Notre région, c’est la Gascogne !


Drapèth de Gasconha - proposicions

Gascon d’Aran

vendredi 15 août 2014

Drapeth de Gasconha sus era base deth territòri

PNG - 10.4 ko
PNG - 4.3 ko
PNG - 4.7 ko
PNG - 4.6 ko
PNG - 4.8 ko

Era verdadèra vergonha des gascons ei que a ores d’ara encara non auem sabut consensuar ua bandèra que represente ath nòste territòri. Ena actualitat i a un corròp de drapeths "oficiaus", mès cap a era unanimitat, e acrò ei un fracàs collectiu des gascons, ac cau arreconeisher e adoptar ua posición constructiva damb generositat e volontat de voler arribar a acòrds.
Es actuaus drapeths "oficiaus" de Gasconha, an un origen Francés o franchimand, e coma Gascons Liures auriem de renunciar a d’aguesti simbèus, es simbèus autrejats per l’enemic, aqueth que nos vò eliminar.

Actuaument, agrade o non agrade, eth simbèu que represente ara Nación Occitana ei era Crotz, tà jo era crotz d’òc, era crotz dera nòsta lengua e cultura, damb es disparières modalitats de lengua, damb era lengua Gascona que a ua hòrta personalitat diferenta ara resta, per aqueth subtrat bascoïde.

Independenments deth origen istoric d’aqueth simbèu, fòrça incert e discutible, i a istorians que placen er origen dera crotz ena Provença, en Venasque.
Mos represente deras Valadas Occitanas enquia Baiona, de Lemòtges enquia Aran....e per acrò pensi que aguest simbèus ei irrenociable...... encara que Gasconha a era sua pròpia personalitat e manque qu’es Gascons demostren "Unitat".
Ua Gasconha anti-occitana ei ua aberración, e un fracàs sense camin.

Es simbèus son plan importants tà mantièr ua nación junhida, es enemics nòstes ac saben, e nosati non poden actuar coma propis enemics de nosati madeishi......qu’ac repetisqui, cau hè un exercici de Generositat tà arribar a acòrds, se non èm perdudi...
Era mia proposta non se base en causes o hets istorics que arrés sap a sciencia cèrta, es confosions son nombroses, arrés a era arrason, tot son especulacions...., era mia proposta de drapèth Gascon ei era realitat naturau de Gasconha, que per un costat limite damb era Mar Grana, er Atlàntic, e per aute damb era Garona, que an milions d’ans més que quisevolh hèt istoric de hè mila ans. Per acrò pensi que eth blu i a d’éster present d’un costat er aute, damb unión.

Eth hons que è escuelhut tath drapèth ei eth verd, que represente aquera verdor constant ath long der an, enes Pirèneus, enes Lanes, en Medòc.......mercés as precipitacions der Atlàntic, que mos a marcat eth nòste carácter e territòri. E ath miei era crotz d’òc (de Tolosa non m’agrade, pr’amor que non ei deth tot demostrat que siguen es prumèrs en utilizar-ac).

Aguesta ei era mia aportación positiva ara Unitat Gascona, Gasconha ac a de besonh.



Grans de sau

  • La croix de Sent-Andréu : très bonne idée, déjà un peu popularisée.

    Les couleurs ? ber e blu  ? : pas justifié (attention au symbolisme "naturaliste", vous savez, : vert pour les pins, bleu pour le mer, etc.). En Val d’Aran un drapeau aranais était bleu, blanc, vert ; on lui a substitué un drapeau de type "occitan".
    Mais les couleurs les plus répandues en Gascogne sont le rouge et le blanc, qui font l’objet d’un consensus minimal plus ou moins tacite. Ne le brisons pas, pas plus que nous ne briserions l’usage de l’or et du rouge pour l’Europe romane du Sud.

    La croix de Toulouse et Forcauquier est bien belle, mais n’a rien à faire chez nous. Son histoire est retracée dans les archives de ce site, qui compte aussi de très nombreuses pages de discussions sur les drapeaux possibles et imaginables (cliquer cercatz). Un exposé complet est à consulter aussi sur le site de Jean-Louis Massourre http://domaine-gascon.wifeo.com/histoire.php (article très fouillé de Guilhem Pépin).

    Inutile de refaire ici la longue histoire de l’idée occitane (et pas de l’illusoire nation occitane, ni historique, ni ethnographique, ni même linguistique), par rapport à laquelle nous n’avons pas à nous définir.

    Les trois langues romanes d’oc, l’occitan, le catalan et le gascon , ne correspondent pas à trois "sentiments nationaux" :

    a) La Catalogne est une nationalité. Son drapeau est connu.
    b) la Provence (y compris les terres alpines), dont le drapeau est de même antiquité et origine semble-t-il que le catalan), est l’ombre d’une nation, malheureusement provincialisée. L’idée occitane n’y a pas vraiment pris.
    c) la notion d’Occitanie a fait l’objet de rejets divers en bien des lieux (surtout depuis la montée de l’occitanisme jacobin).
    d) la Gascogne est victime de la carte régionale et d’une falsification qui a mené à l’expression "occitan de Gascogne", sinon "occitan" tout cours pour définir sa langue. La générosité poussée à ce point frise l’aliénation.

