Notre région, c’est la Gascogne !

 
 

Paraboles en marge de la Gascogne (2) : Bourg (ex. Bourg/Gironde)

Reculhit per E. Bourciez en 1894

dimanche 1er décembre 2013, par Gaby

Un homme n’abet que dus éans. Le pu june dichut à soun pay : « Coï tèm qué sèye moun mestre et qu’oyi de l’argen. Fau qué pusqui m’en ana et qué bédi dou péïs. Partagats boste vien et baillats mé ce que débi abé. Oui, moun hill, dissut le pay, coume tu boudras. Es méchant, es seras puni. » Peuy oubrent sa tirette , partagat soun argen en duyes pourtiouns égales.
Petit de temps après, lou méchant hill s’en allabe d’aou billaye hasén lou fanfaroun et sen adieu à persone. Trabersut force landes, boy, ribeyres, et bingut dens une grande bille doure y despénsut tout soun argén. Quaouques mès pus tart, dibut bendre ses nipailles à une bieille faoume et se louguet beylet : on l’embiut ou chen per y garda les aïnes et les béous.
Alors y fut très malerus. N’aougut pas mey de ley per drumit la neuyt, ni dou hut per se caoucha quant ou hasait frey. Quaouques cots abait ten de hamï, qu’aouré vien mingeat les heuilles de choux et les freuïts pourrits qué mingent lous gorets ; mais persoune l’y baillet ré.
Un dessère, lou bintre bouyte, se leïssut toumbat sus un chichot, regardabe per la fenèstre, les ousets qui voléen légeyrement. Peuy bit paraistre dans le ciel, la lune et les estéles et se dischut en plouren : « Aau peïs l’oustaou de moun pay es plen de baylets qui an dou pan, dou bin, des éous, dou fromage, ten qui nen bolent. Pendén qué téms, jou, que me morri de hamy.
Eh bé, me baou leba, engrey trouba moun pay et li direy : Bous ey fachat, qu’en bou ey quittat. Ey augut vien tort, faou qué mé punissssiez, ou sabi bé. Ne m’appelez pas mey bostre hille, tretey mé coumme lou darey de bostes beylets. Fury coubaple mais languisséby louin de bous. »
Lou pay ère dén soun casaou, finisebe d’arrosa ses flous, bisitait sous poumay et ses rasïns. Quant bit beni sus le camin soun hill tout coubert de suur et de pousseyre, tirent la cambe, pouscut brigre lou ou crayre. Y se demandut se debait le puni ou li pardouna. Enfin abec des larmes dens les euils, li tendut lous vras et se jetant a sou cot li donnut un gros beysat.
Peuy azut y hit seyta soun hill ; appelut ses gens et sous besins : « Boly l’ayma coume aban lou praoube gouliat, lur dichut dès qué furent réunit. A estat pas maou punit, qué persouna astoure li hasse reproche. Beney le beyre, portez li biste une mignoune beste, mettez li anaou aou digt et soulies aou pès. Pourrebe preindre des gaous, des canards, ména un bédet bon à tua ; aneu beoure, mingea ensenvle et ha la heste. »
Lous baylets oubéirent à lur meste et mirent une velle nappe sus la taoule. Aou même moumen, l’aynat rebenait de la casse abéque sous cans : « Quès doun aquet breuit ? cridut-y en sacran. Crédi qué cantates aqui ; coy pas trop leou que rébeni. Este bou fou moun pay ? »
« Noun, moun ehant, n’ou seuy pas, aou respondut lou biell : si hasy aco, es qué seuy plen de joye. Cantéms et séms hurus, car abens vien de qué. Que t’ou beuilles ou noun fadra que cantes tu tabé que te rejouisse abeque nous aouts, parce qué toun frey qui ère mort es rebingut a la bie. A quoy coume si benet de neysre. Jey il ère perdut, aneuyt le bela retroubat. »

