Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Paraboles en marge de la Gascogne (3) : Saint-André-de-Cubzac (Sent Andrés de Cuzat)

Reculhit per E. Bourciez en 1894

lundi 2 décembre 2013, par Gaby

Un homme n’abèbe que dus gouyats. Lou pu tchune dissut à son païe : « Coÿ tèn que sye moun meste et qu’aye de l’artchèn. Fot que pusquy m’èn ana et que bédy dou péis. Partachiatz boste bien et douna mé cé que déby ayé. — Oui, moun drole, dissut lou païe : coume tu bouras. Tu sès uñ mechant et tu seras punit. » Pey oubrèn uñ tiroir partachèt soun bien et n’èn yt duye parts égales.
Quaouques tchiours après lou mechant gouyat s’èn engut dou billatche èn azèn lou fière et s’èn dire adiu à persoune. Trabersèt bocot de landes, deus boys, dés ribeyres et bïngut dèn une grande bile oun despènsèt bien de l’artchén. Ou bout de quaouque mès, début bèndre sès habillemèns à une bieille fame et se louga peur esta beylet : lou èmbière ous champs peur y garda leus aynes et leus béous.
Alors, fut tré malheurus. N’aougut pas mey de ley peur drumy la neuyt, ni de ut peur se caoua quand y azèbe frey. Abèbe quaouque cot si grand hame qu’aourèt bien mïntchiat queus euilles de caoules, apey qu’eus freuys pourris que mintchièn leus pors mé presoune ne ly dounabe ré.
Uñ decé lou bèntre bouyte, se leychèt toumba sus uñ tabourét gueytant peur la ynestre leus aouzets que boulabeun lioutchieyremèn. Pey bit pareyche dèn lou ciel la lune, pey leus eustèles, et se dissut eun plourant : « Là bas la meysoun de moun païe eus péne de domeustiques qu’an dou pan et dou bïn, deus éous et du froumatche tan que n’eun bolun. Peuñdèn à queu tèn tchou meury de hame à qui.
« Ebé baou me leba, enguerey trouba moun païe et ly direy : Irie uñ pecat quand bouluire bo quita. Ougurie grand tort, et fot que bou me punissès, ou sabie bé. Ne n’appela pamey boste gouyat, trétas mé coume lou darney de bostes beylets. Furie coupable, mais languissébie loïn de bous. »
Lou païe ère dèn soun cazaou funissèn d’arrousa sès flous : bezitabe leus poumeys et leus razïns. Quand bit beni su lou camïn soun gouyat tout coubert de sudou et de poussière, treynant la cambe, pouscut à péne ou creyre. Se demandét si falèbe que lou punisse ou que lou pardounesse. Enfïn abèque leus larmes dèn leus oeils ly tèndut leus bras et se tchitant à soun cot lou émbrassét.
Pey it acheyta soun gouyat ; appelèt sés tchiens et seus bezïns : « Boly lou eyma coume aban lou praoube drôle, leus y dissut deus que furent assémblatz. At estat assés punit : que presoune adare ne ly asse mey de reproches. Benez lou beyre ; pourta-ly biste une tchiolie beste, mettez-ly uñ annét ou dit et deus souliers néous eus pés. Bousaous pourrés tabé préne deus bigueys, deus canarts et mena uñ bedét boun à tua ; anèn béoure, mintchia énsémble et a une grande este. »
Les beylets obeïrén à lure meste et mirén une belle nappe su la taoule. Où même momèn, lou gouyat l’eynat rebenèbe de la casse abèque seus cans. « Qués aco doun à que breuye ? cridét én tchurant. Crédy que bousaous cantas à qui ; coy pas trop léou que rebeny. Sé bou föou moun païe ? »
« Nou, moun drôle, nou ne le sey pas, respondut lou biey. Si assy aco, coye que sey plén de joie. Cantén et sén urus, car abèn bien dequé. Que tu ou bouille ou nou faudra que tu cantes tu tabé et qué te retchouisses abèques nousaous, pasque toun fraye quère mort a rebïngut à la bie. Coïe coume si benèbe de neuyche : tchiey ère predut aneuy lou bela retroubat.