    Le Manifeste gascon (sur ce site) marque des positions consensuelles minimales, et indique nettement leurs limites.

    Oui à un drapeau gascon (ou à deux ou trois propositions convergentes, c’est possible). Oui à l’Occitanie, chez elle.

  • Perdonatz, sabia pas que "le Manifeste Gascon", escrit en francés (sic), siguèsse un texte sagrat.....
    Precisions :
    - Gasconha ei victima, òc, més deth Jacobinisme Francés e dera sua maishanta manipulación, non pas deth "jacobinisme occitan" (sic)
    - Eth drapèth d’Aran blu, blanc e verd, siguèc ua invencion d’un politic que jamès auec èxit en Aran, en canvi eth drapèth istoric e identitari a trionfat, ei un èxit acceptat per unanimitat, causa que jamès a ocorregut en Gasconha tota. Deuant d’aguest fracàs collectiu cau trobar formules d’unitat.
    - Jamès è constatat qu’eth "rouge e blanc" sigue majoritari, fòrça viatges veigui eth drapèth "écartelé" "rouge e bleu"...
    - Eth "rouge e blanc" siguec balhat per un Papa en ua crosada....jamès acceptaré aquera imposicion.....e aquera simboligia cristiana, enemics istorics dera societat occitana que les tracteren d’heretges e que practiquèren un genocidi amassa damb es tròpes franceses deth nòrd.....aguesti son es nòstes veritables enemics istorics, e non es languedociens.
    - I a fòrça bandères en Monde basades en ua simbología naturalista, de hèt ei era més auténtica e perdurable, la que non a interferit la man der òme, ne a pogut manipular arrés......tà jo, la milhor opcion, se non i a hagut ua continuitat istorica.....coma en cas dera Gasconha.
    - Ei temps d’auer era ment dubèrta a naues proposicions, sense prejudicis.
    - Comprèni pas aquera animadversión pera crotz d’òc.....son pas nòstres enemics.....non ei ua imposicion, encara que non agrade a determinades persones cau arreconeisher que a perdurat ath long deth temps coma simbol dera cultura d’òc....es nòsti enemics son en nòrd, eth hyper-centralisme francés dirigit desde Paris. Reauments agusta ei era gran anomalía europèa. Fòrça pitgor ei era utilización per part de l’Estat d’aquera crotz d’òc tà dessignar ua región francesa. De hèt era gran desgracia de Gascons e Occitans ei qu’eth territòri pertanh ath 99% ath hyper intolerant Estat francés. Sonque coneishi un Jacobinisme,..eth francés, eth pitgor de toti.
    - Tanben pensi qu’eth drapèth Occitan tostemps aurie d’anar acompanhat dera estèla deth Felibrige, o se voletz era que represente es territòris de cultura d’òc (m’agraden es dues versions)
    - Sò d’acòrd que Gasconha a de hèr eth son camin coma Catalonha a hèt en es Païsi Catalans, mès malurosament Gasconha ei a ans lutz d’arribar ara situación política de Catalonha....
    - Negar era vinculación deth Gascon ara cultura d’òc, tròbi qu’ei ua aberración sense sentit, damb pòc bagatge scientific.
    - Se era idèa d’Occitània a trionfat més qu’era de Gasconha ei pera manca d’unitat Gascona, cau hèr autocritica, ei fòrça saludable, e adoptar ua estratégica d’unitat e consens que encara manque. Més unitat Gascona, deth Coserans ath baish Ador, deth Medòc enquia Aran. Ei per aquerò que auem de besonh un drapèth que mos represente a toti.
    - Era mia darrèra proposicion ei un drapèth basat ena estructura dera union, coma era británica, simbolize era union des territòris junhuts, çò que mos cau hèr as Gascons.......Sabi que i aurà persones que pensaran qu’ei ua còpia dera bandera basca, mès cau arrebrembar qu’ ei fòrça contemporanea, e que son eri qui eren era còpia dera británica... Aguest dessenh mos facilitarie era sua frabicacion, dejà qu’es bascos trabalharien tà nosati, sonque an de canviar es colors......jajajaja
    - ¿Qué non ei era naturalesa pro representativa tàs persones ena sua vida vidanta ????......Tà jo, més que quinsevolh autrejament Papal o deth Reiume francés....i a infinitat de drapèths basats en aqueth component, de hèt son es mès autentiques....milhor qu’es basades en simboligia de guerra.

    Més Gasconha, e mens anti-occitània !

  • Adiu Gascon d’Aran,

    Bien, qu’as plan aprés la leçon deus evangelistas occitanistas. Qu’ès estat hòrt bien escoliat e que coneishes lo catequisme de per còr.
    Nosauts qu’èm gascons e n’avem pas besonh deus Occitans. Que son tanben com los Francés, los nòstes enemics.

