auteur dont je n’ai jamais trouvé la moindre mention dans mes lectures gasconnes et péri-gasconnes depuis déjà 34 ans.

Je pense que vous l’apprécierez de même par le dossier que je vous diffuse :

Une présentation du personnage, en deux notices, l’une de son vivant, l’autre récente, à partir de celle publiée par le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), ce qui n’est pas une mince référence :

PDF - 124.9 ko
Abbé Joseph Beaurredon (1844-1929)
Société de Borda

Et quatre de ses œuvres sur le gascon :

PDF - 8.9 Mo
J. Beaurredon - Grammaire des idiomes landais 1893-94
Société de Borda
PDF - 7.5 Mo
J. Beaurredon - Phonétique du gascon landais 1898
Société de Borda
PDF - 1.2 Mo
J. Beaurredon - Les padoüens 1907 + Var. dialectales 1913
Société de Borda
PDF - 3.7 Mo
J. Beaurredon - Essai de philologie landaise 1887
Société de Borda

Vous remarquerez le rôle très important de la Société de Borda dans la publication des œuvres de ce prêtre. Le Bulletin de cette société savante est extrêmement riche et on en trouve sur Gallica la collection quasi complète des origines vers 1875 à 1945.

Et pour ceux qui voudraient tâter à son œuvre de prêtre et théologien, le lien vers un ouvrage qui peut paraître toujours d’actualité :
https://ia801405.us.archive.org/34/items/lemodernismeetle00beau/lemodernismeetle00beau.pdf

Bonnes lectures et amitiés à tous,



Grans de sau

  • Concernant l’abbé Beaurredon, le titre d’érudit gascon n’est pas usurpé.
    Les écrits de cet illustre inconnu sont riches d’enseignement au sujet du gascon landais, et c’est un bonheur que Jean Lafitte soit tombé sur ces documents et qu’il ait eu l’excellente idée de nous en faire profiter.
    L’abbé, comme bien des ecclésiastiques d’alors, avait de solides connaissances en langue latine, ce qui se reflète dans les nombreuses étymologies qu’il propose. Cependant, tout n’est pas à prendre pour argent comptant. Par exemple ses étymologies concernant les mots "sabot", "sibot", "boulanger", bien que lumineuses de prime abord, s’avèrent quelque peu tirées par les cheveux après une brève réflexion. Mais ce ne sont que des broutilles à côté de tout ce qu’il peut y avoir d’instructif et d’éclairant dans les écrits de ce savant bonhomme.
    Merci, Jean. Si tu tombes à nouveau sur des perles rares de cet acabit, n’hésite pas une seconde à nous les communiquer.




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document