— 

Remarques :
> Le son [ʒ] est remplacé par [ʧ]
> On retrouve le guyennais « coïe »
> Présence du pronom personnel sujet et du partitif
> Formes semi-noires : « pey », « euilles », « peur », « deus »....
> Comme en bourgeais, « ou » remplace « aou »
> C final prononcé [t] : « bocot », « ut »...
> Maintien du H gascon (quoique muet) : « ynestre », « este »... , à côté du F (« froumatche », « fut »...)
> Hésitation entre D occidental (« bédy ») et S oriental (« razïns »)
> Non-élision étrange : « lou émbrassét »
> Pluriel masculin et féminin en les

— 

Proposition de transcription :
Un òme n’avèva que dus goiats*. Lo pus june dissut a son pair : « ’Quò’s temps que sie mon mèste e qu’aie de l’argent. Fau que pusqui m’en anar e que vedi do peís. Partajatz vòste bien e donatz-me ce que devi aier. » « Oui mon dròlle, dissut lo pair : coma tu vorràs. Tu sès un meishant e tu seràs punit. » Pei obrent un tiroir partagèt son bien e n’en hit duias parts egalas.
Quauques jorns après, lo meishant goiat s’en angut do vilatge en hasent lo fièr e sens dire adiú a persona. Traversèt baucòp de landas, des bòis, des ribèiras e vingut dens una granda vila ont despensèt bien de l’argent. O bot de quauques mes, devut vendre ses abilhaments a una vielha fama e se logar per estar vailet : lo envièren os shamps per i gardar les aines e les beus.
Alòrs, fut très malerús. N’augut pas mèi de lèit per drumir la neit, ni de huc per se cauhar quand i hasèva freid. Avèva quauque còp si grand hame qu’auré bien minjat ’quest’s helhas de caules, apei ’queths freits porrits que minjan les pòrcs, mès presona ne li donava ren.
Un desser, lo ventre voite, se leishèt tombar sus un taboret gueitant per la hinèstra les ausèths que volavan liugèirament. Pei vit paréisher dens lo cièl la luna, pei les estèlas, e se dissut en plorant : « Labàs, la maison de mon pair es plena de domestiques qu’an do pan e do vin, des eus e du fromatge tant que n’en vòlen. Pendent aqueth temps, jo meri de hame aquí.
E ben, vau me levar, anguerèi trobar mon pair e li dirèi : Hiri un pecat quand voluri vos quitar. Auguri grand tòrt, e fau que vos me punissètz, o sabi ben. Ne m’apelatz pas mèi vòste goiat, tretatz-me coma lo darnèir de vòstes vailets. Furi copable, mès languissèvi lònh de vos. »
Lo pair èra dens son casau fenissent d’arrosar ses flors : vesitava les pomèirs e les rasims. Quand vit venir sus lo camin son goiat tot cobèrt de sudor e de possièra, trainant la camba, poscut a pena o creire. Se demandèt si falèva que lo punisse o que lo pardonèsse. Enfin avèque les larmas dens les elhs, li tendut les braç e se gitant a son còth lo embracèt.
Pei hit asheitar son goiat ; apelèt ses gents e ses vesins : « Vòli lo aimar coma avant lo praube dròlle, lesi dissut des que furen assemblats. A estat assez punit : que presona adara ne li hasse mèi de repròishes. Venetz lo veire ; portatz-li viste una jolia vèsta, metetz-li un anèth o dit e des solièrs nèus es pès. Vosauts porretz tanben préner des viguèirs, des canards e menar un vedèth bon a tuar ; anem beure, minjar ensemble e har una granda hèsta. »
Les vailets aubeïren a lur mèste e miren una bèla napa sus la taula. O mème moment, lo goiat l’ainat revenèva de la caça avèque ses cans. « Qu’es aquò donc aqueth breit ? cridèt en jurant. Credi que vosauts cantatz aquí ; ’quò’s pas tròp lèu que revèni. Sètz-vos fòu mon pair ? » « Non, mon dròlle, non ne le sei pas, respondut lo vielh. Si hassi aquò, ’quò’s que sei plen de jòia. Cantem e sèm urús, car avem bien dequé. Que tu o volhes o non faudrà que tu cantes tu tanben e que te rejoïsses avèque nosauts, pasque ton frair qu’èra mòrt a revingut a la via. ’Quò’s coma si venèva de néisher : gèir èra predut, aneit lo velà retrobat.

* Je pense finalement qu’il est plus logique d’écrire ainsi. « Gojat » est un languedocianisme, semble-t-il. De même, j’écris « aie », « aier », pour éviter la prononciation cubzagaise « atche », « atché ».






Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document