    Dinc a bèth-lèu.

  • Adiu Gascon cap e tot !
    Domatge, sò pas evangelista....més negar era pertenença deth nòste Gascon ara lenga d’òc ei d’ua grana ignorancia....cap lingüista gosarie afirmar aquera aberración....més cadun pòt opinar çò que vulgue...
    Era leçon qu’è aprés ei era des lingüistes e istorians, non era des evangelistas franchimands, ne tanpòc d’aqueri gasconistes anti-occitanistes, e més quan confonen eth tot per ua part, confonen Occitània damb eth Lengadòc....ua confosion plan grèu...
    Tanpòc m’agraden es ingeréncies des languedocians, més aquerò se produís per ua manca d’Unitat Gascona......e non cau pas éster un integrista gascon en contra des frais lengadocians
    Non creigui pas que siguen es lengadocians es que proïbissen eth gascon en Gasconha, non ????....mès lèu ei er Estat Francés...non ??
    E se non perqué l’Estat francés non balhe eth Gascon oficiau en Gasconha ????, e ena Escòla ???
    Sò de més destructiu tà Gasconha, ei un Gasconisme franchimand e anti-occitan....

    Adishatz

  • Je crois que nous n’en sommes plus du tout à ces discussions qui auraient dû agiter les mouvements culturels dans l’après-guerre.

    Le gascon est une langue morte, il est aujourd’hui absolument sans intérêt de savoir si la langue appartenait à l’ensemble des langues d’oc, probablement que oui, en tout cas il y avait continuum, ce qui ne rendait pas pour autant les particularités du gascon moins impressionnantes.

    Le mouvement occitaniste, quant à lui, est bien moribond à l’exception de quelques fiefs qu’il tient. Il va perdre prochainement son joujou à la région Aquitaine, la conjoncture ne lui est pas favorable, particulièrement dans le SO où se développe un vote FN puissant dans des régions largement acculturées, brouillées, rurbaines, sans identité propre, sans dynamisme économique individuel, absorbées par le mouvement métropolitain qui a été consacré par la dernière réforme territoriale encore en discussion.

    Le jacobinisme français porte une large responsabilité, mais il est aujourd’hui intériorisé par les habitants de la Gascogne contemporaine, qu’ils soient autochtones ou non. Le jacobinisme languedocien a joué un rôle néfaste jusque dans les années 2000 en contrariant toute émergence de discours gasconniste qui aurait permis peut-être de sauver les meubles.

    Dans tous les cas, aujourd’hui, notre avenir n’est pas différent de celui des autres régions de France, et le combat à mener est très profond, enthousiasmant, il touche à des domaines de la pensée vastes, comme l’économie, l’aménagement du territoire, l’organisation institutionnelle, l’art. Mais il se mènera en français, avec peut-être une pointe d’accent.

    Un jour peut-être, dans ce qui ressemblera à une collectivité gasconne, autour de ses villes moyennes, l’on pourra réfléchir à ressusciter le gascon. On débattra sur la nécessité, oui ou non, de l’éloigner des autres langues d’oc. Mais ce n’est pas pour demain ...

  • Adixat gaskus de tut pew,

    K’akabi de leje-pe, nu tan per l’aha dew drapew... Mès e-p et abisats kin em tocats per nustes estats de Franço e Spanho ?

    Gascon d’Aran, ke-t salüdi, asi kem tustem a parla ente fransés e suben EN fransés, ke purtos er nabetx !

    Labets xens prene part aw debat buste, ke-p dizi mun esmabemen, adire de gawju mesklat : dap tü Aranés ki as ü gasku pingurlat de muts espanhows e katalas, e buzays ki arrespunets en fransés... Be n’estoren espantats nustes pays byeys, estossen biws !

    E kin kami kap a duma ! Ke-ns kalere süstut kunexe mes.

    Bam, aro be suni kum ü kapera, k’èy sunk’a kara-m !

    Buno semmano

  • Le Manifeste gascon est écrit en français parce qu’il s’adresse aux Gascons d’aujourd’hui. Il n’est pas destiné à des cercles de convaincus.
    En particulier il est largement occitano-indifférent.

    (Quand à la valeur d’un argumentaire, elle ne dépend pas de la langue dans laquelle il est écrit.)
    Quant à répondre en français, c’est mieux que d’écrire malhabilement, il ne faut pas s’en offusquer. Cela contribue aussi à faire connaître le débat et à ne pas rebuter de nouveaux participants. Un site "tot en gascon" répondrait à d’autres nécessités.

    Toutefois, est-il besoin de le dire ?, ceux qui fréquentent ce site ne sont pas "anti-occitans" pour peu que les mots soient définis. Je crois que la plupart demandent seulement mais fermement qu’on ne fasse pas passer une fausse nation en lieu et place du peuple gascon .

