Benauge Entre-deux-Mers

Targon


 
en graphie alibertine :

Targon
Prononcer "Targoun"


 

Articles

  • 14 novembre 2019 - Gaby

    Lou lioun et lou gric Histoire targonnaise, par B. Reynaud. Les Cahiers du Réolais n° 27.

    Petit puple balént pot surmounta grand méste. La fable (...)


 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Targon :


 

 

 

Grans de sau

  • Ce programme n’est pas en coeur de bourg, il en est à 500 mètres environ, vers le lieu-dit Rollet, mais :

    La question du lien entre le quartier et le bourg fait l’objet d’une grande attention (cheminements doux et promenade rurale, réaménagement de la voie départementale, construction participative d’un mobilier urbain commun à Cartier ET Targon…).

    https://www.coeurentre2mers.com/le-programme-laboratoire-cartier-de-targon.html

    Le discours des architectes :

    les villes rurales ont été délaissées trop souvent à la merci des constructeurs parfois peu scrupuleux.
    Le résultat est catastrophique : des lotissements sans planification, manquant de liens avec l’urbanité existante, des maisons à répétition, généralement à bas coût, mais qui répondent malheureusement pertinemment aux exigences basiques des habitants, sans se poser les questions primordiales sur l’avenir du paysage, sur l’environnement et sur la sociabilité de ces agglomérations.
    A Cartier la question est posée en amont, avant que Targon ne soit dévorée par ce type de développement anarchique.

    http://www.djuric-tardio.com/2017/04/quartier-campagnard-eco-durable-a-targon-gironde/

    Déjà une retombée dans le village voisin de Haux :

    2- Recenser et protéger les éléments du patrimoine paysager, urbain et architectural de la commune, préserver les vues lointaines sur les éléments emblématiques du paysage. Egalement, s’inscrire dans une volonté de renouveau architectural et vernaculaire de l’Entre deux Mers, qui prend ses origines dans les recherches et réalisations d’un programme voisin, Cartier, à Targon.

    https://www.mairie.haux33.fr/plan/

    Ce qui intéresse spécialement Gasconha.com : "une volonté de renouveau architectural et vernaculaire".
    La silhouette des maisons est vasconne : façades sous le mur pignon.

  • Ça y est, Targon qui était encore une petite ville rurale dans son apparence (quand bien même ses habitants travailleraient en majorité à Bordeaux -à vérifier) s’apprête à entrer dans la gigantesque sphère métropolitaine. Bienvenue aux bobos néo-ruraux du Darwin n°2. A quand les potagers en open-éco-rooftops partagés à Sauveterre ? Et un bar vegan servant du quinoa biodynamique à Pellegrue ?

    • Le cas est passionnant !
      Je comprends que le projet est né du legs à la commune de ce terrain de M. Cartier.
      Dans le contexte présent (expansion bordelaise etc.), le destin "évident" d’un terrain communal en lisière de lieux bâtis est d’être bâti à son tour.
      Nous avons alors "lou choués" entre un lotissement banal et un rêve d’architectes-urbanistes.
      Le second est a priori plus intéressant pour nous : habitat plus compact, recherche de formes vernaculaires, retour enfin à un esprit bastide (apparemment le coeur de bourg actuel de Targon n’est pas du genre bastide), avec une place, une halle, des ateliers, un restau (panoramique !), un lieu de vie complet...
      A suivre... d’ailleurs le projet - ambitieux - semble avoir du mal à éclore. Qui habitera là ? Qui acceptera de ne pas avoir sa voiture au pas de sa porte, et pas de jardin privé et clôturé ?
      Peut-être des gens comme nous...

  • (je me laisse certes aller au sophisme de la pente glissante)

  • J’ai écrit trop vite, en ayant des préjugés, donc je retire mes propos sur les bobos car je vois qu’il y aura des logements sociaux etc.
    Reste la question du lieu de travail des futurs habitants ’

    • Il n’est pas souhaitable que les futurs habitants de ce quartier Cartier travaillent dans le grand Bordeaux : trop de transport en voiture !
      Mais c’est bien ce qui risque d’arriver, pour la majorité d’entre eux.
      Soyons pragmatiques : que le projet se fasse, ça ne dépend pas de nous. Mais si au moins il expérimente des formes de maison intéressantes, une attention au paysage, une vie plus collective, une liaison de qualité avec le bourg existant, c’est intéressant à observer. Ce sont quand même les buts annoncés, et je comprends que l’agence d’architecture a essayé de créer un modèle transposable ailleurs.
      Peut-être une voie nouvelle pour l’Entre-deux-Mers : j’ai noté que la commune de Haux s’en inspire déjà dans son document d’orientation (voir plus haut).

      Le Corbusier : l’échec* de Pessac

      En même temps, j’ai une pensée pour la Cité Frugès à Pessac, dont les habitants n’avaient pas compris ni partagé le projet de Le Corbusier...


Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document