— 

Remarques :
> Une seconde version montre un certain polymorphisme de conjugaison (« que soye »/« que sèye », « que pussi »/« que pusqui », « dut »/« dibut », « bende »/« bendre », « soumes »/« séms »...) et lexical (« ou »/« lou », « buous/« béous », « radins »/« rasïns », « meste »/« mestre »,...).
> L’article hésite entre lo et le, ce qui est normal en bordure du saintongeais. Cette hésitation se retrouve jusqu’à la Réole pour le pluriel.
>Forte influence française (« très », « adieu », « persone », « canards », « suur » ; « estoiles » dans la 2de version...).
> Le partitif est absent de la 2de version : « qui an pan, bin, éous ».
> Pronoms personnels sujets fluctuants.
> Formes semi-noires : « peuy », « euils », « neuyt »...
> Formes rappelant le guyennais : « (a)coï », « gaous ».
> Mots et formes originales : « chichot », « astoure », « caoucha », « doure ».
> H gascon présent, contrairement au libournais : « ha la heste », « hasy »...
> Etonnantes terminaisons en -ut au prétérit : « l’embiut », « leïssut »...
> Imparfaits en (« n’abet », « bisitait », « benet ») alternant parfois avec -èbe (« finisebe », « bénèbe »).
> [aw] peut se réduire en [u] : « ou », « dou pan », « ousets »...

— 

Proposition de transcription :
Un òme n’avè que dus ehants. Le pus june dishut a son pair : « ’Quò’s temps que sège mon mèstre e qu’augi de l’argent. Fau que pusqui m’en anar e que vedi do peís. Partajatz vòste bien e balhatz-me ce que devi aver. Oui, mon hilh, dissut le pair, coma tu vodràs. Ès meishant, e seràs punit. » Pei obrent sa tireta, partajat son argent en duias porcions egalas.
Petit de temps après, lo meishant hilh s’en alava dau vilage hasent lo fanfaron e sens adieu a persòna. Traversut fòrça landas, bòis, ribèiras, e vingut dens una granda vila dora i despensut tot son argent. Quauques mes pus tard, divut vendre ses nipalhas a una vielha fama e se loguèt vailet : òn l’enviüt os shemps per i gardar les aines e les beus.
Alòrs i fut très malurús. N’augut pas mèi de lèit per drumir la neit, ni do huc per se caushar quand o hasè freid. Quauques còps avè tant de hami, qu’auré bien minjat les helhas de choux e les freits porrits que minjan los gorrets, mès persona li balhè ren.
Un dessère, lo ventre voite, se leissut tombar sus un shishòt, regardava per la fenèstra les osèths qui vaulè’an legèirament. Pei vit parestre dans le cièl la luna e les estelas e se dishut en plorent : « Au peís l’ostau de mon pair es plen de vailets qui an do pan, do vin, des eus, do fromage, tant qui n’en vòlen. Pendent ’queth temps, jo, que me mòri de hami.
E ben, me vau levar, ang’rèi trobar mon pair e li dirèi : vos èi faishat, quand vos èi quitat. Èi augut bien tòrt, fau que me punissietz, o sabi ben. Ne m’apeletz pas mèi vòstre hilh, tretetz-me coma lo darrèir de vòstes vailets. Furi copable mès languissèvi lonh de vos. »
Lo pair èra dens son casau, finissèva d’arrosar ses flors, visitè sons pomèirs e ses rasims. Quand vit venir sus le camin son hilh tot cobèrt de suür e de possèira, tirent la camba, poscut brigra o creire. I se demandut se devè le punir o li pardonar. Enfin avèc des larmas dens les elhs, li tendut los braç e se getant a son còth li donut un gròs baisat.
Pei i hit seitar son hilh ; apelut ses gents e sons vesins : « Vòli l’aimar coma avant lo praube gojat, lur dishut dès que furen reünits. A estat pas mau punit, que persona astora li hasse repròishe. Venetz le veire, pòrtetz-li viste una minhona vèsta, metetz-li anau au dit e solièrs aus pès. [Porretz] prendre des gaus, des canards, menar un vedèth bòn a tuar ; anem beure, minjar ensemble e har la hèsta. »
Los vailets obeïren a lur mèste e miren una bèla napa sus la taula. Au mème moment, l’ainat revenè de la caça avèque sons cans : « Qu’es donc aqueth breit ? cridut-i en sacrant. Credi que cantatz aquí ; ’quò’s pas tròp lèu que revèni. Estes(?)-vos fòu mon pair ? »
« Non, mon ehant, n’o sei pas, au respòndut lo vielh : si hasi aquò, es que sei plen de jòia. Cantem e sèm urús, car avem bien dequé. Que t’o velhes o non fadrà que tu cantes tu tanben, que te rejoïsses avèque nosauts, parce que ton frair qui èra mòrt es revingut a la via. Aquò’s coma si venè de nèissre. Gèir il èra perdut, aneit le velà retrobat. »






Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document