    Le "jacobinisme occitan", conséquence naturelle du missionnariat occitaniste d’il y a cinquante ans (qui a imposé ses concepts, ses solutions linguistiques, et jusqu’à son -sh- symptomatique), est un petit courant installé (sans le mot) qui est maintenant assez liée à l’organisation régionale française. L’Occitanie, après tout, c’est le Midi de la France.

    N. B. : Devant le refus actuel d’une nouvelle région gasco-centrée, beaucoup des contributeurs de ce site se sont prononcés pour une fusion Aquitaine-Midi Pyrénées : donc, pas de refus a priori, mais la recherche du meilleur intérêt des territoires.

    La société gasconne (éclatée), qui ne se ramène pas à des micro-milieux, vit aujourd’hui, comme depuis plus de quatre-vingts ans, en français (en dehors du monde traditionnel-rural qui a duré plus longtemps). C’est regrettable, mais trop de coches ont été manqués, dont le dernier fut le réveil des années 1970, tourné comme lait en temps d’orage. On vante maintenant la "langue occitane" et la "langue béarnaise". C’est presque "le mieux de la mort". Il n’y a d’ailleurs plus de société à proprement parler, il n’y a plus que des administrés, des assujettis, des populations dans un pays déqualifié et médiatiquement soumis.

    L’imposition de l’Occitanie de Confolens à Menton et de Clermont à Saint-Girons fut un déni de réalité (d’esprit au fond très français, marqué par les utopies de son époque, beaucoup moins intelligent que le Félibrige, qui de son côté s’était sclérosé.) Les peuples réels provincialisés ne s’y sont pas retrouvés. Quand à la ferveur populaire, elle n’a pas été au rendez-vous. En bonne partie à cause d’une francisation profonde et pluricéculaire. Faute de trouver un peuple, on défend l’idée d’une langue, etc. Air connu.

    Le gascon est donc réduit à des milieux de plus en plus restreints et détachés de la vie réelle du peuple réel, et particulièrement de la paysannerie, maintenant assimilée.
    Or, la langue n’est pas tout, si l’on ne défend pas en même temps toute la personnalité du peuple, dans ses paysages, son écosystème, son architecture vernaculaire, ses projets institutionnels. C’est cela qui pourra sauver ce qui peut encore l’être de la langue.

    Il suffit d’aller sur les meilleurs sites qui se placent sous l’aile occitane pour constater que l’on discute et dispute encore et toujours de la notion de langue occitane, du meilleur standard possible, de la question des parlers, etc. Cela devient surréaliste.

    On en vient maintenant à passer de la défense de la "langue" à celle d’une "culture" d’oc, plus porteuse sans doute. Notion fausse car il n’y a pas de culture d’oc correspondant au territoire de la mirifique Occitanie.

    Ce n’est pas une raison pour ne rien faire et pour laisser tomber la langue, critère de l’ethnicité (Fontan). Mais la définition linguistique implique d’en finir avec les ambiguïtés.

    Aucun texte médiéval ne dit que le drapeau rouge et blanc au sautoir a été attribué par un pape. C’est une bêtise qui se répète, Wikipédia aidant (qui impose le mot "occitan" en lieu et place de "gascon" chaque fois que le lobby occitaniste le peut). Vous trouverez sur ce site les textes et références cités et toutes les discussions contradictoires possibles et imaginables. Taper la recherche dans Cercatz. Il est inutile de répéter pour la cent-cinquante millième fois ce qui a été exposé clairement.

    Un drapeau, en tout cas en Europe, ne relève pas du cliché naturaliste mais d’une abstraction culturelle (qui ne lui est d’ailleurs pas nécessairement opposée). À ce compte tous les pays de montagne pourraient avoir le même emblème, etc.

    L’écartelé rouge et bleu est la bannière de la Généralité d’Auch. Quand à Aran, la problématique y est sans doute différente de ce qu’elle est en France. Malheureusement, la Gascogne n’a pas été intégrée au royaume d’Espagne. Quitte à faire de l’histoire-fiction, on peut rêver...

    L’ennemi est beaucoup moins le jacobinisme comme technique de pouvoir que l’idéologie française telle qu’elle s’est construite avec les légistes de Philippe le Bel et renforcée constamment avec Jean Bodin et autres zélateurs d’un certain type d’Etat missionné. La France de 1871 a pris le relais et sa mission universelle s’est exportée partout pour le bien des bénéficiaires, comme on sait. De ce point de vue, la personne morale francophone a une lourde responsabilité dans le déracinement des peuples qu’elle a englobés (y compris d’oïl). La guerre 1914-1918 a achevé ce sinistre travail.

    La croix dite de Toulouse ("cléchée, vuidée et pommetée") n’est pas admissible historiquement en pays gascon (sauf à la rigueur en Tolzan), et n’est pas du tout recevable comme emblème populaire parce quelle véhicule une conception fausse de notre identité. Ce n’est pas l’effet d’une hargne de principe. Ce n’est pas non plus une question de vexillologie. Il y a des limites à l’instrumentalisation.

