Astarac Gascogne médiane

Boulaur

- Vincent P.


 

Las Paquères / Las Paquèras / Las Paquèros

en graphie alibertine :

Las Paquèras
Prononcer "Las Paquèros"

Las Paguèras
Prononcer "Las Paguères", "Las Paguères"... (la) Paguèra

paguèra / ubac

Prononcer entre "paguère" et "paguèro". « Pièce de terre, versant exposés au (...)


 

Grans de sau

  • "Paquères", et non Paguères, est surprenant.
    Le FANTOIR indique "LAS PAGUERES".
    Je pencherais pour une cacographie qui a transformé l’omniprésent paguère (le contraire du soulan) en "paquère".
    Mais c’est plus compliqué, puisque le Cadastre napoléonien (B2) écrit quelque chose comme "a las Pageurongues" !

  • D’après le FEW, l’“ancien gascon” paguère/paguèro (paguèra) vient comme ubac de opacus, donc avec aphérèse (opac<*opaquèra, comme ombra<ombrèra) — ce qui validerait paquèra étymologiquement.
    Le /k/ intervocalique sonorisé en /g/ ou /ɣ/ est chose courante (ça marche aussi avec p<b ou t<d, cf. les variantes parguia/parquia, vetèth/vedèth…), donc pas vraiment de difficulté ici. Soit le mot a été mal entendu, soit la prononciation est restée flottante d’un locuteur à l’autre.
    Pageurongues est très probablement une cacographie (pour paguerongues). Faut-il entendre paguèra(s) longa(s) ?

  • Et bien que le FEW le classe dans les “inconnus”, je classerais sobac “abri” dans la même série : opacus < *obac (avec p<b) + ancien article so/sa/s’, donc à comprendre comme s’obac. Dér. : sobaguèira, crépuscule. sobac = sein, abri


Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document