    L’avenir de la nation gasconne dépend en bonne partie de cette chose qu’on appelle ici l’"aménagement du territoire". Il faut faire avec. Si l’occitanisme au sens large peut aider, tant mieux, mais il faudrait pour cela qu’il se réforme à un point tel qu’il en serait méconnaissable. Si des tenants de l’Occitanie sont aussi gascons, qu’ils quittent la navire et fondent du nouveau, non pas "contre" mais "après".

    Y a t-il une vie en dehors de l’Occitanie ? Ce sujet n’est pas de toute façon le souci de nos compatriotes, qu’on le déplore ou pas.

  • [REYNIER Où vous avez lu que je m’offusquais ? "adire"= blues, mélancolie et "gawju"= joie, bonheur...
    Ma graphie est-elle vraiment malhabile ou juste inhabituelle ?
    Vous faîtes une longue tirade où tout le monde en prend pour son grade et vous n’essayer pas d’entendre ce que je dis sur dix lignes avec espaces, kokinot !]

    Je reprends donc -dans le respect des standards de l’Académie attention- :

    L’intervention d’un Aranais rappelle qu’un Gascon n’est pas forcément français...
    Je trouve certes bébête de s’enfermer dans du "tut en gasku" et j’aime que ce site soit ouvert aux français non-gascophones.
    Pourrait-on montrer la même ouverture lorsqu’un non-français participe... Je me souviens de réponses en basque, en néerlandais, en castillan, en anglais sur gasconha.com. Moi qui n’ai jamais été intéressé par aucun cercle militant ou identitaire, c’est aussi pour ça que j’ai accroché à ce site !

    Mais revenant au présent cas, entre deux gascons, un espagnol, un français, pourquoi n’est-ce pas spontanément le gascon qui sort ?

    Ou sinon, quand ?

    Diw biban ! vous avez réussi à me faire écrire tout ceci... en français ! :)

    Anem, purtat-pe pla.

  • A Reynier.

    Excellent, tout est dit, ou presque.

  • Reynier, qu’avetz rason de parlar de la necessitat d’amassar los Gascons ligats a l’amenatjament deu territòri, e deu occitanistes gascons, o ex-occitanistes.
    Qu’aví dejà dit au Tederic qu’un Manifèste Gascon en francés mes tanben en lenga nosta (lhèu en 2 grafias ?) poderé balhar hami aus dus camps d’avançar.

    _
    Je dois dire que je suis parfois déçu de la manière dont les occitanistes gascons sont perçus sur Gasconha.com : allienés par le projet d’Occitanie, abrutis par leur graphie languedocienne élaborés par un pharmacien, adeptes d’un catéchisme occitan. Je suis moi-même béarnais, passionné par mon (ex malheureusement) vicomté, mais quand j’entends de véritables idioties publiées par Biarn Toustém et ceux qui prônent la "langue béarnaise", il y a de quoi avoir honte d’être béarnais, ma canica !

    Alors oui il existe des occitanistes aveuglés par la langue, mais je vous prie de ne pas stigmatiser ce mouvement qui rassemble bon nombre de véritables amoureux de la Gascogne. Je ne parle pas que de langue, hein.

    A tout dire, qu’est-ce qui empêche une association inter-régionale se revendiquant gasconniste d’émerger ? Que ce soit dans l’aménagement du territoire, les jeux ancestraux, la gastronomie, la langue (j’y reviens !), l’économie...

    Amistat au Gascon d’Aran, quite se m’agrada pas tan qu’aquò la crotz occitana.

    Je pense que ce projet d’Occitanie ne commencera à tomber à l’eau que lorsqu’elle verra un vrai projet Gascon, Vascon même, être plus populaire aux yeux du grand public. Il est grand temps de faire connaître notre alternative hors de ce site. Le combat, que vous aimiez ce mot ou pas, se passe dehors.

    Hètz beròi.

  • Paragraphe 8, rectifier :

    L’usage volontaire des parlers d’oc en genéral est donc réduit à des milieux de plus en plus étroits

    Complément :

    La notion d’occitan, sauf à la rigueur en Languedoc, était trop étrangère au vécu des derniers locuteurs pour faciliter un relai. Ce qui a été possible, relativement, dans les vallées occitanes provençales d’Italie, et sans doute en Val d’Aran (Catalogne aidant), ne l’a pas été dans l’Etat français, qui est aussi et d’abord un état d’esprit.

    Le drame des pays d’Oc - tout le monde peut s’accorder là-dessus -, est que le sentiment d’identité et d’appartenance n’a pas débouché sur une conscience nationale globale très forte et revendicative au XIXe et début du XXe siècle.
    L’idée panoccitane, lisible dans le méridionalisme de Mistral, a été un temps mobilisatrice et productive (les aigres critiques que certains lui adressent sont souvent injustes), mais la manipulation imprudente, et impudente, de la notion d’Occitanie globale appuyée sur un discours pseudo-historique ad hoc, a contrarié (le mot est faible) certains sentiments d’appartenance qui subsistaient encore au milieu du XXe siècle (aggravé par le pitoyable conflit des "progressistes" et des "réactionnaires" et des querelles de personnes, reflétant les crises internes de la société française et les convulsions de ses "intellectuels"). Quel brouillage ! Mais le temps a passé, nous ne sommes plus en 1968. Tout s’use.

    En pays gascons, le dynamisme occitan, bien réel, a faussé la perspective en faisant passer, dogmatiquement, l’idée de "langue occitane", bien que dans les faits c’est le gascon qu’on enseigne et promeut. Le mot "gascon" a été minorisé, l’étiquette "occitan" réservée au niveau supérieur comme référence majeure : il y a inversion des solidarités, inversion des allégeances.

    Aujourd’hui on ressent un besoin croissant de repères, d’où le succès de l’étiquette "Sud-Ouest", le tropisme basque, la référence "provençale", et même l’attirance pour les belles villes comme Bordeaux, etc. même si cela paraît superficiel et instable.

    Que l’idée d’Occitanie se déploie entre Garonne et Rhône, qu’elle aide le Limousin et l’Auvergne à s’affirmer, qu’elle permette de sauver ce qui peut encore l’être, oui, cent fois oui !, mais ici en Gascogne, elle devrait céder la place à la référence que certains occitanistes ont contribué à affaiblir : la Gascogne, pays d’oc aquitano-roman.

    Donc : Gascogne d’abord, et pas nécessairement dans le cadre "méridional" tolosan-catalan-méditerranéen - qui devra se chercher son propre destin dans une France inapte à la réforme.

    Alors, le drapeau, question subsidiaire, devient vraiment un enjeu central parce que symptomatique.

  • 1) Artiaque :

    Quand j’ai écrit qu’il ne faut pas s’offusquer d’une réponse en français, c’était en général et ne vous était pas adressé particulièrement. Je voulais simplement dire à notre contributeur aranais que lui répondre en français n’était pas une attitude de rejet ni une impolitesse (comme de répondre en français quand on reçoit une lettre dans un autre langue).
    Je précise aussi que la contribution de "Gascon d’Aran", argumentée, a un caractère général qui invite à la réflexion ; la preuve : elle ouvre un fil de discussion. On ne peut pas la traiter à la légère. Je ne critique pas la position occitane aranaise qu’elle exprime, ne serait-ce que parce que je ne la connais pas d’expérience. Mes commentaires, et j’aurais dû le marquer, portent essentiellement sur la problématique gasconne / occitane en général et la situation dans l’Etat français, notre meilleur ami depuis longtemps.
    Ce que je reconnais c’est que la perspective aranaise n’est sans doute pas la même que la nôtre : il y a la Catalogne, le sentiment "hispanique" que les identités populaires peuvent être assumées et promues, c’est très bien.
    Mais ce qui fait problème ici, peut-être pas au val d’Aran, c’est ce tropisme occitan, cette "vulgate occitane durcie".

    J’espère d’ailleurs que notre contributeur aranais nous enverra des nouvelles, des informations, sur ce qui se passe chez lui. Et c’est bien de discuter (même si la forme brève du message ne permet pas toujours de polir l’expression). Et cela permettra aussi de lire de l’aranais en nous rappelant qu’un peuple ne se confond pas avec une citoyenneté étatique.

    "...en prend pour son grade", ce n’est pas du tout ce que j’ai cherché, et je m’en excuse si cela a été mal compris. Mais je reste ferme sur le fond. Ce qui m’attriste, c’est le ressassement des idées toutes faites, notamment la façon dont on est passé de la notion d’Occitanie à celle de nation occitane unitaire aux détriments de la référence gasconne. Ce n’est pas le fait de tous les occitanistes, mais pourquoi persévérer ? Pour en arriver à des situations "à la provençale" ?

    (J’ai essayé d’exprimer tout cela ce matin, en envoyant quelques corrections à mon message précédent, avant d’avoir pris connaissance des nouvelles réactions. Ce qui fait que je me répète).

    Pour le reste, la situation de chacun détermine ses capacités linguistiques. Notez bien que je ne critique pas les défenseurs de la langue, mais uniquement la substitution de nationalité qui s’est opérée en Gascogne . Ce n’est pas la même chose.

    2) Trufandèc

    Tout à fait d’accord. L’aveuglement anti-occitaniste de certains, pas mal de rancune devant les succès de l’édition et l’ouverture d’écoles occitanes, le refus de remettre en cause le modèle français et ce qui l’accompagne, des préjugés ignorantins, une fausse vision du Béarn et même de ses parlers, l’invention conséquente d’une "langue béarnaise", la confusion de la langue, de la graphie et de la politique, mieux vaut arrêter là sans quoi je vais passer pour un distributeur de mauvais points alors que je suis seulement malheureux de voir si peu de... Que m’arresti.

    Je ne reprocherai jamais à qui que ce soit de défendre et d’illustrer la langue. Ce serait suicidaire et odieux. Mais je répète que cela ne doit pas amener le rejet du fait gascon dans une situation supplétive, donc dans l’oubli.

    Merci à tous.

  • Maccccaaarèèèèu !!!

    Mes, jou que l’atèni aqueth moubiment gascoûn... A cada cop, qu’at tourni domandar, quèn apítam un vertadè moubiment gascoûn ?

    Qu’aimi plân lou tèrme "occitano-indifférent", qu’es atau doun veirí un poussible moubiment gascoûn. Le lenga qu’i diu estar presenta mes, mè que mè, ne diu pas estar le sola causa.

    Pour ceux qui ne comprennent pas ou ne lisent qu’avec difficulté le gascon, comment dire.... putain de merde, on le fait ou pas, bordel ??!!! Hmm, perdoûn...

  • "Région Gascogne Prospective" que n’es un e que s’amassa lo dishatte 25 octobre qui vien a mia a Tonens.
    Si vòletz vénguer...
    Sinon, que sajeram de completar per Skype.

  • Malurosament, Région Gascogne Prospective n’a briga de site wèb. Es una associacion quasi-confidenciala que sembla (èi bien dit : "sembla" !) reservada ad erudits. E sui pas segur qu’atiri los junes. Fadré donc hèser quauquarren pr’i remediar.

    • RÉGION GASCOGNE PROSPECTIVE + Gasconha.com : amassade dishabte/samedi 25 oct. 2014 à Tonens/Tonneins

      Gaby,
      - Lo sit web de "Région Gascogne Prospective" qu’es de hèit Gasconha.com.
      - Los joens que son planvenguts a ReGasPros, qui es tanben ua associacion joena, e qui dèu estar "inter-atges" !
      - ReGasPros qu’es ua canau complementari entà l’accion "Gasconha" ; qu’a l’avantatge de dispausar d’ua personalitat "oficiau", d’un compte en banca, e tot aco...
      - Que presenta l’oportunitat de rencontres en "carn e òs", complementaris deus escambis per Internet.

      Invitation :

      Adishatz amics,

      L’association RÉGION GASCOGNE PROSPECTIVE, dont je suis le secrétaire, tiendra un CA le samedi 25 octobre 2014 au matin chez moi à Tonneins.

      C’est une occasion pour les amis de la Gascogne de se rencontrer.
      Le repas de midi, après le CA du matin, peut être un moment convivial auquel vous pouvez tous participer.
      Mais vous pouvez aussi nous rejoindre dès 10 heures du matin pour participer à notre discussion.

      Comme fondateur et administrateur de Gasconha.com, site de référence de l’association, je souhaiterais, l’après-midi, expliquer davantage le fonctionnement interne du site, ce que j’appelle familièrement "la souillarde", appelée "espace privé", là où se prépare ce qui est publié. Cela s’adresse à la fois aux administrateurs du site, aux auteurs déjà inscrits, ou potentiels...

      La réunion du CA, le matin, devrait plancher sur les sujets suivants :

      Réforme régionale :
      - que dire : pour un redécoupage éventuel, prendre en compte l’histoire, la culture, la géographie, et pas seulement les aires d’influences des métropoles régionales dans une vision économique étriquée
      - à qui : à toute la population / ciblage précis dans le personnel politique ou médiatique
      - comment : Facebook, Articulation ReGasPros - Gasconha.com

      Flyer ou "paperòt" évoqué à la réunion précédente : choix de 10 mots gascons populaires ou à re-populariser (j’ai déjà fait une sélection)

      Label "Produit en Gascogne / Made in Gascony"

      Diffusion du "Drapèth de la Daune"

      D’ici le 25 octobre, et même si vous n’êtes pas membre du CA, vous pouvez nous adresser vos suggestions et réflexions.

      Dinca bèthleu / à bientôt !

      Tederic M.
      secretari

      — 
      RÉGION GASCOGNE PROSPECTIVE (ex- Conservatoire du Patrimoine de Gascogne)
      98 cours de la Marne
      47400 Tonneins

      actiongascogne@gmail.com
      tel 06 77 85 38 29

  • Vous savez mon analyse, que tout passe, ou en tout cas une partie, par l’aménagement urbain.

    Je propose la création d’une association qui aurait pour but d’ester en justice dans le but de faire annuler les permis de construire et de faire respecter la législation en matière urbanistique.

    Cette association ne peut pas être que gasconne, elle doit comprendre un large Sud-Ouest, et grouper des amis de Midi-Pyrénées ou de Poitou-Charentes. Parce que nous gagnerons à ce que les gens d’entre Garonne et Loire ou les Languedociens et les Guyennais s’approprient leur terroir.

    Un terroir approprié, ou réapproprié, c’est une identité plus claire, qui ne se laisse pas aller à la facilité de l’identification à la grosse ville à 2h de route.

    C’est important dans l’objet social de l’association de bien définir le rôle.

    Je suis disposé, au titre de ma profession, à aider légalement à introduire les recours, mais je ne peux pas du coup prendre un rôle trop important dans l’association, pour cause de déontologie.

    L’association pourrait se mettre en liaison avec les mouvements régionaux et diffuser nos idées sur l’étalement urbain, le respect des formes vernaculaires, la densification, la reconnaissance du phénomène métropolitain, ...

  • Encara ua auta, tà d’aqueri que non les agraden es simbèus "naturalistes", deth territòri...... un drapèth que signifique era unión de totes es parts, ua barrèga des bandères "oficiaus".....que tà jo de momento coma Gascon der Estat espanhòu non n’i a cap que m’agrade, es que i a ara non son unitàries ne consensuades........ massa franchimandes...
    Aguesta ei era mia propòsta des d’era Gasconha Aranesa :
    Sus era estructura dera "union" (Jack), propòsi ua union Gascona, acabant junhent damb eth color jaune (auriò) des drapèths Biarnés e Bigordan...

    PNG - 4.6 ko
  • Un drapeau de ce genre avait été proposé autrefois sur le site. Mal dessiné, il n’avait pas trop attiré l’attention. Il faudrait le redessiner pour comparer.

    Il reposait sur la méthode suivante : les couleurs héraldiques statistiquement les plus fréquentes dans tous les pays historiques gascons (après enquête) sont ordonnées selon la valeur des pièces (le champs étant secondaire par rapport aux meubles).
    Au centre, il y avait une tête de taureau de face (façon canton d’Uri).

    On aboutissait à ceci : une croix rouge sur un sautoir bleu sur un fond or :

    http://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fgasconha.com%2FIMG%2Fjpg%2Fpeuple_gascon_determinations_secondaires.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fgasconha.com%2Fvielh%2Fgaskoi_baneras.php%3Fint_cur_position%3D52&h=302&w=396&tbnid=f4Oe4eiikz2b_M%3A&zoom=1&docid=gFAmKgmDRGHqmM&ei=F1X7U8-rD8PTaL3sgbAH&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=953&page=2&start=28&ndsp=41&ved=0CI0BEK0DMCE

    Mais quatre couleurs pour un drapeau de peuple, c’est trop d’une.

    Evitons le bleu-blanc-rouge, sabi pas tròp perqué.

    Adixats

  • RÉGION GASCOGNE PROSPECTIVE + Gasconha.com : amassade dishabte/samedi 25 oct. 2014 à Tonens/Tonneins

    Gaby,
    - Lo sit web de "Région Gascogne Prospective" qu’es de hèit Gasconha.com.
    - Los joens que son planvenguts a ReGasPros, qui es tanben ua associacion joena, e qui dèu estar "inter-atges" !
    - ReGasPros qu’es ua canau complementari entà l’accion "Gasconha" ; qu’a l’avantatge de dispausar d’ua personalitat "oficiau", d’un compte en banca, e tot aco...
    - Que presenta l’oportunitat de rencontres en "carn e òs", complementaris deus escambis per Internet.

    Invitation :

    Adishatz amics,

    L’association RÉGION GASCOGNE PROSPECTIVE, dont je suis le secrétaire, tiendra un CA le samedi 25 octobre 2014 au matin chez moi à Tonneins.

    C’est une occasion pour les amis de la Gascogne de se rencontrer.
    Le repas de midi, après le CA du matin, peut être un moment convivial auquel vous pouvez tous participer.
    Mais vous pouvez aussi nous rejoindre dès 10 heures du matin pour participer à notre discussion.

    Comme fondateur et administrateur de Gasconha.com, site de référence de l’association, je souhaiterais, l’après-midi, expliquer davantage le fonctionnement interne du site, ce que j’appelle familièrement "la souillarde", appelée "espace privé", là où se prépare ce qui est publié. Cela s’adresse à la fois aux administrateurs du site, aux auteurs déjà inscrits, ou potentiels...

    La réunion du CA, le matin, devrait plancher sur les sujets suivants :

    Réforme régionale :
    - que dire : pour un redécoupage éventuel, prendre en compte l’histoire, la culture, la géographie, et pas seulement les aires d’influences des métropoles régionales dans une vision économique étriquée
    - à qui : à toute la population / ciblage précis dans le personnel politique ou médiatique
    - comment : Facebook, Articulation ReGasPros - Gasconha.com

    Flyer ou "paperòt" évoqué à la réunion précédente : choix de 10 mots gascons populaires ou à re-populariser (j’ai déjà fait une sélection)

    Label "Produit en Gascogne / Made in Gascony"

    Diffusion du "Drapèth de la Daune"

    D’ici le 25 octobre, et même si vous n’êtes pas membre du CA, vous pouvez nous adresser vos suggestions et réflexions.

    Dinca bèthleu / à bientôt !

    Tederic M.
    secretari

    — 
    RÉGION GASCOGNE PROSPECTIVE (ex- Conservatoire du Patrimoine de Gascogne)
    98 cours de la Marne
    47400 Tonneins

    actiongascogne@gmail.com
    tel 06 77 85 38 29




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document